Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Touchage+clowns+alcool=Polyscope

C’était votre première vraie journée d’université et vous débordiez d’enthousiasme à l’idée d’assister à vos premières heures de cours et surtout de découvrir les quelques rares spécimens féminins qui vous accompagneront tout au long de la session. Une fois la journée terminée, c’était le moment de revêtir vos oreilles velues, de prendre votre foie à votre cou et de vous préparer pour le rallye des comités. Cette activité qui a en autre comme objectif de faire découvrir les différents comités de Polytechnique a vite laissé place à diverses activités, toutes plus louches les unes que les autres. Bière et sexe étant comme à l’habitude au rendez-vous. Toutefois, par mesure professionnelle et hygiénique, nous ne nommerons personne.

Le rallye commençait par une visite de Polyparty, de l’AEP, du CEGCI et de Polythéâtre.

Après avoir consommé plusieurs bières, fait un pays et avoir même embrassé le Père Fourra, il vous semblait que vous aviez vraiment tout vu. Puis vous entriez dans le local du comité que nous nommerons comité P pour l’anonymat.

À peine aviez-vous mis les pieds dans le local que vous fûtes chaleureusement accueillis par une vidéo présentant des performances clownesques laissant à désirer. Mais, ne vous en faisant pas, la vidéo ayant d’abord été approuvée par les membres du PINEP qui ont minutieusement et très longuement étudié sont contenu pour s’assurer qu’il était bel et bien à caractère éducatif, vous fîtes le pas.

Une étudiante arborant les couleurs de l’arc-en-ciel se présenta à vous en tenant sous la main (et non pas dans sa main) un énorme vibrateur en niant tout lien familial avec l’objet. Il va s’en dire qu’elle n’eut aucun problème à avoir l’attention des étudiants, quoique certains eurent résisté, préférant la vidéo de clowns. Elle vous expliqua l’épreuve : « Le Dildo musical ».

La performance consistait à se placer en cercle avec l’engin vibrant entre les jambes et à le passer à son partenaire par la voie de perdition. Pour être éliminé, il suffisait d’échapper l’objet veineux ou en être l’heureux propriétaire lors de l’arrêt musical. Ce n’est qu’alors que vous aviez l’ultime privilège de boire votre bière. Pour sa part, le gagnant se voyait réservé un traitement VIP, visionnement d’une vidéo en privé, kleenex non fournis.
Au cours de la soirée, il fut vite facile de distinguer les étudiants expérimentés dans le domaine de ceux qui manquaient de pratique. Nous ne faisons ici aucune référence à l’étudiant qui réussi l’exploit d’avoir une crampe dans la jambe avant même d’avoir réussi à mettre l’objet en sûreté chez de son partenaire.

L’activité fut un véritable succès. Tellement, que certains étudiants revinrent au local du comité P pour en demander plus. Ne pouvant plus fournir, on fut dans l’obligation de fermer l’accès au local. C’est alors qu’un étudiant, on ne peut plus saoul, entra pour nous traiter de « petits p… iens qui se cachent dans leur local pendant qu’il y a fête. » Nous tenons à saluer cet individu pour son commentaire de la plus haute pertinence et nous tâcherons d’en tenir compte. Nous tenons aussi à remercier tous ceux qui nous ont fait part de leurs conseils et commentaires tels : « Ca manque de pussy ici!!! » ,« Pouash!! Ca sent l’homme!!! », « Wow!! Tassez-vous une vidéo, je suis en manque!!! » et « Éteignez tout de suite ce vidéo de clowns j’ai une érection! »-Soaker-

Ainsi soit-il (fait de nous). Amen.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.