Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Réchauffement

L’hiver a depuis peu repris ses droits sur un printemps un peu trop précoce au goût des environnementalistes, qui sont sûrement les seuls à se plaindre d’avoir trop chaud en hiver. Les changements climatiques et leurs effets nous semblent de plus en plus évident ces dernières années, mais ceux qui refusent d’en reconnaître l’existence sont encore nombreux.

Le réchauffement de la planète est un phénomène généralement reconnu par le monde scientifique, mais peu importe qu’on soit d’accord ou pas avec les gens les plus qualifiés pour juger du phénomène, c’est faire preuve d’hypocrisie que de ne pas reconnaître la nocivité évidente de la pollution aérienne (et autres) lorsqu’on en voie les effets directs presque tous les jours d’été au centre ville. Bref, d’un côté nous avons une bulle de smog qui donne la nausée juste à la regarder et, de l’autre, nous avons des banlieusards (et quelques montréalais) qui se plaignent de l’augmentation des tarifs des parcomètres, de la diminution du nombre de stationnement et, forcément, de l’instauration d’un péage à l’entrée de la ville. Les méthodes coercitives, souvent accusées (parfois avec raison) d’être de nouvelles méthodes de taxation, ont fait leurs preuves depuis longtemps et il est normal que la population soit réticente à leur implantation, c’est justement là le principe même du concept de coercition.

Parlons volonté

On blâme souvent le manque de volonté politique face à certain problème, notamment en ce qui concerne les mesures coercitives susmentionnées. En fait, la volonté politique d’un élu ne se résume qu’à la volonté de son électorat à le garder en poste et les mauvais coups sont généralement difficiles à faire oublier.

Parlons vert

Théoriquement, Ottawa devait (mais, tel un étudiant, a procrastiné et ne l’as pas fait) remettre la semaine dernière un bilan des émissions de gaz à effet de serre pour le Canada dans le cadre du protocole de Kyoto. La raison du retard? Bah, soyons sérieux, ils en ont rien à battre du protocole de Kyoto de toute façon. Tant qu’à y être, restons séreux, le Canada dépasse actuellement de 34% la cible fixée par Kyoto (c’est à dire une réduction de 6% des émissions de GES par rapport au bilan de 1990, pour ceux qui l’ignore encore). Atteindre ces objectifs d’ici 2012 semblent donc concrètement irréalisable. Pourtant le protocole prévoit trois grands mécanismes, dont le marché du carbone pour l’échange de «crédit de pollution» et l’attribution des-dits crédits pour la subvention de programmes de réduction d’émissions de GES dans des pays en développement, ce qui laisse croire que le Canada pourrait «respecter» ses objectifs. Pourquoi ne pas en profiter alors? L’objectif reste quand même loin et acheter son droit de polluer coûtera cher aux industries et au gouvernement du Canada (et donc au contribuable désireux de réductions de taxes). Cela explique la réticence d’un gouvernement d’imposer un tel fardeau à son économie, excuse dont les États-Unis ne se cache même pas.

Parlons pour parler

Peut-on vraiment blâmer le gouvernement de vouloir prioriser la «santé» économique du pays? En fait, là n’est pas la question. Peut-on vraiment blâmer le gouvernement? Vous connaissez l’expression de la paille et de la poutre oculaire? Un gouvernement se veut (sic) le reflet de (la majorité de) son peuple. Selon ce point de vue, Harper me semble faire une très bonne job côté environnement.

Articles similaires

Financement des universités

11 février 2008

Tous les acteurs du réseau universitaire s’entendent sur le fait que les universités manquent de ressources financières. En 2003, la Conférence des recteurs et le Ministère de l’Éducation ont évalué les besoins à 375 millions de dollars par année et ce, pour atteindre un niveau de financement équivalent à la moyenne des universités canadiennes. Au niveau local, les conséquences de ce sous-financement sont tangibles : diminution des services offerts, apparition de nouveaux frais de...

Un sondage pertinent sur les risques terroristes

3 mars 2006

La BBC a donné cette semaine dans la grande tradition des sondages inutiles. Mais cette fois, ce fut à grande échelle. Un sondage mondial (plus de 40 000 personnes) dans pas moins de 35 pays. Si les gens qui ont mené ce sondage ont un temps soit peu d’expérience (et je ne le mets pas en doute), nous avons donc à faire à un échantillon plutôt représentatif. Le sujet du sondage (dont aucun média...

Prêts de bourses

3 septembre 2004

Nouvelle exceptionnelle : Le gouvernement Charest a décidé de revoir sa politique sur les prêts et bourses, et de réviser de fond en comble le système d'aide financière aux études. De récentes études ont été déposées sur les bureaux du Premier Ministre et celui du ministre Reid, faisant la démonstration du fait incontestable qu'un financement accru des études universitaires, notamment par le biais d'un allègement de l'endettement étudiant, voire l'éradiction pure et simple du...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Comment rendre durable

11 février 2008

Par Rosalie Bélanger-Rioux C’est du 31 janvier au 3 février que l’Université McGill sera l’hôte du 3e Colloque québécois des Campus durables, le 5e rassemblement entre des étudiants universitaires impliqués en environnement et développement durable. Cet événement s’adresse à tout étudiant intéressé par l’importance des aspects sociaux, écologiques et économiques du développement au sein des opérations, des plans de cours et des attitudes de la communauté dans son institution d’enseignement post-secondaire. Malgré le fait...

Semaine de l’environnement à Polytechnique

23 janvier 2009

C’est avec enthousiasme que les comités CIE (Club d’ingénieurs entrepreneurs) et PolySphère vous invitent à la semaine de l’environnement qui se déroulera du 26 au 30 janvier à Polytechnique. Des conférences sont prévues toute la semaine, vous permettant de faire des liens concrets entre l’environnement et les différentes spécialisations de génie. Les invités, dont plusieurs anciens étudiants de Polytechnique, ont accepté de présenter des volets de leur travail qui combine génie et environnement. La...

Olafur Eliasson : quand le moderne touche à notre terre

1 août 2017

Olafur nous accueille dans un monde nouveau, le nôtre. Alliant éléments naturels et pensée moderne, il nous fait poser un regard neuf sur les choses qui nous entourent. Sorte de beauté cachée, révélée par le mouvement qu’il produit en...