Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Vers des drogues plus dures…

Les nuages se dissipent au-dessus de nos têtes, les herbes s’assèchent et les feuilles tombent. Ce n’est pas encore l’automne, mais la sécheresse nous guette. Avant même que beau-papa Arno ait pu faire de gaffe, l’alcool à Polytehcnique est en voie d’extinction. Tout ça pourquoi? À cause de la surmédiatisation d’une fête, d’un rituel d’initiation semi-privé.

Comme l’a dit le grand philosophe italien D’Andréagiovanni : Quand tout va bien, on se gratte les gales. Le DASTRRD est allé remplir le vide politique et culturel de la fin août dans les médias. On ne peut pas se plaindre, on n’est pas les premiers. McGrill avait eu une bien meilleure couverture, mais c’était aussi beaucoup plus drôle ! La sodomie m’a toujours fait rire…sauf un certain soir de novembre…

Alors, on va faire quoi sans alcool? On se tourne les pouces et on se remémore la vie étudiante, les fêtes, les 5à7 et la seule raison pour rester dans un comité qui fouarre et choke à chaque semaine.

La vie existe sans alcool, mais la vie étudiante…ichhh.

Et ce Richard Martineau qui s’est senti pertinent et qui est allé stimuler l’imaginaire: « Après ça, on se demande pourquoi nos viaducs et nos autoroutes tombent en ruine… »

À bien y penser, ça expliquerait tout ! Les personnes qui s’amusent ne sont pas sérieuses, donc incompétentes, donc dangereuses, donc minables et donc merdeuses.

Il est à comprendre que s’amuser n’est pas prescris, à tout le monde. Plus ce que l’on fait a d’influence sur la sécurité publique plus il faut souffrir. Je veux donc des médecins puceaux et austères, et des politiciens complètement ignorants des plaisirs de la vie, probablement miséreux et frustrés.

Pour redresser la posture de l’image des ingénieurs, je propose donc une initiation 2008 des plus déshydratante, sous le thème de la grande traversé du désert ! C’est notre président Jésus qui sera content ! Alors à l’automne 2008 le costume sera la toge chrétienne. Le but de l’initiation sera de souffrir au soleil et de ne pas boire. La flagellation sera récompensée et l’équipe gagnante recevra une poche de sable. Ceux qui en mourront seront glorifiés sur un joli babillard à l’entrée de Lassonde.

Bon sérieusement (sobrement), je ne laisserai pas sécher ma vie étudiante sur le trottoir de façon passive.

J’arrive ici avec une solution pour patcher le problème. Premièrement, on pourrait changer des noms. Pour celui de l’AEP, je propose L’ASÉP Association Syndicale des étudiants de Polytechnique, ça fait Rage Against the Machine vraiment full socialiste pis ça c’est in!…Mais ça ne réglerait rien.

Autrement, je propose de changer l’appellation des boissons alcoolisées. Les boissons alcoolisées ça fait peur, on se rappelle les horribles accidents d’automobile, les comportements déplacés, le taponnage non consentant de jolies courbes, les gars qui se battent pour une femelle du même troupeau, les matantes saoules à Noël, les lendemains douloureux sans traces de préservatifs… les boissons alcoolisées c’est mal !

Je propose donc un changement tout ce qu’il y a de plus marketing, j’appellerais ça les nouvelles boissons euphoriques à l’éthanol ©. On n’a pas à y penser et soudain on voit le développement durable, l’écologie et la réduction des gaz à effets de serre. C’est tu pas génial !

Et le soir on irait aux «5 cassettes» de Polyrad ou aux «Pains et fromages» de Mécanique et le vendredi on fêterait tous au «Bob» à danser et à boire nos boissons euphorisantes©…Vous commencez à comprendre !?

Parce que si l’école a plus peur d’entacher son image que de voir ses étudiants utiliser raisonnablement l’alcool publiquement, changer les appellations me semble amplement suffisant et futile pour la calmer. J’ai bien hâte que l’école réalise tout l’argent que l’alcool amène au financement des activités. Financement qui devra autrement bien sûr provenir de l’école elle-même, ce qui n’arrivera pas, et donc le retour inévitable de l’alcool. En tout cas, dans ma tête ça fait bien du sens.

Au pire on ira vers de drogues plus dures. C’est bien ce qui s’est passé durant la prohibition, ce qui s’est passé à mon école secondaire et partout où l’alcool est interdit. Le comité du génie chimique pourrait nous amener au 7e ciel avec leur gaz hilarant (N2O) ou leur LSD maison.

En tout cas, on a de quoi faire du chantage, mais je suis sûr que tout ira bien, tout finit toujours par s’arranger, ne vous inquiétez pas.

Comme dit mon ami Dom : Tout est cool! Everything is al-cool.

<< Truc précédent|Truc suivant >>

Articles similaires

Tête de Gland!

23 septembre 2005

Voici une photo de moi avec un condom sur la tête. Je sais que vous êtes déjà tout excité de savoir où je m’en vais avec ça. Mais je ne vais nulle part. Un joli soir d’automne, alors que je faisais le tour de ma boîte à condom, je suis tombé sur un Magnum. Beaucoup trop gros pour mon arsenal de guerre style Nippon, j’eus l’idée de l’enfiler sur ma tête. Cet article ne...

Le Truc Sérieux

29 septembre 2006

\"Bonjour, Je souhaiterais réagir à propos de la page de couverture du Polyscope du vendredi 22 septembre. J’ai du mal à savoir comment interpréter la page de couverture, et je ne suis apparemment pas le seul, je souhaiterais donc que son auteur explique et explicite son intention dans la prochaine édition du Polyscope, et ce qu’il sous entend par son message... En effet la page de couverture pourrait être interprétée comme une forme de...

La vie étudiante chamboulée

14 septembre 2007

Un événement des plus inattendus est venu troubler la routine quotidienne de notre vie étudiante. L’École Polytechnique renégocie la politique de distribution des boissons alcoolisées avec l’Association des étudiants de Polytechnique (AÉP). Une réunion est fixée pour ce vendredi 14 septembre, bien que l’école ait en vérité décidé de manière unilatérale d’adopter une nouvelle politique à la prochaine réunion de son conseil d'administration, soit le jeudi 20 septembre. Cette politique rappelons le, contient des...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.