Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Les hamsters syriens

Alors que je prenais une pause d’étude pour penser, j’ai vu par la fenêtre un écureuil. Tout petit et tout vieux. J’adore les rongeurs. Particulièrement les hamsters, mais à Montréal il n’y a pas de hamsters. Je crois que je me sentirais bien en Syrie. En Syrie ils ont des hamsters à la place des écureuils. Moi j’avais un hamster syrien, Boubette elle s’appelait. J’imagine ce pays rempli de boubettes.

Peut-être qu’il y a plein de roues à hamster aussi en Syrie. J’ose imaginer qu’ils ont inventé la roue à hamster. Je crois qu’ils ont compris un des grands secrets de la vie. Si tu veux garder tes rongeurs, ta femme ou tes travailleurs, tu les fais tourner en rond. Ça rend stupide et ça détruit l’ambition… sinon les hamsters seraient rendus partout, même au Canada, non?

Tout ça pour dire qu’en voyant cet écureuil, vieux et petit, j’ai remarqué que je n’avais jamais vu un écureuil mort naturellement. Toujours estropié sur le bord de la route, oui. Je sais que les oiseaux se cachent pour mourir, mais les écureuils? Où vont-ils?!

Je viens de Montréal (Cartierville Represent!) et il n’y a pas de forêts. Et pourtant un écureuil c’est gros, ça doit bien prendre un mois à se décomposer me semble, non?…

Mais c’est ça, j’ai pas de réponse, juste un poids sur ma conscience : Où sont les écureuils morts? Pour mon hamster, je le sais, jolie Boubette est dans le jardin, et les tulipes n’ont jamais été aussi belles. Il est vrai que le pelage de Boubette reflétait bien la qualité de la nourriture croustillante qu’on lui servait. Un mélange subtile de graines syriennes et de maïs québecois.

Je me demandais aussi pourquoi les écureuils courent tout le temps? J’en ai jamais vu un chiller tranquille avec sa peanut. Et aussi pourquoi quand deux écureuils se courent après, si l’un s’arrête, l’autre aussi. Il me semble que le but de courir après quelqu’un c’est de l’attraper?! La psychologie inverse marcherait donc aussi chez les écureuils.

Il n’y a pas que les écureuils qui m’inspirent d’aussi profondes réflexions, les gens aussi. J’étais assis dans le métro l’autre jour en train de me concentrer sur un Sudoku. Le gentil monsieur à ma droite me regardait coquinement, d’où un premier malaise. Je savais qu’il éprouvait un désir insurmontable de pénétrer avec toute sa gentillesse perverse dans ma bulle de transport en commun. J’enlève mon écouteur, je le regarde et me retiens pour être gentil…

«Un 3 ici!» et il me pointe un carré vide.J’ai fermé les yeux et j’ai écris le 3, en m’obligeant à refaire son raisonnement, sûrement évidant.

À quoi il pense!? Qu’on fait de la recherche, qu’on partage les labeurs d’un travail collectif? Non!
Je me masturbe! Voir que j’ai hâte de le finir! Un bon Sudoku c’est un que tu finis exactement dans le temps que dure ton trajet. Les Sudokus ne devraient pas être classés par niveau de difficulté, mais par le temps qu’ils prennent. Comme les sites web pornographiques. Ça devrait juste dépendre du temps que ton coloc est parti, non?

Un Sudoku ça sert à rien, personne ne garde ses Sudokus finis en souvenir. D’ailleurs, un Sudoku fini me donne exactement le même sentiment qu’après avoir été gentil avec quelqu’un que j’aime pas. Tu te demandes pourquoi t’as fait ça? Comme quand de vieux campagnards parlent et disent le mot nègre et que j’ai pas les couilles pour les engueuler. Un Sudoku vient avec une petite honte et un peu de manque de respect de soi.

Bientôt, je le sens, j’en suis convaincu, les gens vont tricoter dans le métro. Fini les Sudokus, et c’est TOP cool tricoter. Je tricotais moi au Cégep. J’ai perdu beaucoup d’amis durant cette période. Mais il faut s’y attendre quand on est avant- gardiste. Regardez maintenant comment ma copine est fière d’être avec un mâle moderne qui sait tricoter! C’est toujours le même mouvement que tu fais, mais au bout du compte t’as créé un objet, un bel objet, utile en plus, et plein de couleur si tu veux.

