Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une rentrée originale

Dastrrd… On a parlé de cet événement dans tous les médias du Québec, mais pour tout vous dire ça ne m’intéresse pas trop, surtout parce que le Journal de Montréal, qui a déclenché cette vague médiatique, n’est pas une référence dans le monde des journaux québécois.

Reprenons les faits, lors de la semaine d’initiation traditionnelle de l’École Polytechnique, le comité organisateur prépare une « beuverie » se déroulant à l’extérieur de Montréal au fin fond de la province. Monsieur Richard Martineau qui apprend la nouvelle décide d’écrire un article pour annoncer son avis sur la chose et c’est cela qui me choque le plus. Un journal lu par deux millions de personnes par semaine *sic, prend le temps de parler d’un party étudiant qui date de plusieurs années. Et le pire dans tout ça c’est qu’il a été repris par tous les médias prenant l’envergure d’un vrai problème national. Un faux problème déclenché par un article fallacieux, une opinion qui est expliquée dans le journal de cette semaine à la section « Quintessence de connerie ».

Évidemment le Dastrrd comme, toutes les autres activités de l’initiation, reste un moyen de s’amuser à notre arrivée à Polytechnique et se produit une seule fois dans tout le cursus de l’étudiant. Faut-il interdire ça? Je ne pense pas. D’abord et avant tout, personne n’est obligé de faire l’initiation, chacun fait le choix de participer ou pas aux activités. Reprenons alors le raisonnement de notre journaliste du JdM, si j’en crois le raisonnement de son article de seconde zone, les ponts s’effondrerait parce que les ingénieurs civils seraient des fêtards qui aiment bien boire. Un journaliste se rabaisse à faire un lien des plus odieux et ses collègues s’empressent de mettre de l’huile sur le feu en rapportant des faits plus incroyables les uns que les autres. Tout un tas de choses qui peut pousser à se demander si les médias ne seraient pas plutôt la cause de bien des problèmes au Québec, car que l’on veuille ou pas les étudiants en génie civil sont les futurs ingénieurs qui construirons des ponts et des viaducs. Monsieur le journaliste prend donc une fête étudiante, tout à fait indépendante de la vie active, pour faire un lien par une logique martienne afin de pourrir le métier de l’ingénieur.

Pour ce qui est de l’édition de cette semaine, Des réactions de rédacteurs de l’équipe et une annonce de l’AÉP sont consacrées à l’initiation et son activité désormais très connue. Pour le reste nos amis du cinécessaire préparent leur session de films et les pages « sport » sont de retours.

En conclusion, je ne lis pas le Journal de Montréal et ce n’est pas aujourd’hui que je vais m’y mettre, par contre j’espère bien que l’AÉP ne changera en rien ses habitudes. Finalement, je voudrais conseiller à monsieur Martineau le sobre de prendre un cours sur la résistance des constructions pour savoir qu’avec ou sans alcool il suffit d’une erreur pour voir des ponts tomber, malheureusement.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.