Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cuba sì

Si vous me le permettez, j’aimerais vous entretenir de l’expérience que j’ai vécue ces deux dernières années au sein de la Brigade Québec‑Cuba.

Cette brigade existe depuis déjà seize ans et elle organise chaque été un séjour de trois semaines dans le but d’effectuer des travaux volontaires, évidemment à Cuba. Nous n’avons pas la prétention de changer le monde, la brigade étant avant tout un moyen d’échange culturel, de même qu’un geste de solidarité envers le peuple cubain. Nous ne prônons aucun parti politique, préférant vous laisser le soin de vous faire votre propre idée, mais il y a tout de même une chose qui demeure certaine : c’est que nous sommes catégoriquement contre l’embargo qui sévit à Cuba.

Je ne sais pas si vous connaissez l’histoire et la situation exacte de Cuba, mais voici un petit résumé (pour les nuls) en même temps que celle de ma brigade chérie. L’histoire de Cuba commence bien avant, mais je vais débuter avec le règne de Fidel, si vous le voulez bien.

Castro a libéré Cuba du dictateur américain (!) Batista en 1959. Oui, cela peut sembler absurde alors que plusieurs reprochent aujourd’hui à Fidel de justement imposer une dictature. Il demeure que la vie à Cuba est devenue plus difficile suite à l’embargo imposé par les américains il y a maintenant plus de quarante ans. Heureusement pour eux, l’URSS de l’époque a grandement aidé nos amis grâce à la maxime « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ». Mais bon, Cuba est redevenu fragile avec l’effondrement de l’Union soviétique il y a maintenant une quinzaine d’années. Cela coïncide justement avec la création de notre brigade.

C’est ainsi que par solidarité, nous effectuons chaque année un petit séjour afin de vivre avec eux et surtout comme eux. Nous allons sur place afin d’effectuer des petits travaux de peinture, de construction ou encore dans les champs. Nous allons habituellement en province et logeons dans des dortoirs, avec ou sans des cubains pour nous accompagner, cela dépend des années.

En effet, il est à noter que les brigades sont complètement différentes d’année en année et c’est pourquoi il est plaisant de s’y impliquer plusieurs fois. C’est ainsi qu’en seize ans, nous n’avons jamais été au même endroit, ni avec les mêmes personnes. À ce rythme, on devrait bientôt avoir visité toutes les provinces de l’île !

Une chose est certaine, on y vit au même rythme que les cubains… et dans les mêmes conditions. Adieu l’air climatisé, adieu l’eau chaude et même l’eau courante. Un bon pain sec trempé dans le café sucré pour déjeuner, des haricots avec du riz pour dîner… et du riz avec des haricots pour souper ! Et puis, quand vous êtes chanceux, vous avez la chance d’avoir des haricots rouges, mes préférés.

Qu’y a-t-il de plaisant dans ce séjour qui n’a rien à voir avec le Club Med ? Évidemment, si vous êtes du type « tout inclus », ce voyage n’est pas pour vous. Sinon, vous y retrouverez la chaleur humaine des cubains (sans compter celle des cubaines !), des gens si sympathiques. Ils apprécient définitivement le geste de solidarité que nous effectuons de par notre présence. Pendant ces trois semaines, vous tisserez des liens qui vous toucheront sans aucun doute. Il n’y a pas de prix pour ça, et c’est sans compter que vous passez quand même du bon temps à Cuba, là ou le rhum n’est pas cher et surtout si bon…

Le prix à payer pour cela ? Bah, monétairement non parlant, on se rencontre un soir aux deux semaines afin de monter cet unique projet qui est après tout le vôtre. C’est ce qui est aussi particulier à notre brigade : vous êtes directement impliqué au projet, aidés bien sûr par les anciens comme moi.

Le projet est déjà en cours mais il n’est évidemment pas trop tard pour se joindre à l’équipe. Comment s’y impliquer ? Vous pouvez écrire dès maintenant à hotmail.com »>bqc, hotmail.com, aller visiter notre site web au www.bqc.qc.ca ou encore en m’écrire directement !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Peuple endormi, dors bien!!!

10 mai 2008

Par Christophe Colonialiste À présent, on enseigne l’histoire coloniale comme une histoire exclusivement négative. Nous n’enseignons plus que le projet colonial cherchait aussi à éduquer, à apporter la civilisation aux sauvages. Alain Finkielkraut - Nostalgie, le mot le plus simple et le plus exact sur la description de mes sentiments à l’égard de cette situation aujourd’hui. Avant d’étaler mes maux sur cette feuille, je voudrais rendre hommage à ces grands Hommes, qu’ils soient portugais...

Beur le jour, voleur la nuit

10 mai 2008

Par Angelos Niktaras Je voulais tout d’abord écrire un article sur le fléau que sont les Libanais, mais on m’a lâchement subtilisé mes idées. Floué, volé et rabattu, le coupable plagieur était évidemment un bordel de merde de sale maghrébin ! Évidemment, vous savez tous d’ores et déjà que les beurs du Maghreb aiment chouraver (NDLR : voler, en argot dans le texte) à qui mieux mieux. Généralement, ils se félicitent autour d’un grand...

Entrepreneur

23 mars 2007

Bien qu’encore marginal, l’entrepreneurship au sein de notre communauté universitaire marque des points. La centaine d’entreprises lauréates issues de notre concours annuel Entrepreneurship & Innovation témoigne du fait suivant : De jeunes universitaires créent des entreprises (pour informations : www.hec.ca/entrepreneurship). Bassin propice à l’innovation, formations académiques prédisposant à l’entrepreneurship, notre campus offre un terrain fertile à la création des entreprises de demain. Dans un Québec qui devra compter sur une toute nouvelle génération...