J’avais tricoté une écharpe pour mon hamster, et Boubette l’avait à son tour défait et digérer. J’imagine qu’elle était au chaud dans son fort intérieur quand elle a mangé son écharpe.

Et c’est ainsi, en regardant l’écureuil et l’automne par la fenêtre que m’est venu ce poème:



Devant le soleil, m’éclairer
Rayon violant mon intimité
Avoir su que je me faisais regarder
Jamais je ne me serais tripoté.

* * *

Pour en finir avec le Sudoku, je suis sûr que le nom fait pour beaucoup dans le phénomène, en particulier la syllable ku, on aime tellement le sexe!

J’en viens donc à amener une suggestion pour que les jeunes s’intéressent plus à la musique classique, on pourrait ainsi changer les notes pour : So Do Mi Fa Sol La Si Do!

<< Truc précédent|Truc suivant >>

Mots-clés : Le truc à Renaud (27)

Articles similaires

Renaud chez les fous!

23 février 2007

Polytechnique est une école de fous. Partout les gens courent et boivent du café. Du café pour courir plus vite, et puis de la gomme… pour mâcher plus vite. La cadence effrénée isole les étudiants dans une espèce de bulle d’étude qui rend assurément fou. Peu après être arrivé à Poly, tous les étudiants reçoivent une dose de délire. Certains se promènent le crâne rasé d’une fausse calvitie ou tout simplement déguisé en vache....

La Probiscuité

15 septembre 2006

J’aime les Chinoises, grosses et petites, rondes et minces. Pourquoi les Chinoises en particulier, je ne sais pas. C’est une forme de discrimination raciale positive. Il y a quelque chose qui me fascine dans leur façon de penser. C’est comme si le fait d’être si nombreuses les avaient forcés à purifier leurs idées. Je n’ai jamais lu de littérature chinoise, mais je suis adepte de leurs biscuits de fortune. Quelle belle invention. Avec moins...

C’est avec des cennes qu’on fait des doigts

30 septembre 2005

J’aimerais dire à tous ceux qui comme moi ne faisaient plus con- fiance aux partys dit Super, Méga, Hardcore, Latino, Cool ou Horny. Ben là si t’entends dire que Molson fait un Méga-Party, ben c’est vrai ! Dimanche passé y’avait 14 pitounes d’annonces de bière sur des palet- tes de caisses de bière, des motos qui faisaient des flips pis la fille de Normand Bratwait ! Mais t’étais pas là... Si je dis ça...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Tout nu l’hiver

27 octobre 2006

Bonne nouvelle pour le jeune théâtre québécois : une auteure est née, et si elle tient les promesses de Couche avec moi (c’est l’hiver), elle ira loin. Fanny Britt, qui n’a pas 30 ans, a accouché d’un texte mordant, plein de punch-lines et de clins d’œil au spectateur. La recette de base est imparable : des thèmes quotidiens abordés avec assez d’intelligence pour leur donner une portée universelle, une intrigue qui va crescendo, une...

Y’A PIRE AILLEURS

21 octobre 2011

Après La vie comme elle va et À vous Najac, ici la Terre, voici le nouvel opus qui clôt la trilogie sur cette petite ville du sud ouest de la France. On retrouve ses mêmes habitants dans leur quotidien. Journée à la pêche laborieuse, ribambelle de scouts jaunes à la gare, dépeçage d’animaux en tout genre. On vit au rythme de la campagne, bien loin des turpitudes de la ville, mais l’on ne s’ennuie...

Le Cirque Éloize revient pour Nebbia

9 octobre 2009

Dans le cadre de sa tournée mondiale, le Cirque Éloize est revenu présenter Nebbia au Théâtre Maisonneuve. Déjà présenté au Théâtre du Nouveau Monde en septembre 2008, la troupe est repassée par Montréal pour ce spectacle acclamé partout dans le monde. Troisième volet de la trilogie du ciel – après Nomade et Rain – cette pièce est une coproduction avec le Teatro Sunil. Nebbia, qui signifie brouillard en italien, a été créé et mis en scène par Daniele...