Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Lhasa en toute intimité

J’ai beaucoup aimé ce concert de Lhasa, présenté dans le cadre du Coup de Coeur Francophone.

Une seule chose m’a surprise, c’est le fait qu’elle n’a chanté qu’en anglais ou en espagnol tout au long du concert, alors qu’elle le donnait dans le cadre d’un festival francophone, rappelons-le ! J’entends déjà les hurlements des ardents défenseurs du français au Québec, mais en tous cas, moi ça ne m’a pas plus ennuyée que ça. Peut-être parce que je suis une maudite française qui ne se rend pas compte de l’importance de ce genre de détails !

J’ai beaucoup aimé ce concert, en particulier du fait de l’ambiance dans la salle. C’était à la maison de la culture Maisonneuve, une salle assez petite quand même, et on était assis autour de petites tables rondes. La scène était doucement éclairée et décorée de petites lanternes de toutes les couleurs, on se sentait presque chez soi. En plus, Lhasa chantait sans micro, mais malgré tout on l’entendait très bien (le son était quand même capté par deux micros d’ambiance dissimulés en avant scène et retransmis dans la salle), et j’ai trouvé que cette dissimulation des micros contribuait beaucoup a l’ambiance intimiste !

Lhasa met tout de suite le public à l’aise, elle est très simple et a un sourire qui semble tout a fait naturel. On voyait que ses musiciens s’amusaient entre eux et avec elle, c’était d’autant plus agréable. Il y avait trois autres musiciens: un batteur et deux autres qui jouaient principalement différents types de guitare. Cependant, pour quelques chansons, on a eu le droit a des instruments plus exotiques, dont une sorte de clavier portatif dans lequel la musicienne soufflait à l’aide d’un tuyau ! Si quelqu’un en connaît le nom, je suis intéressée!

En bref, si j’ai un conseil à vous donner : ne ratez pas une occasion d’aller écouter Lhasa !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Danse amérindienne à la sauce contemporaine

23 mars 2007

C’était ma première fois. Il m’attirait plus que tout autre ne l’avait fait auparavant. Enfin, presque. Je dois avouer que certains avaient déjà su se montrer bien invitants auparavant, mais je n’avais jamais fait l’effort d’entreprendre quoique ce soit pour assouvir ces désirs soudains, si bien que rien ne s’était encore concrétisé. Mais, cette fois-ci, je décidai de saisir l’occasion. Il avait su susciter mon intérêt, surtout par son originalité – j’aime les originaux...

Elia Suleiman

28 octobre 2002

Depuis la seconde intifada, un grand nombre de films traitant du conflit israëlo-palestinien sont venus illuminer nos écrans, apportant souvent une substance rare et subjugante. On l'avait déjà noté à Cannes avec Kedma de Gitaï, au FFM avec le très insidueux Rana's Wedding, et le FCMM n'a pas manqué de suivre la règle en portant aux écrans du Parc l'Intervention Divine de Elia Suleiman, film acclamé à Cannes, et pour cause. Le réalisateur se...

Casse-noisette à Montréal

9 janvier 2009

Alors que Montréal vibrait à la cadence folle du temps des fêtes, le traditionnel ballet de Tchaïkovski figeait le temps autour de lui pour entraîner les spectateurs en un conte merveilleux à la Place des Arts. L’histoire. Noël, la petite Clara est conviée ainsi que toute sa famille pour le réveillon. Les cadeaux sont ouverts sous le sapin, chevaux en bois, tambours, flûte... Drosselmeyer, le parrain de Clara, arrive au milieu de la salle...