Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La vie étudiante chamboulée

Un événement des plus inattendus est venu troubler la routine quotidienne de notre vie étudiante. L’École Polytechnique renégocie la politique de distribution des boissons alcoolisées avec l’Association des étudiants de Polytechnique (AÉP). Une réunion est fixée pour ce vendredi 14 septembre, bien que l’école ait en vérité décidé de manière unilatérale d’adopter une nouvelle politique à la prochaine réunion de son conseil d’administration, soit le jeudi 20 septembre. Cette politique rappelons le, contient des closes qui ne sont pas du goût de l’association mais qui ne sont pas en négociation vendredi.

Les conséquences majeures de ces délibérations sont l’interdiction de vente de bière dans les locaux étudiants et le déplacement du permis d’alcool de l’AÉP à la rotonde. Le problème est que l’École refuse de signer la demande de déplacement du permis tant que la politique n’a pas été adoptée, sauf que pour compléter les démarches il faut compter 60 jours de plus. L’AÉP peut faire des demandes de « permis de réunion » mais ne peut en avoir que douze dans la session. Faisons un calcul simple et nous nous retrouvons alors avec des activités jusqu’à la relâche sans plus, en tout cas pas avant la prochaine session.

L’École Polytechnique a décidé de rester intransigeante face à l’AÉP et donc face aux étudiants. Ce qui m’étonne le plus c’est que l’école utilise la cohue médiatique suivant la semaine d’initiation pour justifier ses actions. Cela veut dire que notre chère institution soutient les hypothèses martineuses qui justifient l’effondrement des viaducs par les soirées que les étudiants en génie se permettent d’organiser. Tous les polytechniciens ne le diront jamais assez, notre Bac n’est pas facile à finir avec les intras, les rapports de labos qui s’enchaînent et les finaux, et de temps en temps un bon étudiant prend le temps de se détendre dans un 5 à 7, ou à la fin de la semaine se joint à ses amis au Pub. Je trouve qu’il serait dommage de voir disparaître ces événements qui animent quand même la vie étudiante polytechnicienne. Condamner les soirées de la session d’automne revient à ignorer le party de fin de session où se rendent des finissants qui veulent quitter poly en beauté, ou même menacer le déroulement du Beach Party. La réaction de l’AÉP a été très vive face à la situation pour faire ressentir que les étudiants ont tout à y perdre, et je vous invite d’ailleurs à vous informer de la situation en détail sur les pages 13 et 14 de notre édition où vous retrouverez l’explication complète du confl it entre les étudiants et l’école.

J’ai critiqué l’école pour son unilatéralisme dans sa prise de décision concernant la politique de distribution des boissons alcoolisées, mais la réaction de l’association reste aussi très discutable. Je m’explique; dire que la nouvelle politique risque de mettre des bâtons dans les roues des comités qui organisent les 5 à 7 et les partys étudiants est tout à fait vrai. Je suis aussi d’accord avec le fait que l’École prend une position faible et se justifie par un article fallacieux qui a déclenché un tumulte ridicule, mais dire que la vie étudiante sera tuée est totalement exagéré. Il est vrai que celle-ci se verra influencée, changée, modifiée et peut-être pas pour le meilleur, mais je ne crois vraiment pas que la nouvelle politique, et quelque soit ses termes tuera la vie étudiante.

Quant au contenu de cette semaine, les pages « culture » reviennent en force cette semaine. Une nouvelle « chronique technologique » voit le jour sur les pages du Polyscope, fruit d’une coopération avec nos amis du Comic. Le Football de nos Carabins a eu raison de celui des Redmens (capitalistes) de McGill. Et enfin, le dossier explicatif du confl it pesant qui règne dans l’enceinte de notre école ainsi que notre page de divertissement.

En conclusion, je dirais que le Polyscope soutient très certainement l’action de notre association qui nous représente tout de même, mais je persiste à croire que les slogans utilisés restent un peu exagérées à mon goût.

Articles similaires

Édit-toto

9 octobre 2007

Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans la santé, parce que la population vieillit, et qu’on a besoin d’hôpitaux pour s’occuper de nos aînés. Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans les infrastructures routières, désuètes, qui semblent maintenant tellement mal en point qu’elles risquent de s’effondrer. Par contre, il faut avoir de l’argent pour pouvoir investir. Tout ça coûte cher, et le lourd système de gestion de l’état...

À la transversalité des compétences

24 mars 2006

Le Polyscope : Le nouveau programme de formation a été mis en place cette année, les cours ont commencé cet automne. Quel a été l’élément déclencheur de cette réforme ? Jean Dansereau : Plusieurs études ont été réalisées à l’École sur la satisfaction des étudiants, les raisons abondent et les constats convergeaient vers le fait que des éléments devaient être améliorés dans les programmes. Un des points sensibles était le tronc commun, qui nous...

Entrevue avec Jessica Allard, présidente de l’AEP

19 septembre 2008

- Mise en contexte Déception est aussi le mot qui caractérise l’état d’esprit de la présidente de l’AEP. Flanquée de son VP externe M. Patrick Couture et de son VP interne M. Richard Bourret-Beauregard, Mme Jessica Allard, présidente de l’AEP s’est dite déçue de l’attitude fermée de l’École. Rétrospectivement, tout comme Mme Fortier, Mme Allard ne regrette pas la décision prise par ses prédecesseurs de se désaffilier des services de l’UdeM, surtout maintenant...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Suis-je une étampe? (réflexion sur le rôle d’une assemblée générale)

2 novembre 2012

Ah quel feu roulant d’action auquel nous avons eu droit lors de l’Assemblée générale de l’AEP jeudi dernier? Quoi? Vous n’y étiez pas? Laissez-moi vous résumer tout ça : eh bien nous avons adopté les états financiers et… Et bien c’est ça…   Vous savez, une assemblée générale d’une association étudiante, c’est rarement palpitant. Toutefois, après une seconde assemblée annuelle à Poly, force est de constater que les AGs de l’AEP obtiennent la palme de...

Just’une chronique : de l’autre côté de la ligne

27 mars 2018

Correction, votre horreur : Récit d'un étudiant aux études supérieures pratiquant l'art du stylo rouge à Polytechnique. «Mais quoi! Un temps homogène à des radians par seconde au carré et négatif en plus, déclamai-je, imbu de mon savoir, face à...

Mainmise de la fonction publique par le génie-conseil ?

19 mars 2010

Par Philippe Doyon-Poulin Les firmes de génie-conseil québécoises en mènent large dans les officines montréalaise : de la rédaction des appels d’offres à l’obtention de contrats dits ouverts, les ingénieurs œuvrant au privé semblent contrôler l’ensemble de l’appareil municipal. Tour d’horizon. Selon les journalistes Kathleen Lévesque et Alec Castonguay, 10 firmes d’ingénierie se sont partagé 100 M$ en frais de génie-conseil auprès de la ville de Montréal durant les 4 dernières années. Celles-ci ont la...