Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Candidats à la direction générale : ce que vous devez savoir…

Au cours des dernières années, une saga épique s’est déroulée entre les murs de notre belle école sans que la plupart d’entre vous ne s’en doute. Aujourd’hui, en primeur et en exclusivité, nous avons pensé vous distraire un peu en vous mettant au courant des grandes lignes de cette histoire pleine de rebondissements.

En 50 avant 2051, toute l’aire départementale est occupée par l’empire « non-matériel »… Toute? Non, un petit programme résiste encore et toujours à l’envahisseur. Désolés pour le petit délire genre « Astérix », l’idée est que malgré le démantèlement du Département des Matériaux (et oui, il y en avait un jadis), le programme de matériaux existe toujours.
En 2001, le programme des matériaux est sous la tutelle de 4 départements à la fois… beau bordel! Vous imaginez sans doute les complications administratives que cela entraîne. Au moment des rentrées d’argent, les gestionnaires de chaque département sont au rendez-vous. Mais au moment de payer, par contre, leur présence se fait moins sentir…

Remarquez, nous n’étions pas les seuls à trouver cela compliqué. Même l’administration de l’École commençait à s’y perdre et en 2004, ils ont décidé de diminuer le nombre de départements impliqués. Il n’en reste que deux aujourd’hui. Cependant les problèmes ne se sont pas réglés.
En 2005, suite aux nombreuses inquiétudes manifestées par les étudiants de Génie des Matériaux, le CEGMat décide d’envoyer une lettre à M. Lafleur qui était alors directeur de l’enseignement et de la formation de l’école. L’objet de cette lettre était de revendiquer la réinstauration d’un département de génie des matériaux, ou tout au moins l’application de mesures permettant de pallier aux problèmes engendrés par la position actuelle « entre deux chaises » du programme.

Leur réponse?

L’Assemblée de Direction (l’AdD) nous a répondu en réitèrant sa position de 2003 à l’effet qu’ils ne jugent pas pertinent de rétablir un département propre au Génie des Matériaux.

Toutefois, ils nous ont alors assuré que des mesures seraient prises afin de renforcer le dynamisme du programme de Génie des Matériaux et de favoriser sa croissance. Pour reprendre les termes qu’ils ont utilisés à l’époque, ils nous exprimaient leur volonté de « continuer à supporter le programme de Génie des Matériaux et de lui fournir les ressources nécessaires à son épanouissement ».

Alors, pourquoi cet article?

Parce que non seulement les problèmes ne se sont pas réglés, mais en janvier 2007, un nouvel épisode s’ajoute à la saga. Imaginez-vous donc que cette fois-ci, l’administration entame des procédures afin de geler les admissions au programme de Génie des Matériaux pour l’hiver 2008… ce qui revient à dire que le programme cesserait d’exister en 2012. Et c’est ça qu’ils appellent fournir au programme les ressources nécessaires à son épanouissement ?!

À première vue, cette décision peut sembler ne concerner que les étudiants en matériaux. Nous croyons toutefois, au contraire, qu’elle est susceptible d’intéresser chacun de vous dans le contexte de procédure de sélection du prochain Directeur Général de l’École Polytechnique. En effet, la décision de geler les admissions au programme de Matériaux émane de l’AdD et il s’avère que deux des candidats en course pour la direction générale de notre école siègent sur cette instance. Il s’agit de M. Christophe Guy, directeur de la recherche et de l’innovation, et de M. Pierre G. Lafleur, directeur de l’enseignement et de la formation. Dans le cas de M. Lafleur, il est intéressant de souligner que c’est lui qui signait en 2005 la lettre citée précédemment où il nous assurait de son soutien au programme de Matériaux. Nous avons donc toutes les raisons de questionner l’honnêteté et la franchise dont il a fait preuve à notre égard, considérant le brusque changement de position de l’École dans le dossier.

Malgré les promesses que l’on nous avait faites, la qualité de notre programme a continué de se détériorer au cours des dernières années. Jusqu’à récemment, cela semblait contradictoire à leurs engagements à notre égard. À la lumière des derniers développements, toute leur démarche apparaît malheureusement très cohérente si l’on considère que leur objectif ultime est la fermeture du programme.

Que pourrait-on ajouter?

Notre programme est menacé. Lorsque vous allez vous exprimer dans le processus de consultation des étudiants pour le choix du prochain DG, pensez-y à deux fois avant d’accorder votre appui à des candidats qui ne considèrent que l’aspect économique pour prendre des décisions qui concernent la qualité de notre formation d’ingénieur. Leurs agissements ressemblent pas mal plus à de « la langue de bois de politiciens » qu’aux procédures auxquelles on serait en droit de s’attendre dans une institution d’éducation supérieure comme Poly.

Nous invoquons donc notre carte d’entraide collective!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Conférence et atelier : STRESS ET ANXIÉTÉ DE PERFORMANCE

12 mars 2010

Par Gilles Lussier Conférences et ateliers d’information pour l’amélioration des habiletés d’apprentissage qui visent à fournir aux participants divers moyens de développer un ensemble de compétences essentielles à une activité scolaire satisfaisante et plus agréable. Cette semaine, la conférence traitera du stress et de l’anxiété de performance : • C’est quoi, en fait ? • De quel type d’anxiété souffrez-vous aux examens ? • Connaissez-vous les stratégies pour diminuer l’anxiété ? Cette conférence s’adresse...

Le Werther de Goethe remastérisé

23 février 2007

Amorce: La compagnie allemande Gruppe Stemann relève depuis 10 ans le défi de répandre les écrits de Goethe. Elle présentait à l’Usine C Werther ! du 19 au 24 février 2007, un plaidoyer pour l’amour inconditionnel quelque soit l’époque. L’adaptation du premier roman de Goethe est le fruit d’une association entre le comédien Philipp Hochmair et le metteur en scène Nicolas Stemann qui, depuis 1997, ne cesse d’initier et même de faire redécouvrir, à...

Pour la haine de l’art

16 mars 2012

Je dis halte ! Halte aux Césars, halte aux Oscars, halte aux Golden Globes, aux Grammy Awards, halte aux Palmes d’Or, aux Molière, aux victoires de la musique, halte aux MTV Awards, Halte aux cérémonies de récompense destinées aux artistes de tous poils ! Alors voilà tandis que l’économie mondiale continue à s’effondrer, que la Syrie massacre, que la France frémit à l’approche des présidentielles, que la Grèce se meurt, que les sans abris...