Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

En attendant la prochaine coupure

À la dernière parution de la chronique dite «Courrier des gens fâchés» (chronique oui, car personne n’est dupe : qui perdrait son temps à envoyer ses états d’âme lesquels s’apparentent le plus souvent à des fadaises à ma chère feuille de chou ?), une lettre savamment concoctée par moi-même et mon acolyte occasionnel Imad fut censurée par les «hautes instances dirigeantes» du Polyscope. Même si je n’arrête pas de me creuser la tête, bon Dieu de bon Dieu, je n’arrive toujours pas à trouver de raison justifiable à l’atrocité qu’ils ont commise. Comme si nos niaiseries méritaient tant d’intérêt de leur part. De plus, ils ont coupé dans la partie qui était la moins susceptible de leur attirer des ennuis. Si seulement ils avaient lu avec un tout petit peu plus de discernement !

La lettre en question visait à dépeindre un hurluberlu qui ne comprend rien aux caricatures et à la bédé réalisées hebdomadairement par notre dessinateur attitré Latyr Niang. Il les critique vertement dans sa lettre dans un style carrément vulgaire. Nous l’avons fait s’exprimer de cette façon pour accentuer les traits grossiers du personnage.

Les caricatures de Latyr sont le plus souvent drôles à souhait et parfois même corrosives à l’extrême (ce qui n’est pas personnellement pour me déplaire). Mais il se trouve aussi malheureusement des personnes qui dénigrent son travail et son humour et nous voulions nous réserver le droit de leur répondre par l’entremise de cette lettre fictive agrémentée d’une cinglante réponse de Latyr qui se voulait en même temps un peu marrante (avec toute la réserve que nous pouvons émettre nous-même à l’encontre de notre humour). Donc voici le contenu de la lettre (j’ai vraiment envie de me faire couper une deuxième fois!).

« Je me suis mis à lire le Polyscope il y a 4 semaines, et j’ai noté une section qui revient à chaque semaine: la caricature. Je t’en demandes-tu des dessins tout croches qui ne veulent rien dire? Même des traces de caca sur du papier cul sont plus artistiques que vos cochonneries. C’est-tu un handicapé qui dessine ça ? Si oui, alors je suis pour un accommodement raisonnable ayant pour but de prévoir des journaux faits par des handicapés, destinés à des aveugles. Merci.»
Signé Jean Némard

Et voici la réponse.

« Oh, le cave, c’est quoi ton problème !? T’es pas capable d’apprécier un minimum de contenu artistique dans cette feuille de chou ! Dire que c’est moi qui me fends le cul chaque semaine à pondre un dessin marrant pour qu’il ne soit apprécié finalement que par des trisomiques dans ton genre! De toute façon, c’est bien connu, les étudiants de Poly sont insensibles à toute forme de beauté du moment qu’elle ne possède pas une grosse paire de seins pour se mettre en valeur.

Eh, ducon ! Ça t’arrive de faire la différence entre Salvador Dali et un peintre en bâtiment ? J’en doute fortement. Contente-toi des pages sport du Journal de Montréal, ça t’évitera des crampes au cerveau.»
Signé L’attire Gnion

Voilà, je relis ça et je ne vois toujours pas. C’est peut-être mal écrit, gratuit, pas drôle, mais qui prétend l’être tout le temps dans ce journal, et qui prétend l’être tout court ?

En lisant ça, Latyr fou de chagrin et de rage, aurait sûrement remis sur le champ sa démission à la direction du Polyscope et n’aurait pas connu de repos avant de nous avoir trucidés moi et Imad.

En refléchissant cinq secondes, on est capable de comprendre que ce courrier est destiné, de façon maladroite sûrement, à défendre Latyr, artiste qui se désole du peu de culture, d’humour et de malice dont font preuve habituellement nos collègues étudiants de Polytechnique (cette opinion est bien sûr exagérée, à ne pas prendre au premier degré, une caricature quoi! ).

Mais dans le fond, c’est peut-être nous les méchants sans coeur et sans reproche. Il est définitivement temps qu’on arrête de lancer des attaques gratuites contre les honnêtes gens et qu’on se mette aux blagues de cul. Il paraît que c’est ça qui fesse par les temps qui courent.
Latyr, si tu lis cet article et si notre blague t’a offensé, on s’en excuse platement. Mais on est sûr que, comme nous et les Belges :), t’es pas si con que ça dans le fond.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Que les banques goûtent à leur propre médecine !

23 mars 2012

Enfin, un peu d’aide afin de rendre la position pro-hausse cohérente Lorsque j’étais au secondaire, de 2003 à 2008, il m’arrivait de lire la Presse. À la fin, dans la section des opinions et des lettres, où diverses personnes s’exprimaient régulièrement sur pourquoi le Québec a des problèmes et sur les solutions qu’on doit amener à ces problèmes. L’idée suivante était généralement exposée par l’Institut économique de Montréal et le Conseil du Patronat : en...

À la découverte de Verdi

19 mars 2010

L’Opéra de Montréal présente des œuvres lyriques connues mondialement, comme la Flûte Enchantée. Mais l’Opéra souhaite également aller plus loin, en affichant à sa programmation des œuvres plus en retrait, comme en témoigne Simon Boccanegra, un opéra signé Verdi. Ce n’est pas l’œuvre du compositeur romantique italien la plus connue. Verdi est l’un des compositeurs italiens les plus influents du XIXe siècle, et certains airs de ses opéras sont passés dans la culture populaire,...

Entrevue avec Pauline Marois, Chef de l’opposition et chef du Parti Québécois

20 mars 2009

La chef du parti de l’opposition s’exprime en exclusivité dans le Polyscope sur les thèmes majeurs du Québec : l’économie, l’actualité, et bien sûr l’éducation. En pleine crise économique, quelles sont les réponses qu’apporte l’opposition face au gouvernement Charest ? Bio: Née à Québec en 1949, Pauline Marois est millante de la première heure au PQ. Attachée de presse de Jacques Parizeau, elle devient ensuite par la suite chef de cabinet de la ministre...