Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’Iliade

Tout le monde connaît L’Iliade dans ses grandes lignes : Pâris a enlevé la belle Hélène à son époux Ménélas qui, offensé par cet affront, part chercher sa femme avec l’armée grecque commandée par son grand frère Agamemnon. Jusque-là, ça va, il n’est pas trop difficile de se remémorer le principal prétexte de la guerre de Troie. On se rappelle aussi bien sûr du demi-dieu et colosse grec Achille, de son petit talon et de sa grande colère. Mais se souvient-on précisément des raisons de sa furie et de ses pleurs? Et combien parmi vous sauraient détailler, sans les confondre, les rôles joués dans l’histoire par Andromaque, Patrocle, Priam, Hector, Hécube, Briséis… Sans parler de cette cavalcade de dieux qui ont tous une influence sur le cours des jours, Héra, Athéna, Aphrodite, Apollon, Thétis…

Au secondaire, ce cher Père Rodrigue m’avait pourtant enseigné toutes les aventures de ce complexe et foisonnant cortège de personnages. En trois ans de latin, je vous assure qu’on en voit défiler, des Dieux, des Troyens et des Achéens! Père Rodrigue ne serait vraiment pas fier de moi aujourd’hui : mon histoire de la Grèce antique est enfouie aussi loin dans ma mémoire que mes déclinaisons latines…

Voilà pourquoi j’applaudis le texte fluide et la mise en scène efficace d’Alexis Martin, qui sait bien vite nous remettre les idées en place! Avec trois paliers de jeu, il crée des repères clairs et bien appréciés par les esprits qui, comme le mien, arrivent un peu embrouillés au TNM. Les Grecs sont au premier niveau, sur la scène, dans le décor d’un petit café. Les Troyens logent au deuxième étage, dans des échafaudages représentant les remparts de Troie. Les dieux, quant à eux, sont perchés tout en haut, au troisième niveau. Et c’est ainsi qu’en deux heures et demie, on se fait très agréablement rafraîchir la mémoire.

Tous les problèmes commencent avec la déesse de l’amour (évidemment!), Aphrodite. Pour récompenser Pâris à qui elle doit son titre de reine de beauté et de fécondité, elle lui offre l’amour de la plus belle femme du monde, Hélène, et participe à son enlèvement. La guerre éclate et, au cours de la dixième année de siège de Troie, Agamemnon exige qu’Achille lui donne sa captive Briséis. Les deux hommes se querellent et Achille cède. Se sentant déshonoré, injustement déclassé, il abandonne son camp. Plus tard sur le champ de bataille, Patrocle, le meilleur ami d’Achille, est tué par Hector (fils aîné du roi de Troie et grand frère de Pâris dont il doit assumer les inconduites). En apprenant la mort de Patrocle, Achille, furieux et inconsolable, décide de retourner au combat pour défier Hector.

Dans cette œuvre, les hommes croient que leur destin repose sur la volonté des dieux et se demandent sans cesse : « Que veulent les dieux? Que peuvent encore les hommes? ». Le problème, c’est que les dieux se posent eux aussi exactement la même question! Comme l’explique Alexis Martin : « Il faut comprendre que le destin est au-dessus de Zeus. C’est comme au casino! Zeus met le sort d’Achille et d’Hector dans la balance et voit ce que ça donne. Ce n’est pas un dieu omniscient, omnipotent, il reconnaît qu’il y a une grande force neutre qui régit le cosmos et qu’il ne peut pas influer là-dessus. C’est la destinée, la chance, la nécessité…, donnez-lui le nom que vous voulez. ».

Les personnages de L’Iliade sont tiraillés entre famille et patrie, pleurent douloureusement la perte des êtres aimés, sont des monstres de fierté… et des pantins du destin. « La mort de l’autre nous fait consentir à la nôtre, telle est peut-être la signification ultime de L’Iliade. », nous dit le philosophe Georges Leroux, spécialiste de la Grèce ancienne dont les conseils dramaturgiques ont guidé Alexis Martin.

