Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

C’est avec des cennes qu’on fait des doigts

J’aimerais dire à tous ceux qui comme moi ne faisaient plus con- fiance aux partys dit Super, Méga, Hardcore, Latino, Cool ou Horny. Ben là si t’entends dire que Molson fait un Méga-Party, ben c’est vrai ! Dimanche passé y’avait 14 pitounes d’annonces de bière sur des palet- tes de caisses de bière, des motos qui faisaient des flips pis la fille de Normand Bratwait !

Mais t’étais pas là…

Si je dis ça c’est pour contraster avec la mauvaise nouvelle que j’ai apprise. Je suis vraiment triste, deux étudiants de Polytechnique sont morts par asphyxie en mettant des condoms sur leurs têtes dans un party de saucisse lundi soir.

Je suis désolé. Maintenant je suis conscient que les articles que j’écris sont des armes, je dois les utiliser pour combattre les bonnes guerres. Le sexisme, le racisme, la pollution… Mais j’ai vu que y’a tout plein de comités pour ça, alors je vais m’attaquer à l’économie.

À lire mes articles, vous pensez sûrement que j’ai rien à faire, mais détrompez-vous, je suis en stage!

L’autre jour j’ai fait le ménage dans ma collection de magazines. Les Petits Débrouillards, franchement je n’ai pas été capable d’en jeter aucun. Je m’y réfère souvent. J’ai retrouvé celui qui disait comment nettoyer les cennes noires. Ils disent de les tremper dans du vinaigre et du sel. Yo! Ça marche vraiment! Pis pour que ça marche plus vite, j’ai décidé de mettre le mélange sur le rond du poêle.

Quelques minutes plus tard, je touchais cet argent tout neuf. J’étais ému quand je tombais sur des sous de 1983, l’année de ma naissance. Ces cennes maintenant toutes pro- pres étaient redevenues ce qu’elles étaient alors que j’étais bébé. Ça veut dire qu’en sortant de l’hôpital où je suis né, ma mère a peut-être déjà dit à mon père: «Yo, t’as tu vu les nouvelles cennes?» Pis là mon père a sûrement répondu: «Mets’en, Y shine en christ!» Pis toute cette discussion partait peut-être de la cenne que j’ai dans les mains! Je sais pas pour vous, mais je trouve ça vraiment tripant des histoires de cennes.

Une fois que je m’étais inventé cette histoire dans ma tête, je réalisa combien il était plate d’avoir un paquet de cennes toutes propres. Vu qu’il me restait encore deux jours pour étudier équations différentielles, j’ai décidé de chauffer les cennes toutes propres sur le rond rouge pour qu’elles bleuis- sent. C’est là que toute la magie à commencé!

C’est pas des blagues ! Les cennes étampés après 1997 (98 et +) fondent! Je sais pas elles sont fait en quoi, mais ce n’est pas du cuivre.

Encore une fois, j’étais tout excité. J’ai commencé à planifier me couler une bague, une couronne, des souliers à caps d’acier, mais je me suis dit que ça serait chieux. Étant donné que le journal sur lequel on imprime est biodégradable, je me suis dit que je pourrais couler une partie de mon corps pour que je sois souvenu éternellement.

Ça fait que là! J’ai foutu plein de cennes dans un petit chaudron en fonte pour faire fondre mes cennes. Ça a marché! Mais là, ça ne me res- semble pas trop une grosse flaque de cennes. Fallait que je me fasse un moule. Initialement je voulais mouler mon nez. Il est quand même impressionnant et séduisant. Le problème c’est que quand j’ai essayé de démouler le plâtre, les petits poils de narine ont commence à arracher. Comme la douleur était insupporta- ble, j’ai commencé à courir dans la maison en éternuant pis en sacrant comme une poule dont on vient de couper la tête.

Ayant eu le même problème avec les autres endroits où j’ai du poil, je me suis finalement résigné à mouler mon index.

Une heure plus tard, quand je l’ai démoulé il était là, lourd, résistant, conducteur, luisant…j’avais créé le Super-doigt© ! Je sais maintenant comment se sentait Jésus quand il a crée le T-1000 dans Terminator.

Il me faisait peur au début, il avait l’air invincible. J’ai donc décidé de le peinturer couleur « ma peau » et de lui mettre du vernis à ongle. Il était plus cute là.

Trop excité pour avoir trouver une utilité à mon doigt efféminé avant de le couler, je dus réfléchir…

Je le regardais en me disant que ça serait super drôle de le glisser dans la sacoche de ma blonde. Quand elle a fouillé pour son rouge à lèvre, elle a flippé !

Bang ! À me l’a garnoté dans le front en me traitant d’épais pis de gay parce que j’avais apparemment utilisé son kutex pour mettre sur le doigt.

Fallait que je trouve de quoi de plus cool à faire avec. Pour me calmer j’ai écouté le DVD de Metal- lica, pis je peux dire qu’il y a rien de plus hardcore qu’un doigt de métal pour faire « DEVIL ! »

C’est à ce moment que j’ai compris que c’était plus utile que ça avait l’air.

