Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une Super Mitaine

En marchant sur Mont-Royal, ma copine et partenaire quand vient le temps de ramasser de la neige, m’offrit un cadeau de Saint-Valentin en avance.

Sous son approbation, j’ai eu droit de m’arrêter 15 minutes au Dollarama.

Si j’étais vraiment masculin et que mon père m’avait inculqué les joies du machisme, j’en serais sûrement au Canadian Tire. Par contre, leurs mauvaises publicités avec un couple d’androgynes dégueulasses et la force du dollar canadien m’ont forgé une fascination pour le prix unitaire.
Aujourd’hui, après plus d’un an d’abstinence, je suis retourné là où mon esprit s’était déjà envolé dans une folie de consommation et d’absurdités.

Le Dollarama sur la rue Mont-Royal est ma muse. Une muse qui m’amuse et dont j’abuse. Je n’ai qu’une excuse, même si je refuse, contre moi elle use toute sa ruse.

Il y a quelque chose de narcotique dans les allées, on se sent tout puissant. Pour la seule fois de notre vie, on peut vraiment acheter tout le magasin! Un orgasme de consommation, probablement suivi d’un mal de crâne réprobateur.

Dans la section Saint-Valentin, le rouge, le rose, le blanc et la mitaine…Un crochet avec des mitaines solitaires, rouge passion, avec du faux mouton dedans.

Étant donné que je peux cacher ma main dans ma poche de droite, une seule mitaine suffira pour me tenir au chaud.

1$ + taxes applicables.

Je sors dehors.

Au fond de ma mitaine, je suis vraiment au chaud. Par contre, je suis un peu inconfortable… Il y a comme un gros « cossin » dans ma mitaine.
Un gros truc en plastique noir. Je m’arrête. Y’a un scraper d’encastré dans ma mitaine!

Quelle situation improbable et burlesque ! Plus fort que mon étonnement, l’incrédulité.

Je trouve incroyable que cela existe. Qu’une équipe de marketing se soit assise en cercle pour en arriver à un projet aussi loufoque et dont le marché est si restreint me dépasse.

Mon hypothèse la plus plausible est que la mitaine soit le résultat d’un cadavre exquis entouré de Space Cookies.

Deux mots et on regarde ce que ça fait :

  • Papier-clavier… eeeeh
  • Verre-USB… non
  • Punaise-extensible…bof
  • Moulin-cheveux… ça va faire des nœuds
  • Mitaine-grattoire… Oh oui! Oh oui!!

Évidemment les biscuits de l’espace font partie intégrante de mon hypothèse.

Je comprends qu’on puisse vouloir scraper au chaud, mais pourquoi ne pas avoir fourni la mitaine pour l’autre main?

Là, on n’a pas le choix, si on veut matcher, on est obligé d’en acheter deux. Une dans chaque main, je vais avoir l’air d’Édouard aux grattoirs d’argent…

Juste à regarder les petites dents rondes pour casser le givre, on comprend qu’ils n’ont jamais vu du verglas de leur vie, ces chinois. On dirait plutôt que c’est fait pour flatter la glace.

Ça a quand même dû être long à développer ce produit là?! Une sage équipe de marketing bien équipée en pâtisseries spatiales pourrait proposer des concepts alternatifs pour diversifier le marché de la compagnie. Je proposerais de faire le Flip n’glove par exemple. Facile pour eux de remplacer le grattoir par une spatule et voilà! Enfin une façon sécuritaire de faire du bacon en bedaine!

<< Truc précédent|Truc suivant >>

Mots-clés : Le truc à Renaud (27)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Quand Chara et PKP s’attaquent au hockey

11 mars 2011

Malgré la neige qui recouvre Montréal depuis plusieurs jours, la tension n’est pas retombée depuis le match de mardi dernier des Canadiens de Montréal. Le hockey est plus que d’actualité ces jours-ci, avec un déferlement de violence, une couverture quotidienne de la part des médias et, bien entendu, la construction du prochain Colisée à Québec. Quand Chara et Pier-Karl Péladeau enfilent leurs patins, c’est pour détruire tout ce qui se trouve sur leur passage......

Au plus profond de la campagne américaine

9 mars 2012

Surréaliste, voilà le premier mot qui me viens à l’esprit lorsque je pense aux primaires américaines qui ont lieu en ce moment. On a beau savoir que l’Amérique profonde est une planète complètement différente, l’étendue de l’ineptie du débat réussit toujours à nous surprendre. Rick Santorum, l’actuel second dans la course, défend avec force les valeurs conservatrices chrétiennes et obtient un succès inquiétant… Question de morale À la base de son discours se trouve...

Ma journée

16 février 2007

Question d’attendre que ma casserole de riz soit prête, je me suis dit qu’il serait probablement plus intéressant d’aller faire un petit tour dans le banc de neige de mon balcon que d’écouter les différents ministres et premiers ministres se bitcher et faire des promesses pré-électorales. Après une heure de pelletage, j’ai retrouvé l’ordinateur que j’avais laissé traîner pendant les vagues de -45°C pour voir si je pouvais l’overclocker suffisamment pour y installer la...