Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Élections déclenchée

Le meilleur moyen de savoir que les élections sont déclenchées, c’est de regarder dans la rue pour vérifier si les potaux arborent des pancartes nous montrant des hurluberlus prétendant être l’homme (ou la femme) de la situation. Par contre, peut importe la face qui pollue le paysage urbain déjà gris, les élcteurs n’ont plus tendance à voter pour un parti et son programme électoral que pour les compétences du candidat de sa circonscription. Parlons-en justement des programmes des partis. Passons directement aux libéraux dans la mesure où la plateforme électorale du Parti québécois est actuellement inexistante et Boisclair refusait de se prononcer à ce sujet mercredi. Elle ne sera d’ailleurs pas disponible avant le 24 février, si on se fie à leur site web. C’est dommage que Charest n’ai pas déclaré « Nous sommes prêt!, Pas vous? » De toute façon, nous savons déjà à quoi la campagne du PQ va se résumer : la souveraineté à tout prix. Désolé, mais je ne suis pas convaincu.

En ce qui concerne les libéraux, limitons nous à ce qui nous intéresse vraiment, c’est à dire leurs engagements en matière d’éducation post-secondaire. Ils promettent notemment un investissement « massif » (1 milliard d’ici 2012), un dégel des frais de scolarité et une augmentation conséquente des prêts et bourses. Alors qu’un dégel des frais de scolarité est souhaitable (je ne veux par contre pas ouvrir ici ce débat et, après tout, deux dollars par semaine, c’est pas la mer à boire) [NDLR: cet argument est éculé] pour pallier au manque de financement universitaire, le PLQ a malheureusement perdu toute crédibilité par rapport au réinvestissement avec le dossier des coupures de 103 millions. Bref, encore une fois, c’est difficile d’être convaincu.

Et l’Action Démocratique du Québec, alias « l’ Equipe Mario Dumont »? La plateforme adéquiste est complête, mais vague. Les engagements « semblent » clairs, mais n’offre aucune précision quant aux montants dont il est question. Ceci étant dit, l’ADQ a l’intention, tout comme les libéraux, de redresser le budget de l’éducation post-secondaire, de dégeler les frais de scolarité et de réinvestir en conséquence dans les prêts et bourses. Côté crédibilité, je ne sais pas trop quoi penser de l’ADQ, mais d’une façon ou d’une autre, est-ce que quelqu’un veut vraiment l’ADQ à la tête du Québec?

À moins d’avoir vendu son âme à la cause souverainiste ou fédéraliste, il est difficile de faire un choix sans en garder un goût amer dans le fond de la gorge. Ceci étant dit, même si c’est pour voter blanc le 26 mars, exprimer son vote c’est exprimer son opinion et comme on dit « Si tu vote pas, t’as pas le droit de te plaindre du résultat. »

Articles similaires

Mi figue, mi raisin, mi gréviste

11 mars 2005

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l'assemblée générale (...) Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. Je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute...

Entrevue avec Pauline Marois, Chef de l’opposition et chef du Parti Québécois

20 mars 2009

La chef du parti de l’opposition s’exprime en exclusivité dans le Polyscope sur les thèmes majeurs du Québec : l’économie, l’actualité, et bien sûr l’éducation. En pleine crise économique, quelles sont les réponses qu’apporte l’opposition face au gouvernement Charest ? Bio: Née à Québec en 1949, Pauline Marois est millante de la première heure au PQ. Attachée de presse de Jacques Parizeau, elle devient ensuite par la suite chef de cabinet de la ministre...

Politique dentaire

3 novembre 2006

Voter pour un politicien, c’est un peu comme choisir un dentiste. Beaucoup font le choix, par habitude, sans trop se poser de questions. Pour les autres, excluant ceux qui ne votent pas, et qui puent de la gueule, c’est un choix régulièrement pénible et celui-ci doit être judicieux. Finalement, malgré toutes les vérifications et précautions prises, on espère toujours que ça ne fera pas trop mal. La différence avec les politiciens c’est qu’on sait...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Mi figue, mi raisin, mi gréviste

11 mars 2005

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l'assemblée générale (...) Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. Je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute...

Peut-on faire confiance aux libéraux ? Partie 1

10 décembre 2008

Hier, l’actualité des libéraux, que ce soit au niveau fédérale ou provinciales, était bien chargée. D’un côté la démission surprenante de Bob Rae à la course à la chefferie du PLC mettait fin au suspens et permettait à Michael Ignatieff d’être assuré de devenir le successeur légitime de Stéphane Dion. De l'autre côté, au niveau provincial, Jean Charest, premier ministre québécois et chef du PLQ, commentait les élections et promettait de travailler avec une...

L’actualité automobile – Salon de Genève 2009

13 mars 2009

Me voilà de retour après 2 semaines de « vacances » bien méritées. Entre temps, de nombreux constructeurs automobiles ont exposé certains de leurs modèles les plus audacieux au Salon de l’Auto de Genève. Je suis allé y faire un tour (virtuel, malheureusement) et voici ce qui a retenu mon attention. Supervoitures Preuve que les photos-espions ne mentent jamais, Lamborghini a présenté en grande pompes sa Murciélago la plus évoluée, la LP-670-4 SV. Le...