Le Super-doigt© c’est par- fait pour toucher quelque chose de dégelasse. Pis là les filles font « Eeeuwwww ! » mais dans le fond ça les impressionne.

Tu peux aussi brasser tes pâtes avec. C’est tellement plus vétéran de guerre de brasser son spagatt avec un doigt de métal. Le Super-doigt© ne se fait jamais ébouillanter.

Je vous dis ce truc, mais en fait c’est illégal de modifier, détruire ou tremper dans le vinaigre de la monnaie Canadienne. Par contre il n’est pas encore interdit de te faire préparer un sandwich par un dégueu qui a tripoté plein de cennes.

Je vous avais dit que j’écrirais un article sur l’économie, ben continuez à lire S.V.P. ! Attendez ! Faites pas le mot croisé tout de suite. Ça s’en vient.

Alors en résumé : N’oubliez pas ! Plus y’a de cennes fondu, moins y’a d’offre, et donc la valeur des cennes va augmenter. Vous avez l’économie entre vos mains !

C’est sûr que c’est plus efficace de lancer des 2 piasses dans la rivière, ou de brûler des billets, mais s’il fallait que je dise des trucs vrai- ment intelligents et sensés, j’aurais probablement écrit 2 lignes, je me serais endormi sur mon clavier, pis là mon frère serait venu me réveiller en me frappant derrière la tête en disant «Calisse d’incapable!»…Et j’aurais pleuré.

<< Truc précédent|Truc suivant >>

Mots-clés : Le truc à Renaud (27)

Articles similaires

L’Homéopathie du Cuivre

29 novembre 2007

Alors que j’étais encore puceau, j’adorais les moteurs et l’électricité. Et l’électricité des moteurs. Pour moi, c’était magique de les voir tourner en rond. Je m’étais inventé un système perpétuel autosuffisant qui me faisait beaucoup réfléchir. Il s’agissait d’un moteur qui entraînait un générateur qui propulsait le même moteur qui entraînait le générateur...et ainsi de suite. Je me suis dit que, de la même façon que l’on dédouble les prises électriques avec une barre...

Tête de Gland!

23 septembre 2005

Voici une photo de moi avec un condom sur la tête. Je sais que vous êtes déjà tout excité de savoir où je m’en vais avec ça. Mais je ne vais nulle part. Un joli soir d’automne, alors que je faisais le tour de ma boîte à condom, je suis tombé sur un Magnum. Beaucoup trop gros pour mon arsenal de guerre style Nippon, j’eus l’idée de l’enfiler sur ma tête. Cet article ne...

Vers des drogues plus dures…

14 septembre 2007

Les nuages se dissipent au-dessus de nos têtes, les herbes s’assèchent et les feuilles tombent. Ce n’est pas encore l’automne, mais la sécheresse nous guette. Avant même que beau-papa Arno ait pu faire de gaffe, l’alcool à Polytehcnique est en voie d’extinction. Tout ça pourquoi? À cause de la surmédiatisation d’une fête, d’un rituel d’initiation semi-privé. Comme l’a dit le grand philosophe italien D’Andréagiovanni : Quand tout va bien, on se gratte les gales....




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Partenariat université entreprise

10 novembre 2005

Ces dernières années, l’École Polytechnique a plus que jamais misé sur l’excellence de ses programmes de recherche pour redorer son blason terni par l’ascension d’autres facultés d’ingénierie comme celle de l’Université de Sherbrooke et de l’ETS. Nul doute que du point de vue matériel, l’École possède encore une avance assez confortable sur ses concurrents, en grande partie grâce aux subventions obtenues par ses professeurs auprès du gouvernement par l’intermédiaire d’organismes publiques dédiés au soutien...

Intermittent de la page 2

3 février 2006

Ciel, mes REER ! Dans un article pernicieusement alarmiste, le journal La Presse s’inquiète du fait que les jeunes ne placent pas assez tôt leur argent dans les régimes de retraite. Et lorsqu’ils daignent y penser, ce n’est pas parce qu’ils se préoccupent de leurs vieux jours, « c’est pour économiser de l’impôt ! ». Pourtant, il est bien révolu le temps de l’État-Providence. Aujourd’hui, c’est l’État-Qui-Te Dit-De-Serrer-Ta-Ceinture-Et- De-fermer-Ta-Grande-Gueule dès la vingtaine si tu...

En vedette cette semaine, DJ Champion et ses G-strings

17 mars 2006

Quoi? Votre cher journaliste donne maintenant dans la musique électronique? Non, il n’est pas tombé sur la tête, il apprécie simplement le son unique que procure Maxime Morin, alias DJ Champion. C’est ainsi que votre reporteur s’est dirigé au Métropolis, vendredi dernier, afin de se déchaîner une bonne partie de la nuit. Le spectacle était programmé pour 20h00 et s’est ainsi que le gars qui écrit ses lignes, fidèle à son habitude, s’est présenté...