Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Se plaindre

C’est bien connu, se plaindre est le sport national au Québec. Même le hockey ne compte pas autant d’adeptes. Bien sûr, certains argumenterons que ce n’est pas un vrai sport dans la mesure où aucun effort physique n’est concrètement requis, mais les sceptiques seront rapidement confondus par certains experts qui se font une joie d’élever leur art au niveau des plus grands athlètes olympiques en utilisant tout leur corps pour se plaindre. Évidemment, nombreux s’y engagent pour une carrière professionnelle et réussissent même à obtenir une notoriété enviée de plusieurs.

Personnellement, je n’ose prétendre à une grande maîtrise de la plainte, mais comme de nombreuses personnes, j’en suis un adepte quotidien et ne manque pas une occasion de faire un peu d’exercice. Tout débute par un bon échauffement en se levant le matin. Ainsi, il est inévitablement trop tôt pour se lever. Une fois passé 9h02, il devient immédiatement trop tard pour être encore au lit. Forcément, il fait toujours trop froid pour se lever, ou trop chaud, en fonction de la saison, mais puisque des choses « productives » doivent être accomplies durant la journée, le sacrifice sensoriel est inévitable. De toutes façons, le pire s’en vient : il faudra sortir dehors à un horrible moins quinze degrés Celsius, qui donne environ moins huit mille avec le facteur vent. J’ai beau m’habiller convenablement (relativement à la température, on s’entend), il reste toujours une partie de mon anatomie qui souffre suffisamment du froid pour me motiver à faire un peu de sport : « Maudit hiver! » Quoi qu’en constatant qu’à la mi-janvier il fait des températures de printemps, il est inévitable de blâmer quelqu’un ou quelque chose : « Maudit pollueur! », « Maudit réchauffement de la planète! ». En fait, c’est là une astuce efficace : s’il n’y a personne à blâmer pour quelque chose qui vous énerve, le moindre objet ou même concept intangible peut servir à assouvir vos envies les plus sadiques (n’allez pas penser n’importe quoi là…). Je pourrais continuer comme ça longtemps, mais vous comprenez le principe (c’est-à-dire un grand néant inutile).

Bref, chiâler est une activité qui permet de passer le temps ou de remplir des pages (et je ne parle pas ici que de celles du Polyscope, votre journal adoré que vous lisez de long en large parce que vous n’avez rien de mieux à faire puisque tous vos travaux sont déjà terminés et remis et que seule une petite broue bien froide et bien goûtue ainsi qu’un journal des plus pertinents pourront assouvir votre soif un vendredi après-midi), mais chose certaine, ça permet de se défouler et d’extérioriser la moindre des petites frustrations insignifiantes de la vie courante qui ne vous agace pas suffisamment pour faire quelque chose de concret pour y remédier, et tout cela en essayant de ne pas tomber sur les nerfs des autres ou de votre tendre moitié. Savoir doser est d’ailleurs l’une des grandes difficultés à surmonter pour maîtriser cet art quotidien.

Où je veux en venir avec tout ça ? Ceux qui ont suivi depuis le début comprendront rapidement que c’est dans un vide rempli que je m’en vais, et pour les autres je veux vous offrir une raison de faire un peu de sport autour d’une ‘tit frette cet après-midi.

Articles similaires

Polytechnique et castration

27 septembre 2002

Un soir Mathieu Cloutier, rédacteur en chef de ce journal, m'a appelé à la maison. J'étais en train de compter des petits pois en conserve en vue d'étude statistique pour un grand magazine de consommation français. Il a d'emblée pulvérisé ma modestie en plaçant mon article en page 3 sur 2 colonnes ! Enthousiasmé par ma maîtrise grammaticale et syntaxique, il voulait à tout prix m'engager. Il voulait que je traite tous les sujets....

Un dégel sous le soleil du mois de juin

21 septembre 2007

Le 28 juin 2007, alors que les campus sont vides et que les étudiants travaillent à gagner de quoi payer leur facture universitaire, la ministre Michelle Courchesne procède à une annonce qui touche directement les prochaines générations. Les mesures annoncées se répartissent sous trois volets : hausse des frais, amélioration de l’aide financière aux études (AFE) et consultation sur les frais afférents. Les frais de scolarité Tout d’abord, la ministre confirme que les frais...

Démocratie

2 mars 2007

Parce que ça passe le temps, discutons de démocratie. Je ne vous apprendrai rien, en tout cas je l’espère, en vous disant que le principe fondateur de la démocratie est de faire ce que la majorité désire et il incombe ensuite à la minorité de s’en accommoder. Évidemment, il faut prévoir un minimum de protection des droits de la minorité, mais il ne faudrait surtout pas que cela aille à l’encontre des choix de...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La fin de semaine où je n’ai pas écrit d’éditorial

20 janvier 2012

les débuts de session sont des périodes fourbes. Alors que nous assistons volontiers à nos cours, fringants comme des gazelles et aussi excités que des élus montréalais devant une enveloppe brune, notre motivation s’éteint dès notre retour à la maison, alors que nous tentons de prolonger un peu la décadente paresse des vacances d’hiver. Tout ça pour dire que j’écris ces lignes un mercredi soir avec un retard terrible et que cela est plus...

AmeriCaras

26 janvier 2007

Par Olivier et Ricardo americaras@gmail.com Depuis le mois d’octobre passé, Ricardo Cuéllar et Olivier Vaudrin-Charette, deux diplômés de l’École Polytechnique, traversent en voiture l’Amérique latine. Ils parcourront ainsi plus de 30 000 km et visiteront un total de 15 pays. Leur périple d’un an, reliant le Québec à l’Argentine, leur permettra de concrétiser un projet en ingénierie hors du commun : le projet AmeriCaras, qui les amènera à s’investir dans plusieurs projets de développement...

Scope Montréal

23 octobre 2009

Camarades, collègues, partenaires de laboratoire, fille cute de biomed, bonjour. Si je m’adresse à vous aujourd’hui c’est pour vous entretenir d’un sujet de la plus haute importance. Non, ce n’est pas au sujet d’un enfant prisonnier d’un objet volant en aluminium à la dérive dans le ciel. Il s’agit d’une cause plus importante encore. Je n’irai pas pas quatre chemins. Rien n’est plus pénible qu’un discours intriguant, à l’introduction bien travaillée et invitante pour...