Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Perditions

Pour peu qu’il ait existé, l’art subtil de la vie harmonieuse en société est en voie de perdition. Je me qualifie souvent de misanthrope, mais la vérité est que l’humanité semble faire des efforts pour aller à l’encontre du gros bon sens et ainsi se faire détester. Et s’il y a bien quelque chose contre quoi on ne peu se blaser de se plaindre, ce sont bien les autres. Ainsi, question d’exprimer ces nombreuses frustrations refoulées face à la population en générale, je présente ici quelques principes tacites que quiconque se devrait de respecter, pour le bien de tous, lorsqu’il met les pieds hors du lit.


Stand Right, Walk Left

Le métro est le meilleur endroit pour retrouver une grande variété d’énergumènes, mais plus important encore, en grande quantité. La circulation devient rapidement trop dense pour circuler efficacement, notamment lorsqu’on s’engage dans un escalier roulant. Il devient ici (et partout où on retrouve des escaliers roulants, comme à Poly et Lassonde) essentiel d’observer une règle de circulation permettant aux plus fénéants de se laisser porter par le système et aux plus pressés de se rendre efficacement à destination. Détail important, ceux qui décident de marcher dans l’escalier se doivent de le faire à une vitesse suffisament rapide et de ne pas s’arrêter aux trois quart du chemin.

Cette règle est également applicable sur les trottoirs. Ces derniers ont environ la largeur de 2,19 personnes (variant selon lesdites personnes), soit suffisamment d’espace pour que deux personnes se croisent sans se toucher. Il est donc essentiel, tout d’abord, d’être attentif au cas où une personne arriverait rapidement de l’arrière et de lui laisser l’espace nécessaire pour effectuer un dépassement sans passer par le banc de neige. De plus, en cas de croisement, il est logique de passer en file indienne, et non rester côte à côte, afin de laisser passer la personne qui arrive dans l’autre direction, encore une fois, sans passer dans le foutu banc de neige.


Laisse-moi sortir, tabar….

Tel une bouteille (je vole ici l’analogie de quelqu’un d’autre), un wagon de métro doit être vidé avant d’être rempli à nouveau. Le fameux gros bon sens veut pourtant qu’on laisse les gens sortir du métro avant d’y entrer, ce qui implique de libérer l’espace devant les portes lorsque celles-ci s’ouvrent. Pourtant, il y en a toujours quelques uns trop pressés pour respecer les lois fondamentales de la physique qui empêchent deux corps solides (je vais me limiter ici au cas de deux corps humains) de passer l’un au travers de l’autre.

Si ta musique est trop forte, c’est que t’es rendu sourd

Comme le disait quelqu’un à qui j’ai l’habitude de voler des analogies, c’est généralement les gens qui ont de mauvais goût musicaux qui se sentent obligés d’en faire profiter le monde autour d’eux. Souvent des ados et post-ados avec des écouteurs surpuissants ou des lavalois au volant d’un VUS ou d’une Civic montée, ceux-ci se repèrent de loin, sans contact visuel, puisqu’on entend généralement la carrosserie et sent le décors urbain vibrer à leurs approche. Ça vaut également pour les voisins d’immeubles. Si vous jouez de la guitare et avez du talent, un minimum de bruit en après-midi est acceptable, mais si vous jouez mal et chantez comme une chèvre, évitez de vous donner en spectable à tout l’immeuble, surtout s’il est 8h du matin.

Smells like cheap spirit

Je vais terminer avec un fait que plusieurs semblent ignorer : messieurs, VOUS PUEZ! Même après une bonne douche chaude et savoné, 2 minutes d’effort physique suffisent à vous faire transpirer un minimum et ainsi offrir à votre entourage une odeur des plus désagréables. Un baton de désodorisant ne coûte qu’environ cinq dollars, ne nécéssite que 30 secondes à appliquer et reste efficace toute la journée. Également, question parfum, trop c’est comme pas assez. Surtout si votre parfum sent la guidoune, pour les femmes (surtout les plus âgées…), ou le musc, pour les hommes. C’est simple à doser : si je marche à 5 mètres dernière vous, que je sens votre parfum et qu’il me donne l’impression d’étouffer, c’est trop! Pour conclure, parlons haleine. Si vous mangez épicé ou puez de l’orifice bucal de façon naturelle, brossez vous les dents et mâchez de la gomme régulièrement. Suivez ces derniers conseils et vous ferez extrêmement plaisir à vos amis et un fille sera peut-être même capable de vous parler pendant plus de 27 secondes.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Editorial 0

26 août 2008

Je profite de ce premier Polyscope pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux. Si vous êtes nouveaux et en train de lire ces lignes, je peux tout de suite vous dire que vous avez bien débuté votre vie polytechnicienne. Si en plus vous êtes dans un cours en ce moment, vous avez un talent naturel. Pour les anciens, eh bien rebonjour! Ça fait toujours plaisir de savoir que vous n’avez pas oublié ce journal gratuit,...

Être ou ne pas être… Charlie

16 janvier 2015

De tous les éditoriaux que j’ai eu à écrire, je crois que celui-ci est le plus difficile. J’ai procrastiné jusqu’à la dernière minute, les autres membres en sont thémoins. J’aurais pu parler de la rentré, du beach party, ou bien me plaindre des déménagements successifs que l’école nous oblige à subir. Vous comprendrez que le sujet de Charlie Hebdo me mets mal à l’aise Je ne parlerai pas longtemps de Charlie Hebdo, je n’ai pas...

La fin de semaine où je n’ai pas écrit d’éditorial

20 janvier 2012

les débuts de session sont des périodes fourbes. Alors que nous assistons volontiers à nos cours, fringants comme des gazelles et aussi excités que des élus montréalais devant une enveloppe brune, notre motivation s’éteint dès notre retour à la maison, alors que nous tentons de prolonger un peu la décadente paresse des vacances d’hiver. Tout ça pour dire que j’écris ces lignes un mercredi soir avec un retard terrible et que cela est plus...