Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Politique dentaire

Publicité-- --Publicité

Voter pour un politicien, c’est un peu comme choisir un dentiste. Beaucoup font le choix, par habitude, sans trop se poser de questions. Pour les autres, excluant ceux qui ne votent pas, et qui puent de la gueule, c’est un choix régulièrement pénible et celui-ci doit être judicieux. Finalement, malgré toutes les vérifications et précautions prises, on espère toujours que ça ne fera pas trop mal.

La différence avec les politiciens c’est qu’on sait qu’il y aura systématiquement quelque chose à réparer, ou à foutre en l’air, affiliations voulant. Présentement, la dent qui fait mal est celle qui est verte, non à cause de la pourriture, mais plutôt au stade prééjection de produits semi-digérés. C’est un fait, l’environnement, dû à une trop grande déjection humaine de produits à saveurs plus ou moins identifiables, souffre maintenant de troubles hormonaux causant à bien des gens des vagues de chaleur et de froid. Le reste du monde s’exitera d’ailleurs le poil des jambes par simple désintérêt.

Notre dentiste, donc, nous déclare unilatéralement que l’union de ses confrères a tort de croire que le traitement de canal – ne cherchez pas trop loin la métaphore – peut être effectué rapidement, mais qui prend plutôt quarante ans et néglige de préciser les moyens d’exécutions. Je ne crois pas être le seul à ne pas apprécier que mon expert dentaire me dise que l’opération sera effectuée et achevée par l’un de ses successeurs et, dans le besoin de démétaphoriser, on parle possiblement du 10e successeur au présent locataire du 24 Sussex.

Une seconde opinion? Demandons au compétiteur du charcuteur dentaire, expert en traitement de canal et en règlement à l’amiable. Vous me suivez toujours? Avec celui-ci, en échange de quelques investissements bien placés et quelques mesures intelligentes, nous pouvons assurer un traitement un peu plus efficace et, avec un peu de chance, on saura peut-être ce qu’on a l’intention de faire dans l’orifice buccal national, tout en assurant l’éphémère survie de la clinique.

Mais ça ne s’arrête pas là. Harper n’est pas seulement un visionnaire qui prévoie la marche à suivre quatre décennies à l’avance, mais il est aussi un évangéliste politique. Il est en fait un prophète venu montrer au monde les erreurs de ses choix et lui montrer la marche à suivre. Peu importe ce qu’il croit, il en est convaincu et même après avoir renier l’accord de Kyoto, il a bel et bien l’intention d’aller voir les hérétiques pour les convaincre de la BS-itude du protocole et en demander la révision complète. En fait, Kyoto c’est poche. 2012, c’est la porte d’à côté. Voyons plus loin, soyons avant-gardiste et développons un rêve dans lequel vivront joyeusement nos petits-enfants. Cependant, comme pour tout rêve, il manque quelque chose d’essentiel à la vision de notre prophète : quelque chose de concret pour sa réalisation.

Articles similaires

Colonne éditoriale

31 octobre 2003

La semaine passée, je faisais irrévérence en lançant en queue de poisson un sujet que je survolais vaguement. Les contraintes extérieures faisaient en sorte que j'étais limité en longueur, et j'ai tâché de résumer du mieux qu'il m'était donné de le faire. Encore une fois, je me retrouve un peu serré, mais je vais simplement éviter de faire trop de digressions, et finir une introduction déjà trop longue. Charest, ce bon vieux démagogue qui...

Les élections: qu’en pensent Mononc Roger et Raymond?

3 octobre 2008

Les élections fédérales qui s’en viennent passionnent peu. Les libéraux tentent de se faire une nouvelle virginité. Les conservateurs se donnent des airs populistes. Le NPD joue la carte du vedettariat. Le Bloc... Il fait quoi le Bloc, déjà ? Voilà tout le hic avec ce non événement de l’année: tout le monde s’en fout. Que les conservateurs prennent le pouvoir à la majorité, ça change quoi ? Ça peut sembler triste, mais je...

Réchauffement

12 janvier 2007

L’hiver a depuis peu repris ses droits sur un printemps un peu trop précoce au goût des environnementalistes, qui sont sûrement les seuls à se plaindre d’avoir trop chaud en hiver. Les changements climatiques et leurs effets nous semblent de plus en plus évident ces dernières années, mais ceux qui refusent d’en reconnaître l’existence sont encore nombreux. Le réchauffement de la planète est un phénomène généralement reconnu par le monde scientifique, mais peu importe...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité