Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La bibine à Tineau

Aperçu article La bibine à Tineau

Cet article a pour objectif premier de démontrer scientifiquement que l’étudiant en génie civil que je suis, même défoncé jusqu’à l’os suite à l’absorption d’une quantité effarante d’alcool, est capable de tenir un propos plus cohérent et plus sensé que le chroniqueur Richard Martineau lui-même. Et je m’en vais vous montrer sur le champ comment je vais faire mordre la poussière à la plus fine plume du JdM.

Certains parmi vous ont déjà pu apprécier la prose du Tartineur en herbe alors qu’il sévissait dans les pages du Voir. Sous prétexte de susciter sans cesse la controverse, cet intrépide polémiste débitait hebdomadairement les âneries les plus affligeantes, avec comme sujets de prédilection la religion et la castration masculine. À force de lancer des anathèmes incendiaires sur tous ce qui bouge, à force de dénigrer tout ce qui passe à portée de son crachat, Martinet a fini par recevoir ses propres glaires à la gueule.

L’année passée, à pareille date, l’affaire des culs emmanchés de McGill avait défrayée la chronique médiatique. On ne change pas une formule gagnante. Celle des initiations universitaires à de quoi indigner le bouseux moyen dont l’activité favorite consiste à dénigrer le système autant que la vieille bourgeoise outremontaise. On garde la même recette, on change simplement le fourneau. Cette fois, c’est dans les grumeaux de dégueulis d’une horde d’étudiants fêtards que le scoop se trouvait. Et ce n’est pas par la fine plume de notre Tartineau national que le scandale est arrivé (puisqu’il n’en a pas), c’est par la calomnie et le montage en épingle de raisonnements que le dernier des logiciens repousserait du pied.

Image article La bibine à Tineau 149

Au-delà des énormités proférées tout au long de l’article du chroniqueur vedette du JdM, la chose la plus estomaquante est cette déduction d’une logique implacable qui veut que les viaducs et les ponts s’effondrent au Québec parce que les ingénieurs civils seraient tous des alcooliques en puissance. Cette manœuvre de haute voltige, qui consiste à associer les évènements plus ou moins récents de l’effondrement du viaduc de la Concorde, du pont du Minessota et de l’affaissement de la dalle de béton de la Baie avec la monstrueuse orgie du Maski (!), a également de quoi laisser pantois. Tout grand connaisseur de peinture qu’il soit (mais sait-il au moins faire la différence entre l’oeuvre de Magritte et celle d’un peintre en bâtiment ?) et lecteur avisé des plus grands philosophes, Mirliton, c’est clair, n’a pas lu Aristote et ne doit pas y piger grand chose à la signification du mot syllogisme, fallacieux qui plus est.

Mais au fond, pourquoi s’embarrasser de tels détails techniques, il laisse ce soin aux ingénieurs civils qui tenteront, tant bien que mal, de tracer les lignes routières du Québec de demain en s’envoyant des rails de coke et des rasades de mauvais pinard. Ce qui est sûr, c’est que si toutes les infrastructures urbaines se construisaient suivant une logique toute martinesque, nous habiterions dans des grottes en troglodytes.
Ok, on s’entend que Martine n’a jamais pris de cours sur les structures en béton, mais elle n’aurait jamais dû rater les cours de logique élémentaire dont les rudiments sont enseignés à l’école primaire.
Pour pallier à ce manque flagrant de sens critique, sinon d’absence totale de forme de pensée rationnelle et réfléchie, Martha la Scribouille devrait boire avant de se mettre devant son parchemin à pondre des insanités. Et boire, on sait faire ça à Polytechnique. D’ailleurs, en qualité de porte-parole autoproclamé du VP Service de l’AEP, j’invite officiellement et avec la plus grande solennité Maristote au prochain party Molson, la prochaine méga beuverie de l’année.

Articles similaires

Toto-Dit-é

9 octobre 2007

Enfin nous voici à la semaine des intras. Une semaine tant attendue par tous, celle où l’on se pose la fameuse question : ai-je bien fait de choisir Poly? Après une série d’intras et de rapports on se dit forcément que non, que l’on aurait pu trouver mieux comme école (peut-être l’ÉTS). Mais quand on s’en débarrasse, on prend le temps de réaliser que nous avons passé l’une des semaines les plus effroyables de...

L’intégration et l’initiation

7 septembre 2007

Par Jésraël Deschênes Parmi les activités organisées par les étudiants de Polytechnique, l’intégration et l’initiation tiennent une place toute particulière. Sur une période de deux semaines, l’ensemble des comités de l’AEP sont invités à mettre leurs efforts en commun afin d’accomplir la plus belle mission qui soit : accueillir en grand les nouveaux étudiants au sein de la communauté polytechnicienne et faire en sorte qu’ils s’approprient leur école. Cette année, pour diverses raisons, ces...

H!nt Innovation

20 mars 2008

Louis Côté et Marco Lisi fondent Hint Innovation en 2006, suite à une réflexion amorcée l’année précédente, alors qu’ils sont tous deux collègues chez Bell Canada. Moins de deux ans plus tard, les co-fondateurs constatent avec grand bonheur que les objectifs qu’ils s’étaient fixés au départ sont tous en voie de se réaliser, certains ayant même déjà été largement surpassés! Comment l’expliquer? La petite histoire prend ses racines quelques années plus tôt, avant même...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Pourquoi aller voir le SEP : l’avis d’un étudiant

26 août 2014

On peut parfois hésiter avant d’aller chercher de l’aide. On ne sait pas forcément à qui s’adresser. Le SEP est là pour toi. Franchement. La vocation principale du Service aux étudiants de Polytechnique est de t’aider lors de ton passage à Poly, et je peux facilement te trouver des raisons pourquoi.   Premier point : c’est leur travail. Ça peut paraître idiot à dire, mais oui, c’est leur travail. L’équipe du SEP voit des étudiants...

COMMUNIQUÉ : Politique québécoise de la jeunesse – Les groupes jeunes dévoilent leurs priorités

25 septembre 2015

Québec, le 24 septembre 2015 – Plusieurs groupes jeunes de différents horizons s’unissent pour présenter leurs priorités à l’occasion d’une consultation gouvernementale sur la politique québécoise de la jeunesse qui se déroule aujourd’hui à Québec. Pour un système d’éducation accessible et de qualité Pour les organisations jeunesse réunies, l’éducation des jeunes de la société québécoise se doit d’être une priorité gouvernementale. Elles désirent donc que le gouvernement agisse pour s’assurer que le système d’éducation québécois...

Édit-toto

9 octobre 2007

Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans la santé, parce que la population vieillit, et qu’on a besoin d’hôpitaux pour s’occuper de nos aînés. Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans les infrastructures routières, désuètes, qui semblent maintenant tellement mal en point qu’elles risquent de s’effondrer. Par contre, il faut avoir de l’argent pour pouvoir investir. Tout ça coûte cher, et le lourd système de gestion de l’état...