Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Le bouchage de trous

Publicité:

Par Oussama Zakini

Selon l’encyclopédie la plus respectée des ignorants de ce monde, Wikipedia, le mot trou provient du bas-latin (y a-t-il un haut latin?) traucum, et signifie: «ouverture au travers d’un corps ou qui y pénètre à une certaine profondeur.»
C’est sur cette méditation profonde que nous allons donc remplir les prochains paragraphes et lignes qui pourront changer votre vision du monde et le train quotidien des étudiants de Polytechnique.
En fait, c’est depuis la nuit des temps que l’Homme s’occupe de remplir tous les trous qu’il trouve sur son chemin. Les pionniers du bouchage de trous ont commencé cette tradition existentialiste à l’aide de petites pierres et de sable. Mais certaines personnes, jalouses de ces accomplissements brillants dignes d’un futur ingénieur civil, se sont mis à les rouvrir et à creuser plus profondément. Ainsi, nos valeureux cols bleus ont poursuivi en les remplissant de cire. Au fil du temps, les méchants se sont amusés à trouer les tonneaux de bière au Moyen-Âge, et à débouchonner les bonnes vieilles bouteilles de vin (comme du Château Laffite, quoi…). Furieux de ce vandalisme à répétition, le roi Charles le Chauve décida de renforcer ses murailles, tout simplement en bouchant les fenêtres avec des bouchons de liège.
C’est à cause des troueurs que l’Amérique a été découverte aussi tard dans l’Histoire. En effet, il se trouvait systématiquement au moins un zélé parmi l’équipage, sous l’effet d’un bon tonneau de rhum (troué préalablement), qui poussait les bateaux vers le plus profond des océans.
En plus, la légende du Titanic n’est que balivernes inventées de toutes pièces par le très puissant lobby des bouchonnés, qui voulaient absolument ne pas perdre l’honneur face au groupuscule terroriste des troueurs.
Mais en ce qui concerne la science du bouchage de trous, c’est le ciment qui en est resté la plus merveilleuse invention. C’est d’ailleurs de cette inspiration que les nombreux trous dans les murs du Polyscope ont été bouchés, pour être plus tard masqués par des messages inutiles et mesquins.
Dans le même contexte contemporain, de fil en aiguille, ces adroits maîtres de bouchage de nids de poules se sont lancés sur d’ambitieux et grandioses projets, dont ils sont d’ailleurs les protecteurs à la Ville de Montréal. C’est à eux que nous devons nos routes si bellement ondulées.

Articles similaires

Recruter à tout prix

30 janvier 2004

Plus le temps passe à Polytechnique et plus l'abasourdissement et l'étonnement majeur deviennent une habitude quotidienne que rien ne vient ébranler et qui se vit, ma foi, assez bien. Le récent scandale qui secoue Polytechnique et dont nous faisons mention en une de notre journal est une simple banalité formelle. En fait c'est une pure invention de notre cru, on s'en sera bien douté. Néanmoins, le problème est sérieux. Quiconque regarde de près ou...

Le polytechnicien antisocial

19 septembre 2003

Les énoncés les plus saugrenus sont souvent le fruit d'un assemblage homogène et cohérent d'idées disparates que le hasard a uni dans un esprit destructuré. On me suit ? Les conditions ayant été réunies en ma personne, voici comment je construis cet énoncé fort simple qui recèle une partie de la vérité qui anime le monde - ici, on se restreindra à Poly - : le polytechnicien est anti-social. Partons d'une anecdote très récente,...

Les opinions des uns et des uns

8 septembre 2006

Hier encore, je me tenais à peu près ce discours: \"Fumer, c'est vraiment se tuer à petit feu.\" Je me faisais donc cette réflexion pleine d'esprit quand je me mis à m'époumonner violemment et à cracher des glaires jaunâtres maculées de traces d'emphysème et la joie tout à coup remplit mon coeur débordant. Mais ce bonheur était voilé par un nuage noir. L'espoir est lourd à porter. Combien de temps dois-je encore patienter avant...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Semaine de l’ingénieur global de ISF

1 octobre 2010

Par Stéphanie Muller Du 20 au 24 septembre dernier a eu lieu la semaine de l’ingénieur global organisée par la section Polytechnique d’Ingénieurs sans frontières (ISF). Que ce soit durant les différentes conférences proposées, l’atelier sur l’accès à l’eau...

Société technique : Poly eRacing

14 mars 2014

Propos recueillis par Maxime Callais Cette semaine, dans votre dossier sur les sociétés techniques, nous nous intéressons à Poly eRacing. Entrevue avec Simon Bellemare, Directeur électrique, et Jean-Philippe Carmona, Directeur communications et marketing. PQue fait votre société technique? RNotre société technique conçoit et fabrique une voiture de course monoplace 100 % électrique qui participe aux compétions parrainées par la SAE (Society of Automotive Engineers). Fondé aux États-Unis en 1978, ce réputé circuit international regroupe...

Entrevue avec Mathieu Gilbert, 1ère année de génie industriel et en stage chez Barrière QMB

23 octobre 2008

Un stage dès la première année Quelles sont tes responsabilités chez Barrière QMB? Mes responsabilités chez Barrière QMB sont très diversifiées. Mon mandat initial était la conception d’un poste ainsi que des procédures de travail pour l’assemblage de barrières destinées à la gestion de la circulation (www.swiftgates.com). Ce produit, encore nouveau sur le marché, était assemblé sans postes ni procédures définies. Mon mandat s’imbriquait dans un projet d’agrandissement (nécessaire en partie pour pallier au manque...