Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le monde selon JP

Après plusieurs jours de tergiversions les autorités chinoises ont finalement confirmé avoir procédé au lancement d’une fusée capable de détruire des satellites. Bizarre cette réaction des Chinois ! D’abord il est de notoriété publique que la technologie permet maintenant de localiser un delta-plane décollant du fin fond du trou du cul de l’Azerbaïdjan, alors imaginez une fusée qui va dans l’espace! Ensuite j’espère vraiment que le gouvernement était au courant de ce lancement (et que ça ne soit pas un coup foireux d’un général chinois incontrôlable) parce qu’autrement il y aurait du souci à se faire. En tout cas, ce lancement démontre que Hu Jintao ne s’en laissera plus conter. Malgré un rôle traditionnellement « discret » (allez dire ça aux Tibétains et aux Taïwanais) de sa diplomatie, la Chine s’impose de plus en plus en super puissance sur la scène internationale. La réaction la plus marrante est venue de Washington qui s’est naturellement déclarée indignée et inquiète de cette « escalade » des Chinois. C’est tout de même ce meme gouvernement étasunien qui refuse toujours et encore de signer un accord de non nucléarisation de l’espace. C’est encore ce gouvernement qui a fait du lobbying auprès des gouvernements Chrétien et Martin pour que le Canada fasse (symboliquement) partie de leur programme de bouclier anti-missile. On aurait bien envie de dire « bien fait pour ta gueule, Bush! » sauf que ni le Japon, ni la Russie (pour autant qu’elles en aient les moyens) ne vont rester les bras croisés. Je doute que ces grandes puissances nous demandent notre avis avant d’envoyer leurs gadgets dans l’espace, donc attendons-nous un beau matin à nous réveiller avec une panoplie de satellites armés juste au-dessus de nos têtes.

Ingérences

Sego a donc des défauts. (ça rime) Cette présidentiable française a l’air d’être une réplique de Harper (du moins à ses débuts) en matière de politique étrangère. Elle aurait donc beaucoup de choses à apprendre de ce dernier, mais il semblerait qu’il y ait un froid entre eux depuis quelques jours. Il est à espérer que cette ingérence ne soit pas précurseur de sa présidence, car par exemple la France-Afrique est pourrie justement par cette même ingérence et condescandance française dans les affaires de certains états. Non pas que ces derniers sont blancs comme neige, mais avec la fin de l’ère Chirac nait l’espoir d’une relation plus saine entre la France et ses partenaires africains. Cependant, s’il se trouve que Sego a un penchant pour l’ingérence dans les affaires d’une puissance moyenne, alors j’ai d’énormes réserves quant à ses relations avec des partenaires économiquement, militairement et politiquement plus faible que la France.

C’est de la faute à Klein

Cette semaine, je suis à Calgary en Alberta, province qui serait responsable de tous les déboires environementaux du Canada. Bien sûr, c’est la faute à l’Alberta et à ses maudites pétrolières qui polluent sans résèrve nos rivières, notre air, notre avenir… et moi qui pensais que les pronoms possessifs et le mot Alberta étaient des oxymores… Le Québec est tellement fier de son plan vert, qu’on oublie souvent qu’il n’y a à peu près rien de concret qui a été fait dans le domaine. Pire, on apprenait il y a quelques semaines que les résultats dépassaient de 50% les objectifs! On dit que la population québécoise supporte à plus de 80% Kyoto, mais ce support est-il réel ou de surface ? Y a-t-il vraiment besoin de lois pour que moins de monde prenne leur VUS tout seul pour aller faire leur épicerie ? Les politiques sont des reflets de la volonté de la population et, si des réthoriques vides de gestes font notre bonheur alors les hommes politiques ne se casseront pas le cul et feront de belles lois, créeront de belles normes mais agiront mollemont et de façon dilluée.

Mots-clés : International (30)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.