Après avoir adapté L’Odyssée en 2000, Alexis Martin poursuit sa grande épopée homérique de façon très réussie et nous convie à une excursion mythologique et historique qui donne presque envie de dépoussiérer ses livres de latin! Au fait, et ça, vous vous en souveniez? : « La suprématie de Zeus dans le polythéisme grec annonce la conception d’une souveraineté universelle fondée sur la raison. ». Ouh la la… en voilà un qui doit être encore bien plus découragé que Père Rodrigue…!
——————–
L’Iliade d’après Homère, Texte et mise en scène d’Alexis Martin. Avec Vincent Bilodeau, Gary Boudreault, Stéphane Brulotte, Stéphane Demers, Patrick Drolet, Alexandre Fortin, Tania Kontoyanni, Jacinthe Laguë, Jean Maheux, Marie Michaud, François Papineau, Marthe Turgeon.
Au TNM, du 11 septembre au 6 octobre 2007. Photo : Achille (François Papineau) pleurant la mort de son ami Patrocle (Stéphane Brulotte), crédit : Yves Renaud.
——————–
Critique artistique suivante : 727

Mots-clés : Théâtre (92)

Articles similaires

Amadeus : c’est Mozart qu’on assassine

11 mai 2009

Saviez-vous qu’en latin, Amadeus signifie «aimé de Dieu»? Antonio Salieri, compositeur aujourd’hui oublié, l’apprend à ses dépends dans cette pièce écrite en 1979 par le dramaturge britannique Peter Shaffer. Aussi bien le dire tout de suite : ce texte est un bijou. Devant nous, un Salieri (Michel Dumont) rongé par la culpabilité revient sur les circonstances qui l’ont poussé, 32 longues années plus tôt, à tuer Mozart (Benoît McGinnis). Une sale histoire de jalousie...

Texas : un petit Thriller Texan de François Létourneau

29 novembre 2007

Par Bernadette Charlier Texas, une nuit sans lune, une jeune femme transpercée de part en part crie dans la nuit. Elle s’avance et raconte. Réalité ou fiction ? Le spectateur passe sans cesse de l’une à l’autre. La fiction, c’est « Massacre à la tronçonneuse » réalisé en 1974, et la réalité, la roulotte que se partagent Terri et Gunnar, les comédiens vedettes du film. Dans leurs costumes de tournage maculés de sang et...

Bacchanale : Méchant party mais t’es pas invité

20 mars 2008

À travers ses six personnages féminins, la pièce Bacchanale d’Olivier Kemeid présente le monde d’un bar montréalais : un monde dur, sale, et odorant de putréfaction. Mais tout d’abord, un peu de Wikipédia car, admettons-le, le tiroir de mémoire qui contenait les mythologies grecques et romaines a depuis longtemps été viré à l’envers pour faire de la place à « comment survivre au DASTRRD ». L’encyclopédie nous rappelle que Bacchus, l’équivalent romain du dieu...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Génie et culture: imcompatibles ?

21 septembre 2007

CULTURE. Un mot qui peut susciter à Polytechnique différentes réactions rien que par la lecture de ses caractères : la curiosité de celui qui meurt d’envie d’apprendre autre chose que les modélisations de la semaine, ou le dédain de l’autre qui, en lisant ce journal, est persuadé qu’il a dû se tromper de direction après avoir monté les rampes du métro. Ces deux réactions paraissent totalement contraires l’une de l’autre, mais un point commun...

Igloofest 2010

8 janvier 2010

L’Igloofest revient en force cette année pour sa 4e édition sur les quais du Vieux-Port de Montréal. Version hivernale du Piknic Électronik, l’évènement permet aux amateurs de musique électronique tout comme aux profanes de profiter en plein air des performances des plus grands noms de la scène électronique. Première référence temporelle de la nouvelle année après Noël, pour nous mettre l’eau à la bouche et nous faire rêver de Mutek qui se tiendra à...

L’honnête homme : un one woman show

15 mars 2013

  Il est très fréquent que lorsqu’il est temps d’écrire un article d’avoir ce qu’on appelle le syndrome de la page blanche. Cette maladie infâme qui nous atteint peut engendrer plusieurs symptômes tels que la faim, l’ennui, une envie incontrôlable d’écouter un film ou un épisode de rage inégalé. Tout ceci pour dire que cela arrive parfois, mais en contrepartie, tel qu’est le cas pour ma critique deL’honnête homme : un one Woman show,...