Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Musique de films

Dans le cadre des Concerts Paroles et musique Air Canada, l’OSM, dirigé par Jacques Lacombe, présentait le spectacle visuel et sonore Le film : d’hier à aujourd’hui. La très agréable Sophie Durocher animait la soirée et Guy Nadon, invité spécial, faisait des commentaires. Il y avait un grand écran derrière les musiciens et des extraits des films, dont ils jouaient les mélodies, étaient projetés. L’ambiance créée était fort intéressante à l’exception de deux points, Guy Nadon et un choix musical trop vieux, peut-être à l’image de la clientèle?

D’abord, la première chose qui ressortait des conversations à la sortie de la salle était la présence (ou la non présence) de Guy Nadon. Il est venu sur scène seulement trois fois. Pour nous raconter trois anecdotes sur les films, sur la musique… malheureusement, ses histoires n’avaient pas de lien direct avec la prochaine pièce musicale et on s’est vite aperçu que le peu de chose que nous a dit Jacques Lacombe au début de la soirée était bien mieux. J’ai donc douté de la pertinence de ses apparitions. Et en plus son bilinguisme (les présentations sont « fluentes bilingues ») était discutable, franchement pas à la hauteur de la qualité de l’OSM.

Maintenant, place à la musique!! Et il y en avait de la bonne musique et hautement interprétée. J’ai eu des frissons durant les notes d’E.T., tellement que ma blonde en était jalouse. Il faut dire ici que je suis un grand fan de musique de films. Le genre de débile qui joue au chef d’orchestre quand il est seul en écoutant Pirates des caraïbes ou bien Lord of the rings, même la musique de Titanic a de l’effet sur moi…

Et je n’ai pas été déçu car la performance était au rendez-vous : la puissance des cors français, la rapidité coordonnée des violons, les sautillements du hautbois, les solos du premier violon durant la « Liste de Schindler ». On entendait tous les instruments, la qualité sonore de la salle n’est plus à faire.

Par contre, le choix musical de la deuxième partie laisse grandement à désirer. La partie « cinéma d’aujourd’hui » était en fait celui d’hier. La musique la plus récente fut celle de Un homme et son pêché (2002) et ne me dites pas que vous connaissez l’air par cœur… quand même. Après, il faut remonter à la Liste de Schindler en 1994… c’est pas d’aujourd’hui ça ! Tout un pan de la musique de films des années 90 et 2000 a été sauté. Je pensais qu’on aurait pu jouer Elfman (Batman, Planète des singes, Spiderman, Hulk, Sleepy Hollow…), Howard Shore (Le Seigneur des Anneaux, The Aviator, Le silence des agneaux…) ou Hans Zimmer (Roi Lion, Gladiateur, Mission Impossible 2, Pirates des caraïbes…). On ne peut pas tout jouer mais on aurait pu enlever Mozart (pour le film Amadeus) de la section « aujourd’hui », franchement !! Ils sont passé à côté de musiques de film qui déménage à fond pour jouer (encore) du classique, dommage.

Mais bon pour terminer, regardez la liste des pièces qu’ils vont jouer, si vous aimez ça, allez-y, c’est vraiment bon. C’est beau de les voir jouer. Mais si vous êtes comme moi, si vous laissez la surprise pour la soirée même… peut-être serez-vous déçu.

NDLR: Le spectacle était présenté les 20 et 21 mars dernier. La programmation de l’OSM réserve toutefois encore de belles surprises, et les étudiants de 25 et moins, munis de leur carte étudiante, peuvent en tout temps se procurer des billets à 10$ à la billetterie de l’OSM ou de la Place des Arts, selon les places disponibles.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.