Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Carotte Gold

C’est le début de la session. On est mercredi. J’écris mon article deux jours avant le vendredi. Venredi – 2 = mercredi. Jusque là tout est beau!

Le problème c’est que je ne sais pas de quoi je vais parler. C’est le même sentiment que celui que j’éprouve en entrant dans mes cours pour la première fois. « Comment vais-je faire? » C’est un peu comme si on t’annonce à l’entrée d’un manège à la ronde : « Faut que t’attendes 4 mois, pis ça va être plate en taa… Ah oui, j’oubliais, y’a pas de manège au bout. »

Alors pour ne pas me décourager, je commence avec un peu de manque de respect envers l’école. Je vais plus ou moins aux cours de la première semaine et je me permets de dormir. Comme pour apprivoiser mon environnement. Le chien renifle son territoire, moi je bave sur les bureaux qui m’appuieront pour les 4 prochains mois. C’est un peu pareil pour mon article. Les gens pensent que c’est facile d’écrire de fascinantes aventures comme les miennes à chaque semaine, mais non, c’est aussi épuisant que de faire l’amour à tous ceux qui me lisent. En effet, je m’imagine toutes vos émotions en me lisant, j’essaie d’entrer en fusion avec votre tête, je me préoccupe de votre plaisir au dépend du mien et à la fin, parfois je pleure.

Alors, à chaque début de session, il y a dans mon premier article un peu de manque de respect. J’ai commencé par ne pas écrire d’article la semaine passée, et cette semaine j’en botche un. Au lieu d’investir une dizaine d’heures d’écriture comme d’habitude, je le fais à la course en 50 minutes.

– « Ça paraît en osti! »
– « Va chier! » je te dis.

Voilà pour la partie manque de respect. La semaine prochaine, je serai gentil. Après vous avoir mis à dos, je devrai vous regagner, un à un, précieux public.

Depuis que je suis tout jeune, pour moi tout est une question de « carotte et de bâton ». Je ne fais rien si je ne suis pas extrêmement motivé. Quoique je ne comprenne pas bien à quoi sert le bâton dans l’expression, la carotte, elle, me motive. Je la veux et je dois la mériter. Vous êtes pour moi une carotte. Ma récompense, c’est que vous me lisiez. Je veux donc vous manger!

Mioum! La carotte sera bonne!

Je fonctionne de même pour mes études scolaires. La carotte, c’est de passer mes cours. Pour m’assurer d’avoir la carotte, je me donne un coup de bâton (i.e. : Je coule volontairement mes intras). Comme ça je panique et ça me force à bien réussir mes finaux pour avoir ma carotte.

Le contraire, c’est moins bon. On ne donne pas la carotte avant le bâton. Ça fuck toute la patente! Ça serait comme donner un bac à tous ceux qui s’inscrivent à Poly et alors qu’il travaillent déjà comme ingénieur, leur demander de venir le soir faire algèbre linéaire. D’ailleurs c’est le concept tordu de la carte de crédit : « Jouissez maintenant, payez plus tard! » Moi j’appelle ça la carte de carottes.

Quand j’arrive dans les grands magasins, je demande toujours s’ils prennent Carotte Gold.

Je suis si seul dans ma tête. J’avais pensé faire un party dans ma tête, mais vendredi, c’est le Ice Party à Poly. Je serai donc seul, à danser, sur les rythmes endiablés de ma pensée.

«Poo Tchika laka laka wooh ooh!»

<< Truc précédent|Truc suivant >>

Mots-clés : Le truc à Renaud (27)

Articles similaires

Les hamsters syriens

27 octobre 2006

Alors que je prenais une pause d’étude pour penser, j’ai vu par la fenêtre un écureuil. Tout petit et tout vieux. J’adore les rongeurs. Particulièrement les hamsters, mais à Montréal il n’y a pas de hamsters. Je crois que je me sentirais bien en Syrie. En Syrie ils ont des hamsters à la place des écureuils. Moi j’avais un hamster syrien, Boubette elle s’appelait. J’imagine ce pays rempli de boubettes. Peut-être qu’il y a...

Pancartes Électorales

2 mars 2007

Je me suis réveillé avec Christine. Saint-Pierre de nom. Oui, elle était là, souriante près de moi, j’étais dans mon lit et le calorifère avait réchauffé son côté du lit. J’étais blotti et je l’admirais sur sa pancarte, le poing au menton, l’air à la fois pensive et fonceuse. Depuis que je la vois tous les matins au réveil, je l’appelle Cricri. Ma Christine à moi me sourit et je lui fais confiance. Christine...

Lettre d’amour à mes snoozes

28 septembre 2007

J’étais à vélo et je roulais vite. Vraiment vite... Profitant du soleil et du service d’emprunt de vélo de l’audio-visuel de Poly, je me suis retrouvé à grande vitesse dans les rues de Montréal. J’essayais depuis déjà deux jours, sans succès, d’écrire un article. J’avais commandé à mon hémisphère gauche un article sur un sujet vaste — la surutilisation des Snoozes chez les étudiants — et c’est à cet instant que la moitié gauche...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+