Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pierre Lapointe, le bien-aimé

Que donne sur scène l’auteur-compositeur interprète le plus « hot » du moment ? L’artiste multi-primé à l’ascension météorique est-il une bête de scène ou un chien de salon ?

Eh bien, il y a un peu des deux dans cet animal-là.

Pierre Lapointe
ne manque pas de talents et celui d’auteur-compositeur est sans doute le plus évident. Mais le bougre sais aussi s’entourer : une maison de disques dynamique – Audiogram -, des arrangements convaincants (signés par le bassiste Philippe Brault), et un petit combo de musiciens allumés et polyvalents. Mais on va quand même voir le chanteur en se demandant à quoi va ressembler son énergie scénique, car rien ne va de soi chez un romantique introverti ! OK, Lapointe est un gars timide, un grand ado un peu gêné qui fait « des chansons » plutôt qu’un show. Mais la patience paie : vers la fin du concert, l’homme se lâche lousse par moments et assume jusque dans ses soubresauts son statut d’étoile montante. Ouf.

Autre surprise : quand ce Pierrot quitte sa lune pour parler au public, c’est pour jouer la star nombriliste et capricieuse. Les spectateurs sont complices, ça marche. Le problème, c’est que ce personnage fictif fait obstacle à la complicité entre le chanteur et son band. Plutôt embêtant dans un contexte aussi intimiste. D’autant que les quatre musiciens, les mêmes que sur le dernier album, méritent plus que des miettes.

Oscillant entre la ballade poétique pour piano et cordes (comme Pointant le nord) et les tounes à grand déploiement électrique (telles le tonitruant Deux par deux rassemblés), Pierre Lapointe s’appuie sur son sens mélodique pour égrener avec nonchalance plus d’une vingtaine de titres. À ce rythme, presque tout son stock y passe et il nous sert une reprise bien sentie dont je ne parlerai pas.

L’expérience de cette tournée prouve au moins qu’il est possible de rassembler dans la même salle une forêt de bien-aimés (‘scusez !), tant dans la génération de Lapointe que dans celle des baby-boomers. La volonté de livrer des chansons pour la postérité est manifeste, elle se présente aussi dans la simplicité de la scénographie et la subtilité des éclairages, tout ceci se veut finalement un peu « hors du temps ». Personnellement, j’aurais bien échangé les programmations, aussi inventives soient-elles, contre un batteur ou un percussionniste, mais peut-être se serait-il retrouvé désœuvré pendant la partie « calme » du répertoire ?

La prestation de Pierre Lapointe est d’un calibre assez haut pour qu’on ne puisse pas l’accuser de voler sa place dans la relève pop. Suivons-le de près, en lui souhaitant de s’éloigner un peu plus des versions endisquées pour accorder à la scène tout son pouvoir de surprise…


Vu lors de la tournée « La forêt des mal-aimés » au Théâtre Lionel-Groulx, à Ste-Thérèse. Le spectacle est présenté un peu partout au Québec au cours des prochaines semaines : http://www.pierrelapointe.com




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.