Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Musique…

Les Frères Goyette
Minimiser les dégâts
(Indépendant / 2007)

par Vincent Bouverat

Le 10 mars, les Frères Goyette lanceront au Petit Campus leur deuxième disque « Minimiser les dégâts », un disque absurde, drôle, country, rock, folk, comme Vos yeules, on chante, leur premier. À les entendre, on s’imagine facilement une « gang » de gars de bois habillés en chemise à carreaux, légèrement déficients intellectuellement, qui parlent de pêche, de culottes « slaques », de trois roues et de bois. On dirait « le plombier » des Cowboys fringants. Chaque membre du groupe joue son propre personnage et chacun de leurs spectacles est une mise en scène loufoque autour de cette famille imaginaire. Mario chante, Bob joue de la guitare, Michel joue de la batterie, pis Sylvain, ben y’« gosse » du bois! Oui « medame »! Durant tout le spectacle, il va fabriquer une lampe de poche en bois, une cabane à oéseau, un hélicoptère, un taureau électrique, n’importe quoi pourvu que ce ne soit jamais la même chose! Toute la mise en scène est grossièrement discutée avant le spectacle mais le reste c’est de l’improvisation. Et la musique dans tout ça ? C’est bien, sans prétention. Léger, joyeux, bien rythmé, c’est un disque simple et accessible. Le guitariste est excellent, tout comme le batteur, mais ce disque ne se veut pas une démonstration de talent, c’est « la p’tite vie » en musique. Il y a toutefois quelques perles sur ce CD, j’adore vermillon, sa craque au soleil et tennesse. Le reste s’écoute bien, mais s’il n’y avait pas ces paroles crampantes, j’avoue que je ne le passerais pas autant.

En bref, faut les woer en « show » pour sentir la folie d’un groupe qui commence à prendre de l’envergure au Québec !

Gary Moore
Old New ballads Blues
(Eagle Rock / 2006)


par BenJ

Le guitariste Gary Moore est sans doute l’un des meilleurs spécialistes en la matière, réputé pour inclure des sons saturés digne du hard rock. Néanmoins, ses mélodies sont directement reliées au blues. Son plus grand succès restera Parisienne Walkways, où il tient la note pendant plus de 20 secondes.

Cet album reprend donc des vieilles chansons de blues dont il fait les reprises. Les chansons sont belles, un très bon guitariste les remet au goût du jour. Mais je le préfère quand même dans des albums originaux, puisque son style est unique, à la limite entre le guitar-hero et le blues, là où la plupart des guitar-heros font du « hard rock ». Donc le voir faire du blues tout simplement me déçoit, car je l’aime tellement dans son style, mais c’est tout de même un très bon album, avec du caractère.

Je terminerai en disant qu’il vaut le coup d’être vu d’aller le voir en concert, et de se presser car il approche de la fin de sa carrière, pour le voir éxécuter d’une main de maître ses chansons avec toujours autant de facilité.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.