Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

The Living End

Ah! L’été 1999! Que de beaux souvenirs! J’ai perdu ma virginité et j’ai découvert le Vans Warped Tour.

Je ne me rappelle d’aucun gros groupe qui était là cette année où la tension engendrée par le futur bug de l’an 2000 était palpable, mais je me rappelle très bien du 2e groupe à monter sur la double scène: The Living End. Pourquoi je m’en rappelle? Parce que le guitariste jouait trop bien pour un punk, que le contrebassiste était debout sur son instrument, qu’il y faisait le con et que c`était la première fois de ma vie que j’entendais du punkabilly.

Hé oui, The Living End est un band à part. Un doux mélange de punk, de rockabilly, de ska, le tout enrobé d’une grosse couche de swing. Le leader de ce band australien, Chris Cheney, grand fan des Stray Cats (ancien groupe de Brian Setzer, légende vivante du swing), a étudié en jazz, ce qui s’entend tout de suite lorsqu’on prête attention aux sons qui sortent de sa magnifique Gretsch Falcon. Il a tordu un bras à son ami Scott Owen pour qu’il apprenne la contrebasse et voilà, The Living End était né!

Si j’en parle, c’est que, premièrement, ça fait sept ans que j’écoute leur musique et que je ne m’en lasse pas. Deuxièmement, je les ai revus en spectacle au mois de septembre à Montréal et j’ai adoré ça. Troisièmement, ils reviennent à Montréal le 26 novembre! Ils tournent suite à la sortie de leur septième album, et ça rock! Franchement, je préfère leur premier disque éponyme (acclamé à sa sortie par le magasine Rolling Stone, cinq fois platine), mais leur dernier « State of Emergency » contient quelques perles qui sont instantanément devenues des classiques de ma collection. Notamment les surboostées « What’s on your radio » et « Wake up », des chansons qui vous font marcher d’un pas fier et décidé vers Poly alors que vous savez pertinemment que vous allez vous ramasser à l’examen que vous devez passer dans dix minutes et pour lequel vous n’avez pas étudié. Oui, une de ces chansons-là.

Je dirais à quelqu’un qui veut découvrir ce groupe (qui plaira à tous les rockers-bluesman-punk de ce monde) d’acquérir d’une manière ou d’une autre, leur troisième CD The Living End, disponible sur tous les bons sites de download! Si vous cherchez bien, vous trouverez également un DVD : Live at Festival Hall, Melbourne qui vous donnera envie de les voir en spectacle. Faites confiance à cet inconnu que vous lisez pour la première fois, lancez-vous dans l’acquisition des disques de ce groupe et venez au show le 26 novembre au cabaret « la Tulipe ».

Billets : 17.50$ Admission, 514-790-1245 La Tulipe, 4530 Papineau Avenue, Montréal




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Critique de la semaine

18 février 2011

Album : Unreal Artiste : Spheric Universe Experience Genre : Prog Metal Année : 2009 En général, on voit le prog comme étant une branche assez hermétique du métal, bourrée de masturbation intellectuelle et où la complexité fait loi. Le précédent album de Spheric Universe Experience, Anima, se pliait justement à cette façon de faire. Il n’en demeure pas moins que je l’ai trouvé juteux, mais il n’est pas forcément hyper accessible pour quelqu’un...

Pitbull, roi du recyclage

15 mars 2013

Dans notre société de surconsommation, des artistes ont trouvé le moyen simple de faire des chansons sans trop se casser la tête... D’ailleurs, pourquoi faire du neuf quand on peut massacrer l’ancien?   Dans l’industrie musicale actuelle, constamment inondée de nouveaux artistes, il est très difficile de trouver la perle rare, j’ai donc développé une méthode très efficace pour trouver de bonnes chansons : écouter du Pitbull. Ça peut surprendre, mais Mr. Worldwide m’a offert...

Les Madames

28 mars 2014

Ce spectacle hors de l’ordinaire et très intime nous amène dans l’univers de Gisèle, une vieille dame qui s’est inventé une vie de reine dans son trois et demi d’Hochelaga-Maisonneuve. Elle s’est organisé une fête d’anniversaire hors du commun avec son faux pianiste François et son serviteur Proulx. Alors que la fête tourne au vinaigre, Gisèle trouve une façon sournoise de vérifier l’importance qu’elle a aux yeux de ses amies. Malgré que cette pièce...