Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Politiquement vôtre

Boisclair est en chute dans les sondages et les libéraux reprennent le dessus. Qui aurait cru que la balance changerait si près des élections. En fait c’était prévisible. Le nouveau chef du Parti Québécois a, il faut se l’avouer, le charisme d’un genou et, comparativement à Marois, en a également le talent. Ce dernier a d’ailleurs cru bon de se payer un voyage en France question de se faire un peu de capital politique à crédit. De toute l’histoire de la déclaration « choc » de Ségolène Royale, je ne retiens pas la tentative de compréhension de sa fameuse déclaration, mais plutôt la recherche systématique de reconnaissance du Québec de la part de la France. Ceux qui s’égosillaient à décrier les restants de traditions impérialistes canadiennes avec l’histoire de la gouverneure générale vont maintenant chercher la reconnaissance de leurs « cousins » outre-atlantique comme si notre petit peuple francophone nord-américain n’était rien sans la sainte approbation de la Grande France. Un tel relent de colonialisme est tout simplement pathétique. Il semblerait que les souverainistes n’ont pas la stature de leurs opinions. On dit souvent que la souveraineté ne se fera pas à Ottawa mais à Québec. Est-ce vraiment nécessaire de dire que la souveraineté du Québec ne peut pas se faire à Paris…

Tour de taille

En attendant les élections, la rentrée parlementaire fédérale se fait sur fond de publicités négatives à l’encontre du nouveau chef du parti Libéral, Stéphane Dion, et d’invitations à faire de l’exercice pour notre cher Premier ministre bedonnant. Le problème c’est qu’on peut maintant s’attendre à ce que le discours (pré)électoral de Harper ne tourne qu’autour d’un manque de cohésion au sein du parti Libéral et autour de son nouveau chef et il aurait bien raison d’agir ainsi dans la mesure où le seul accomplissement dont il peut se vanter est la diminution de la taxe fédérale. Je suppose que Dion va parler du tour de taille de son opposant…

Côté environnement ?

Harper a renié Kyoto et n’a rien proposé de concret pour réduire la pollution alors que les libéraux eux… n’ont pas fait grand chose pendant douze ans… Toutefois on ne peut pas vraiment leur en tenir rigueur, l’environnement n’intéressait personne avant que le protocole de Kyoto arrive à terme. Ce ne sont que de mauvaises habitudes étudiantes qui ressurgissent et nous forcent à négliger tout ce qui n’est pas dû pour le lendemain matin. En fait l’environnement est la nouvelle mode politique populaire (la précédente étant l’opposition à la mondialisation, mais maintenant tout le monde s’en fout) et les conservateurs sont simplement arrivés au pouvoir au mauvais moment. Bref, la leçon du jour, si vous avez l’intention de faire de la politique, allez faire un peu de jogging dans un parc. L’air pollué de la ville vous grillera les poumons, mais au moins vous n’aurez pas une bédaine de bière qui sort de votre veston l’air de dire « miam, il a l’air succulent ce petit ministre chinois ».

Articles similaires

[Colonne éditoriale]

7 novembre 2003

J'aurais tellement voulu être un membre de l'administration Bush ! Non, je ne niaise pas. C'est une affaire très sérieuse. Et dire que je m'étais trompé en me campant sur ma position et en défendant des idées toutes faites, j'appuyais il y a un an les anti-guerres au lieu de comprendre au plus tôt l'importance du débat et les enjeux historiques qui se jouaient là. Quels romantiques étions-nous pour braver le froid, au nombre...

Pour que vive un Québec libre

31 mars 2006

Pour que vive le Québec libre, il faut comprendre et faire comprendre sa nécessité. Les motivations qui faisaient hurler les défenseurs de l’indépendance il y a peutêtre cinquante ans diffèrent des arguments avancés par les bouches en cul-de-poule qui servent aujourd’hui la cause dans l’arène politique. Ce n’est d’ailleurs plus au seul Parti Québécois que revient la tâche ardue de défendre ce rêve qui donnera au monde une nation québécoise, d’autres voix s’élevant un...

Polytechnique en grève !

11 mars 2005

Poly est en grève ! C'est une première historique. Les hausseurs d'épaules ont remué l'échine et ont organisé une assemblée générale de 890 personnes, soit près du tiers de l'ensemble des étudiants. La majorité s'est exprimée avec force. Le propos était sans équivoque. Le OUI l'a remporté par 595 voix contre 274 pour le NON, et 21 abstensions. Ainsi, le mercredi 16 mars 2005, Polytechnique fermera ses portes, baissera ses fanions, érigera des...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.