Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le monde selon JP

Lundi soir. Mes examens de mathset de mécanique de la semaine prochaine attendront. Ce soir, je passe ma soirée à regarder Heroes. Une série étasunienne comme seul les étasuniens savent faire. Je me demande ce qui fait qu’on (enfin les freaks comme moi qui passent leur soirée à regarder la tv… soit les ¾ des polytechnicien(ne)s) reste accroché à ce genre de séries. Le petit JP en moi clique sûrement, mais c’est plus le besoin d’être meilleur, d’être mieux, d’être spécial qui nous attire… et qui garnissent les poches des majors de la télévision étasunienne.

Du 1er au 28 février se tenait le 16e mois de l’histoire des Noirs. Pendant ce mois on commémore, on sermonne et on se congratule pour les progrès accomplis. Et quels progrès! Difficile d’imaginer qu’il y a moins de 100 ans, seule la discrimination régissait les relations entre Noirs et Blancs. D’après Statistiques Canada, en 2001, 4.1% des montréalais(es) sont noir(e)s. N’en déplaise à une minorité d’irréductibles, il est maintenant banal de voir un Noir dans un métro, dans un bureau ou dans la rue. Même à la télévision, les couples de Heroes sont des couples interraciaux. Malheureusement le concept même d’interacialité, cher au Québec, n’existe pas vraiment en réalité. Les minorités juives dans leur immense majorité s’isole du monde politique et social sauf lorsque ce qu’ils considèrent être leurs droits sont menacés. Les minorités noires se « ghettoïsent » dans 2 ou 3 quartiers jugés pauvres ou violents. Le chemin vers cette belle interracialité, où il y aurait un véritable dialogue et échange entre nouveaux et anciens arrivants (sans oublier les autochtones) est encore très long.

Tout est question de proportion.

Les politiques et les sociologues prêchent souvent les vertus de l’immigration pour faire face au « déclin démographique de la population québécoise ». En clair, c’est rien de plus que mon sperme mais pas tout le « kit » qui va avec, que Charest et cie veulent. Malheureusement je suis vraiment pas prêt à me masturber uniquement pour le triple menton de Charest. Seulement si les femmes québécoises ne veulent plus être traitées en simple outil de reproduction pourquoi devrais-je accepter d’être réduit à mon sexe? (quoique…) Ma contribution à la société québécoise ne se résume pas à procréer, j’ai droit à la même dignité que le peuple québécois a exigé lors de la révolution tranquille.

Français, please!

Ma mère m’a toujours vanté un Québec défenseur de la langue française. Imaginez alors ma surprise lorsque je suis arrivé (ou revenu) en terre québécoise, lorsque mon ami québécois m’a prêché les vertus du « tips », pesté contre tout les « chars », ou m’a présenté à ses « chums ». J’ai alors exprimé ma désapprobation totale face à l’incohérence du fait français au Québéc. Un concert de sourire moqueur m’a alors accueilli : « Ah, maudit français ! ». Quelques années plus tard, j’avais compris. Alors que j’étais chez un chum, celui ci me demanda : « passe moi don’ le screw driver, il faut que j’aille fixer mon truck », et moi de lui répondre « Maudit, que ton français ne fait pas de sens ! ». Il a souri, j’étais INTÉGRÉ.

Dumontisme

La performance de Mario Dumont à Tout le monde en parle à cimenté mon scepticisme par rapport au programme de l’ADQ. Les propos du chef de l’ADQ prouvent à quel point son programme est vide, populiste et superficiel. M. Dumont ayant une mauvaise mémoire des chiffres, il a été incapable de donner le budget que son parti allouera à l’éducation et la santé qui sont pourtant les chevaux de batailles de l’ADQ. Oublions les chiffres un moment, Dumont a passé son temps à débiter des paroles creuses mais belles à entendre. C’est bien beau l’autonomie surtout tout le monde peut l’interpréter comme il le désire. Un problème avec l’éducation? L’ADQ a LA solution : abolir les commissions scolaires … et remplacer par? L’ADQ veut remettre le Québec sur les rails après 4 ans de déroute libérale. Seulement l’ADQ est Dumont et Dumont est l’ADQ. Aussi large que puissent être ses épaules, je doute fort qu’il puisse à lui seul accomplir cette tâche. Mais soyons rassuré, avec l’ADQ on aura un chef d’État qui dotera la société québécoise d’un bulletin scolaire chiffré. On va faire des envieux dans le monde!

Mots-clés : Le monde selon JP (4)

Articles similaires

Le monde selon JP

16 février 2007

Une fois de plus, m’en vais chialer contre le gros voisin d’en bas. On aurait pu croire qu’après l’échec de la guerre en Irak, la déconfiture qu’ont subit les républicains, Mr Bush aurait retenu la leçon. Mais non, le New York Times nous apprenait que son administration avait de beaux plans pour frapper sur les méchants Iraniens. Pourtant sur les deux champs de batailles qu’il a lancé durant ses présidences, les mots « succès...

Le monde selon JP

20 mars 2008

Présidentielles américaines Je lisais récemment le blog d’un chroniqueur de la Presse sur ces fameuses primaires américaines. L’auteur se posait la question à savoir pourquoi un tel engouement médiatique pour des élections où nous modestes citoyens non-étasuniens, n’avons finalement rien à dire? Ce pourrait être une question légitime à mon sens, si on parlait des frasques d’un macho populiste et égocentrique fraichement élu à la tête d’un ancien empire (supposément) en déclin, en effet...

LE MONDE SELON JP

23 février 2007

Samedi dernier, le Devoir sortait un (enième) dossier tentant d’expliquer le mystérieux mystère de Québec. La Capitale nationale défierait donc toutes les lois établies (à Montréal par Montréal) et continuerait à faire à sa tête en période électorale. Une page entière pour arriver à la conclusion pourtant évidente, que les Québécois (de Québec) ont voté à droite parce qu’ils sont de droite. Wow! Le Bloc a commencé une introspection suite à sa déconfiture du...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.