Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Boire varié! Trouver à boire?

Samedi dernier, j’ai eu la chance de faire quelque chose de très intéressant avec une bande d’amis : une dégustation de bière. Rien de fancy ou d’organisé à fond comme les Houblonneries (j’ai hâte!) ou le Mondial de la Bière de Montréal : juste nous dans mon appart avec plein de bouffe de tous genres et plus de 25 bières différentes prêtes à être bues et jugées selon notre bon plaisir. Il y avait de l’enthousiasme, ça je peux vous le dire!

Comment trouver une telle variété de bière ? En général au dépanneur du coin, on trouve pas mal toutes les Molson, Labatt et autres du genre, ainsi que la plupart des Unibroues, les Boréales, Cheval Blanc et les bières importées en masse, comme Corona, Sol, Heineken, Stella Artois. C’est déjà pas pire comme choix !

Certaines épiceries, surtout les plus grosses, ont une encore plus grande variété. Étonnamment, le Métro près de chez moi (Wilderton) a une bonne sélection. Probablement parce qu’il y a beaucoup d’étudiants dans les alentours. Il y a une épicerie en particulier qui est intéressante et qui vaut le détour, il s’agit de l’épicerie Joannette, près du métro De l’Église. Le proprio est un amateur de bière et garde un inventaire impressionnant qui contient entre autres la plupart des bières des microbrasseries québécoises. Certaines sont difficiles à trouver ailleurs ! Si une bière apparue dans ces chroniques vous est totalement inconnue, je l’ai probablement achetée là.

Pour ceux qui sont désireux de connaître les bières du monde, la SAQ pourrait vous surprendre. Les choix varient d’une succursale à l’autre, mais il y en a de plein de pays différents et, bien que plus dispendieux en général, ce n’est pas aussi cher que ce à quoi je m’attendais.On peut parfois trouver des petits barils (mini-kegs !) de 5 litres à la SAQ. J’ai trouvé un baril de Dab à la SAQ et un de Boris au Métro. Il y en a d’autres qui se font, mais on ne les voit seulement que pendant le temps des fêtes. D’ailleurs, une pyramide de mini-kegs, c’est parfait pour décorer un appart.

N’oubliez surtout pas : la bière c’est meilleur en bonne compagnie !

Les bières de la semaine : D’Ham Brune (Les Brasseurs du Hameau, Québec) – 5,5%, sur lie

C’est une bière brune TRÈS mousseuse, mais qui heureusement se dissipe assez rapidement lorsqu’on rate son coup en la versant… Quasiment aucune odeur, quoique c’était peut-être à cause de la trop grande quantité de mousse dans mon verre. Goût légèrement amer. Arrière-goût de café et de grain grillé. La finition en grain de café lui fait beaucoup ressembler à la Guinness. Une bonne bière, mais qui manque un peu de complexité pour une brune.

Chouffe blonde (Brasserie d’Achouffe, Belgique) – 8%, sur lie

Bière blonde avec une forte odeur d’épices et même un peu d’agrumes. Elle produit une mousse riche et blanche. Son goût est complexe et agréable, un épais mélange d’épices (la seule que j’ai pu dissocier des autres semble être le clou de girofle… ma culture de cuisine fait défaut !), avec un goût de levure. Arrière-goût languissant de levure. Cette bière est étrange au premier goûter, à cause des épices, mais ce n’est certainement pas désagréable et elle ne demande qu’à être essayée encore afin de découvrir ses secrets. D’ailleurs il y aurait peut-être un peu d’orange…

1837 (Unibroue, Québec) – 7%, sur lie

Robe blond pâle. Elle a l’odeur d’un bon fromage terreux, c’est la première fois que je sens quelque chose comme ça dans une bière. Douce en bouche, presque veloutée comme la Guinness, elle chatouille le palais au passage. Son fort goût d’alcool se marie quand même bien avec le blé. Arrière-goût de blé qui disparaît rapidement. Cette bière est brassée en l’honneur des patriotes québécois.

Mots-clés : Dégustation (6)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.