Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

LE MONDE SELON JP

Samedi dernier, le Devoir sortait un (enième) dossier tentant d’expliquer le mystérieux mystère de Québec. La Capitale nationale défierait donc toutes les lois établies (à Montréal par Montréal) et continuerait à faire à sa tête en période électorale. Une page entière pour arriver à la conclusion pourtant évidente, que les Québécois (de Québec) ont voté à droite parce qu’ils sont de droite. Wow!

Le Bloc a commencé une introspection suite à sa déconfiture du 23 janvier 2006 à Québec. L’intention est louable, mais les conclusions de cette introspection le sont beaucoup moins. En fait on a l’impression que les Québécois sont (plus) à droite juste pour emmerder les Montréalais. Et donc pour gagner des votes, les troupes de Gilles Duceppe vont « démontréaliser » les politiques du Bloc, ce qui veut dire à toutes fins pratiques que le Bloc va recentrer ses politiques.

Les grands partis sont devenus tellement grand, qu’ils n’ont même plus de ligne directrice, plus de colonne vertébrale. Ils voguent d’élection en élection au gré des sondages et des tribunes téléphoniques. Mario Dumont l’a bien démontré, après avoir défendu les accommodements raisonnables dans les écoles, à qui voulait bien l’entendre (plus de 30% des québécois de Québec par exemple) qu’il était le grand défenseur d’un Québec menacé par ses 1.5% de Musulmans, ses 1.3% de Juifs ou ses 0.1% de Sikhs (Recensement 2001). Bref, l’art de dire ce que les électeurs veulent entendre.

Montréal

D’ailleurs Montréal continue de perdre de plus en plus de plumes sur l’échéquier politique. Les libéraux font les beaux yeux aux banlieusards, le Bloc est tourné vers Québec et les péquistes ? Invisible, ici comme sur bien d’autres points. Nos rues nous font (structurellement) honte, le manque de projet stimulant font palir le prestige de Montréal et pendant ce temps les élections municipales tournent autour de la propreté des rues. Pour rendre Montréal plus belle et plus attirante, on crée des brigades de nettoyage… comme ça les touristes pourront se mirer dans nos rues éclatantes. L’obsession du déficit zéro paralyse le développement de Montréal. La qualité de vie des Montréalais ne fait malheureusement pas partie de l’équation dans les finances de M.Tremblay. Pourtant combien cela doit être stimulant de vivre dans une Londres et sa zone sans voiture, dans un Montpellier avec son Tramway, dans un Bilbao avec son musée… ou dans un Montréal avec ses super-centres de santé ?

En dehors de Montréal, on se plaint de toute « largesse » accordée à Montréal. Pourtant cette dernière fait vivre toute la province. Les constructions et rénovations pour le 400e de la ville de Québec n’auraient pu se faire sans les fonds provenant majoritairement de Montréal. Les autoroutes reliant Montréal aux Banlieues sont financées en grande partie par Montréal. Alors on pourrait s’attendre à plus d’attention de la part des dirigeants, mais faut croire qu’on n’est pas assez beau ou qu’on ne chiale pas assez fort.

Plus loin

Le français Maurice Papon faisait un pied de nez à la Justice-avec-un-grand-J. Après le dictateur Chilien Pinochet, c’est maintenant ce collaborateur des Nazi qui s’est endormi bien tranquillement (qu’est ce qu’une crise cardiaque comparé à ce qu’ont subi les milliers de personnes internés sous ses ordres?) dans son lit le 17 février dernier. Il est intéressant de noter que tous ces auteurs de crimes contre l’humanité s’en sortent avec une aisance incroyable, alors que de plus en plus de lois sont contraignantes envers les mineurs responsables de délits mineurs. La comparaison est à peine osée, car la notion de proportionnalité est censée être capitale en justice. Mais de plus en plus la dignité (pour autant qu’ils en aient) de ces criminels de guerre passe souvent avant la peine qui leur a été infligée. Et il leur suffit de plaider une quelconque sénilité pour sortir de prison avant le tiers de leur sentence.

Mots-clés : Le monde selon JP (4)

Articles similaires

Le monde selon JP

16 mars 2007

Lundi soir. Mes examens de mathset de mécanique de la semaine prochaine attendront. Ce soir, je passe ma soirée à regarder Heroes. Une série étasunienne comme seul les étasuniens savent faire. Je me demande ce qui fait qu’on (enfin les freaks comme moi qui passent leur soirée à regarder la tv… soit les ¾ des polytechnicien(ne)s) reste accroché à ce genre de séries. Le petit JP en moi clique sûrement, mais c’est plus le...

Le monde selon JP

16 février 2007

Une fois de plus, m’en vais chialer contre le gros voisin d’en bas. On aurait pu croire qu’après l’échec de la guerre en Irak, la déconfiture qu’ont subit les républicains, Mr Bush aurait retenu la leçon. Mais non, le New York Times nous apprenait que son administration avait de beaux plans pour frapper sur les méchants Iraniens. Pourtant sur les deux champs de batailles qu’il a lancé durant ses présidences, les mots « succès...

Le monde selon JP

20 mars 2008

Présidentielles américaines Je lisais récemment le blog d’un chroniqueur de la Presse sur ces fameuses primaires américaines. L’auteur se posait la question à savoir pourquoi un tel engouement médiatique pour des élections où nous modestes citoyens non-étasuniens, n’avons finalement rien à dire? Ce pourrait être une question légitime à mon sens, si on parlait des frasques d’un macho populiste et égocentrique fraichement élu à la tête d’un ancien empire (supposément) en déclin, en effet...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.