Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Danser en plein air au son des DJ

Si vous vous demandez quoi faire par un dimanche après-midi ensoleillé, les Piknic Électronik offrent une façon intéressante de prolonger un peu l’été, en ce début de session. Depuis 5 ans, tous les dimanches, de mai jusqu’à la fin de septembre, une foule étonnamment diversifiée, de tous âges et styles, se réunit au Parc Jean-Drapeau pour danser, sous l’impressionnante sculpture L’Homme de Calder, où simplement pour se prélasser, au son des DJ internationaux invités. Sorte de Tam-Tams en version électronique, les Piknic réussissent plutôt bien à démocratiser la musique électronique. Les amateurs du genre y trouveront leur compte, puisque les DJ invités, trois ou quatre, différents d’une semaine à l’autre, sont généralement de renommée internationale, quoique de talent inégal. Dimanche dernier, la montréalaise Misstress Barbara a offert une performance impressionnante, mais certains autres DJ, présents au cours de l’été, furent plutôt monotones. D’un autre côté, ceux qui sont moins familiers avec la musique électronique peuvent s’y initier, entre autres par l’entremise d’ateliers d’initiation au « DJing », offert chaque semaine sur place. Ceux qui veulent danser peuvent le faire sur la piste aménagée avec tapis en faux-gazon et entourée de fauteuils en plastique et de pataugeoires, sinon on peut simplement s’étendre au bord de l’eau et profiter de l’ambiance. Les organisateurs des Piknic ont également aménagé des stands à boissons et nourriture, mais les prix sont plutôt élevés, et il est donc préférable d’apporter son propre pique-nique si on prévoit y passer la journée. Les Piknic Électronik continuent jusqu’au 30 septembre, journée où on pourra entendre, entre autres, des artistes tels que Ghislain Poirier et Sixtoo.
Site Web : www.piknicelectronik.comtronik.com




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.