Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ma Vanessa Paradis Fiscal vaut bien cent W.Bush

Des canards handicapés au Capitole américain ? Oui, puisque le 7 novembre dernier, c’est un Congrès et un Sénat Démocrates qui ont été élus pour diriger les États-Unis à partir de janvier prochain. Les canards handicapés sont les députés républicains qui ne reviendront pas siéger dans une des deux chambres de représentants lorsque les sessions de janvier débuteront.

Mercredi passé, c’était la fête à peu près partout dans le monde occidental, puisque beaucoup attendaient avec impatience le départ des Républicains du gouvernement américain. Avec la déconfiture de ces derniers, plusieurs intellectuels se sentaient justifiés de voir que les américains avaient fini par accepter que la guerre en Iraq était une erreur. Plus fort encore, John Murta, qui se présente pour être chef des représentants majoritaires à la Chambre (ici les Démocrates), veut débuter le retrait des troupes le plus tôt possible, soit d’ici quatre à six mois. Le seul inconvénient que je vois dans cette situation, c’est que si les troupes américaines sortent d’Iraq, elles devront y retourner bientôt pour régler le bordel qui règne dans cet ‘état’. Je mets des guillemets, car le gouvernement y est pratiquement inexistant, l’armée corrompue jusqu’aux os et la guerre civile et de religion se cachant derrière tous les coins de rue.

Le départ de Donald Rumsfeld n’a fait qu’ajouter à la fête des pseudo-intellectuels. Le truc, c’est que en faisant tomber Rumsfeld, on en amène un nouveau plus motivé et probablement encore plus zélé, un peu comme Al Qaïda quand ils se font tuer un ‘dirigeant’! Dubya Bush perd ainsi un de ses plus redoutables guerriers, mais il n’est pas au bout ses peines. Pour limiter les dégâts, il tente de faire passer le plus de lois avant la dissolution de son congrès républicain à la fin de l’année. En tête de liste vient la nomination de John Bolton comme ambassadeur au Nations Unies, qui fait tout sauf l’unanimité dans la communauté internationale.

Mais les républicains ne sont pas les seuls à avoir déçu dans ces élections de mi-mandat. Les Démocrates ont reçu toute une gifle (les Républicains aussi, mais en moindre proportion) dans la bataille Ned Lamont – Joe Lieberman – Alan Schlesinger pour le poste de Sénateur du Connecticut. En effet, l’ancien candidat Démocrate à la Vice-présidence et même à la Présidence des États-Unis, Joe Lieberman, s’était fait jeter à la porte du caucus Démocrate à la suite de son appui pour la guerre en Iraq. Faute de chance, c’est ce même Lieberman qui est sorti gagnant de l’élection, et qui maintenant permettra aux Démocrates de siéger en parti majoritaire au Sénat.

Avec le résultat final, l’heure est actuellement aux constats que cette majorité démocrate amène. Premièrement, Nancy Pelosi, représentante de la Californie, sera la porte-parole officielle de la majorité dans la chambre, tandis que Harry Reid sera le premier Mormon à être chef de la majorité au Sénat. En plus, pour la première fois de l’histoire des États-Unis, un représentant de religion musulmane a été élu au Congrès, soit Keith Ellison du Minnesota.

En supplément d’avoir à voter pour leurs représentants, la population américaine a aussi dû voter dans le cadre de plusieurs référendums. Ces consultations pouvaient tenir des sujets les plus ennuyants, allant jusqu’aux plus controversés, comme le mariage gai et l’avortement. Pour ce dernier sujet, le Dakota du Sud a rejeté, bien que de justesse, la proposition de moratoire sur l’avortement, et l’Arizona a été le premier état à rejeter une interdiction sur le mariage gai.

Bref, c’est bien beau ce vent de renouveau, mais il nous reste encore deux ans avant de voir si les Américains ont changé d’avis pour de bon ou s’ils amèneront un autre Républicain à la présidence…

Mots-clés : International (30)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.