Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Soyez responsable

Depuis l’avènement de la société de consommation, les Nord-américains consomment de plus en plus, au point où il faudrait maintenant plus de quatre planètes Terre pour subvenir aux besoins de la population si tous les gens dans le monde consommaient comme nous. Par ailleurs, de par leur nature même, de nombreuses compagnies n’hésitent pas à poser des actes douteux comme l’exploitation de travailleurs dans le tiers-monde pour maximiser les rendements pour leurs actionnaires.

Heureusement, les compagnies sont très sensibles aux demandes de leurs consommateurs et sont prêtes à changer leurs manières de faire pour plaire à leur clientèle. C’est cette constatation qui a mené à la création du slogan « Acheter, c’est voter! », popularisé par le livre du même nom de Laure Waridel. Même s’il peut parfois être difficile de se faire entendre à travers les organes démocratiques traditionnels, on peut tous avoir un impact sur le monde. Cet impact, aussi minime soit-il pour un acheteur individuel, devient significatif lorsqu’un grand nombre de consommateurs décident d’utiliser leurs dollars pour voter et faire des achats conformes à leurs valeurs.

Les possibilités d’avoir un impact positif sur le monde en consommant de manière responsable sont nombreuses, mais elles ne sont pas toujours bien publicisées. C’est pourquoi le SCRUTÉ et UniVertCité, deux comités de l’Université de Montréal, ont décidé de publier un guide de consommation responsable: le Guide du consomm’acteur. Ce petit guide d’une soixantaine de pages répertorie de nombreux trucs et adresses pour faire des choix de consommation éclairés à Montréal. On y parle entre autres de commerce équitable et d’achat local, d’alternatives à l’auto, ainsi que de manières de réduire notre consommation énergétique et notre impact environnemental en général.

Le Guide du consomm’acteur est disponible gratuitement sur Internet (accessible à partir de la page de liens du Polysphère, www.polysphere.ca). Vous pouvez aussi vous le procurer dans un format papier pratique à Coopoly pour la modique somme de 1,25$.

En espérant que ce guide puisse vous aider à faire des choix éclairés, le Polysphère vous souhaite une bonne consommation responsable!

Mots-clés : polysphère (21)

Articles similaires

Le pont de la discorde

20 mars 2008

Le prolongement de l’autoroute 25 a refait surface dans les médias récemment. Trois groupes environnementaux, Greenpeace, Équiterre et le Conseil régional de l’environnement de Montréal, veulent faire arrêter les travaux de construction qui ont commencé depuis peu en faisant déclarer illégales la procédure suivie lors des audiences publiques du BAPE et l’adoption des décrets, le promoteur du projet ainsi que les impacts environnementaux liés à la construction et à l’exploitation du pont n’étant pas...

La fin des haricots verts…

20 février 2009

Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. – Kenneth Boulding, 1980 Par Dominic Lemoine Le pétrole, le sang de la société industrielle, n’est pas aussi abondant que nous le croyions. Pire encore, il semble que le simple maintien de la production actuelle au-delà de 2010 serait aujourd’hui mis en doute. Enquête sur un problème largement méconnu et sur ses implications. L’émission «...

iDéchet

29 novembre 2007

Le phénomène des déchets électroniques est une problématique relativement récente parmi celles des déchets domestiques en général. Plusieurs définitions de déchets électroniques existent : certaines incluent les électroménagers en plus du matériel informatique, audio et vidéo, d’autres non. La définition qui sera utilisée dans l’article inclut tous les produits qui contiennent des circuits imprimés. Ce qui rend particulières les composantes électroniques en tant que déchet est leur complexité, leur toxicité et leur multiplication. En...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.