Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Coups de cœur féminins

L’an dernier, j’ai eu le plaisir d’assister à l’excellente prestation de Jérôme Minière dans le cadre de l’événement Coup de cœur francophone. Un réel plaisir cependant gâché par une première partie interminable. Ainsi donc, lorsque « El Director » me donna le billet pour le spectacle de Claire Diterzi / Mara Tremblay, j’étais confrontée à un un dilemme: devais-je arriver à l’heure (ou presque) ? Après quelques minutes d’hésitation, je décidai de tenter l’expérience de Claire Diterzi, et je sautai dans l’autobus Papineau.

À mon grand étonnement, la première partie m’enchanta tandis que la performance de Mara Tremblay me laissa plutôt indifférente. Non pas qu’elle était mauvaise, mais celle de Claire Diterzi m’a nettement plus impressionnée. J’adore l’excentricité, les constructions musicales hétéroclites, et cette demoiselle en fut l’éclatante représentation. La photo faisant la promotion du spectacle me revint en mémoire dès que je la vis sur scène: une femme portant sa guitare telle une deuxième peau. Même assise au fond de la salle, je pouvais ressentir le plaisir qu’elle éprouvait à jouer et chanter. D’une voix très sensuelle d’ailleurs, tout comme ses textes évocateurs et ses rythmes lascifs. Une aura de plaisir qui s’étendit à toute la salle, ou à moi du moins ! Puis l’entracte… Après ce rayonnement, malheureusement, Mara Tremblay semblait un peu pâle.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+