Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Rencontre avec Michaëlle Jean

Par Pierre Olivier Lepage

C’était vendredi dernier en Alberta à l’Hôtel Westin de Calgary, dans le cadre de la Conférence Nationale d’Ingénieurs sans frontières. Je faisais partie d’un groupe d’une trentaine de personnes qui avaient été choisis au hasard pour une rencontre privée d’une heure avec la Très Honorable Gouverneure Générale Michaëlle Jean. Évidemment c’était le genre de rencontre un peu formelle, tout le monde était bien habillé et faisait attention à sa diction. Elle a, cependant, réussi à mettre tout le monde à l’aise dès son arrivée.

Elle était très souriante et tout son petit monde la suivait : sa photographe, son attachée de presse, ses gardes du corps. Nous étions tous autour d’une table rectangulaire, elle était assise un peu plus loin sur ma droite. Parker et George, les co-fondateurs d’Ingénieurs sans frontières, étaient assis directement à ses côtés et nous, les invités, occupions le reste des places disponibles. Son petit monde était plus en recul, et ils ne disaient mot, ils étaient tous vraiment sérieux.

Elle s’est assise, m’a regardé personnellement et m’a fait un bonjour. Je crois qu’elle m’a remarqué parce que j’étais super souriant et que les autres étaient un peu plus intimidés. Ça m’a touché : j’ai eu l’impression que même si elle avait un bagage incroyable, et qu’elle parlait 5 langues, elle ne se sentait pas supérieure et qu’elle nous considérait égale à elle. J’ai également remarqué durant la rencontre que, malgré les contraintes que lui impose sa fonction, elle a su conserver ses convictions.

Au début Parker a raconté sa première rencontre avec Michaëlle Jean. C’était lors de leur visite en Afrique à l’automne 2006. La Gouverneure Générale avait invité 10 délégués de la société civile canadienne qui étaient impliqués dans le Développement International. Les co-fondateurs de l’ONG canadienne en faisaient partie.

Michaëlle Jean nous a dit qu’elle était très heureuse d’avoir vécu cette expérience, et elle nous a dit que l’Afrique était pleine de promesses. Pour le bonheur et la satisfaction de tous les Canadiens, elle a affirmé que l’aide internationale fournie par le Canada contribuait de façon bien réelle à la réduction de la pauvreté, à l’amélioration des services de santé et d’éducation et à l’établissement du développement durable. Et puis, pour la satisfaction de tous les membres d’ISF, elle nous a rapporté des commentaires très positifs de la part des gens qui bénéficient de notre support; ils disent que nous faisons un excellent travail là-bas. Elle nous a dit que l’influence des ingénieurs était importante Outre-Mer, car notre profession nous donne beaucoup de leadership: en effet, quand tu te présentes comme un ingénieur là-bas, les gens sont plus portés à te proposer des projets et ils ont confiance en toi.

Et ce que je tiens à transmettre à chaque jeune qui lira cet article, c’est que Michaële Jean a dit que nous, les jeunes, avons le pouvoir et le potentiel nécessaire pour changer les choses. L’avenir du monde repose sur notre génération !
Pensez-y…

Mots-clés : International (30)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+