Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Voodoo Homemade

De tous les temps, les humains ont eu recours à des symboles pour accessoiriser leur spiritualité. Il y une foule d’objets sacrés servant à lier Ciel et Terre. Ces objets donnent souvent le ton de la religion et font ressortir la mécanique de son emprise sur les humains. Certaines religions sont basées sur la reconnaissance d’un sacrifice fait par un prophète ou servant d’inspiration à un mode de vie. D’autres font tout simplement peur.

Ganesha est mystique et hypnotisante, de façon à vider l’esprit et permettre une méditation des plus intense. Bouddah, lui, bien assis et mou, me réconforte en souriant. Jésus de son côté est franchement lugubre et tristement dégueulasse, tout endommagé sur sa croix, de quoi nous faire sentir vraiment ingrat. Je ne comprends pas l’honneur que les chrétiens lui font en l’exposant à son pire moment en petites culottes. Moi si j’avais à être honoré ou rappelé, je voudrais que ce soit fait de façon sobre et de bon goût, par une statue de moi torse nu en train de danser en faisant tourner mon chandail au dessus de ma tête. Juste à côté de mon monument, en permanence, un petit Ghetto Blaster qui joue du Scissor Sisters en boucle! Ça sera 2006 tous les jours! Jusqu’à la fin des temps ! À moins que les gens soient trop cheap pour remplacer les batteries…ouais, c’est sûrement ça qui va arriver…dommage.

L’objet de culte qui me fait le plus peur n’est pas le kirpan, mais la poupée voudou. Sincèrement, elles me donnent la chaire de poule. Je trouve tellement vicieux de faire une figurine à l’effigie de son ennemi et de s’imaginer que ce que l’on tient entre les mains a le pouvoir de faire du mal.

D’un seul coup d’aiguille, la douleur est téléportée sur le martyr.

Un peu comme un alias.
Juste à y penser, j’angoisse. Peut-être qu’il y a plein de poupées qui me représentent. Peut-être qu’il y a des gens qui m’en veulent… pour n’avoir rien fait dans leur travail d’équipe, pour leur avoir menti, pour avoir ri de leurs vêtements au secondaire, pour avoir cruisé leur blonde, pour avoir bu leurs bières, pour avoir fait croire que leur examen était reporté, pour ne pas avoir voté pour eux aux élections, parce que je suis une proie facile, parce que je me complais dans la facilité, pour avoir gaspillé des arbres avec mes articles à la con, parce qu’en page 2 il pourrait y avoir des articles d’ISF, pour avoir ridiculisé leurs rêves…

Trop de raisons et trop d’énergie négative.

J’ai donc décidé de créer mon propre objet de culte, ma version méliorative du vaudou. Je l’ai baptisé, la poupée TooDoo®.

La TooDoo®, du français « tout doux », est une poupée de chatouilles et d’orgasmes… à répétition si vous voulez.

En gros, comment ça marche, c’est que ça prend la valeur absolue de tout ce que tu lui fais. Donc ça rends agréable n’importe quel supplice. Le mieux qui puisse t’arriver c’est que ta poupée TooDoo® se ramasse au beau milieu d’une autoroute… le Nirvana!

C’est une poupée que tu fais toi-même et que tu laisses trainer un peu partout. Tu peux même en faire tout plein et les distribuer dans les CPE comme les barres nutritives (!?) IGOR ®.

C’est super simple à faire. Premièrement, tu prends une photo de toi qui fait l’étoile et tu l’imprimes en noir et blanc avec une imprimante laser. Tu prends un bout de tissu et tu le badigeonnes de vernis à tissus Mode Podge. Découpe ta photo. Transfert ta photo sur le tissu (prélablement vernis et séché) en imbibant le papier avec du dissolvant à vernis à ongle. Attends une minute que le dissolvant se soit évaporé et met le tissu avec le papier collé sous l’eau pour te débarrasser du papier. Frotte un peu, tu devrais voir ta face sur le tissu. Ensuite, tu prends du fil pis une aiguille pis tu suis à peu près le contour de ton corps. Rembourre-la. Lève ta poupée devant le soleil à midi et dit : « TooDoo® Waga doo doo ! » C’est aussi simple que ça! Moi personnellement, j’écris mon numéro de téléphone dessus, comme ça, si quelqu’une trouve ma poupée cute… et ben ooh!

Si vous voulez, je peux vous en faire une!

* * *

N’oubliez pas que tout ça n’est qu’un jeu et n’a pas grande valeur spirituelle. C’est pourquoi je termine cet article avec une phrase, malheureusement sérieuse, qui m’a beaucoup plu et qui expose bien le conflit entre le besoin de spiritualité et les conséquences de l’existence des différentes interprétations religieuses :
« L’homme est la pire création de Dieu, et Dieu, la pire création de l’homme. »

<< Truc précédent|Truc suivant >>

Mots-clés : Le truc à Renaud (27)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Les élections, éternelle course aux votes…

16 mars 2007

À moins de deux semaines des élections provinciales, les intentions de vote de la plupart des Québécois sont toujours divisées. Malgré les trois « gros » partis qui veulent nous représenter à l’Assemblée Nationale, on peut être sûr que les intérêts des étudiants ne seront que peu, ou pas, respectés. Mais alors, qui donc Mario Dumont, Jean Charest et André Boisclair veulent-ils représenter ? Les trois partis se retrouvent donc presque nez-à-nez à l’approche...

Le diable en partage

16 mars 2007

Le passage de Fabrice Melquiot à Montréal, la semaine dernière, à l’occasion de la création québécoise de sa pièce Le diable en partage, semble avoir été reçu par le milieu théâtral d’ici comme une démonstration de son propre dynamisme. Il faut dire qu’à 35 ans, le comédien français, reconverti en auteur prolifique, apportait dans ses valises sa réputation de gars à qui tout réussit. Autant le dire tout de suite, la première de ce...

Le courrier des gens fâchés

16 mars 2007

Drunken Donut Salut les gars, C’est en dégustant un énième muffin aux triples morceaux de chocolat que je prends le temps de dicter à ma secrétaire ces quelques mots qui, je l’espère, vous feront plaisir lorsque vous les lirez. J’aime ça les muffins. Les muffins à la crème surtout. Avez-vous jamais ressenti le plaisir de dévorer votre premier muffin de la journée tout enveloppé de papier dégoulinant de gras, puis vous attaquer au deuxième,...