Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Oncle Camé n’aime pas les gens

Cette semaine, c’est Halloween.
Halloween est une fête de cons, faite par des cons pour des cons. Même ceux qui la critiquent sont des cons. C’est pour cela que je ne m’attarderai pas plus sur le sujet.

Bush, lui, a procédé à sa distribution de bonbons en avance sur tout le monde en faisant promulguer une loi, pompeusement baptisée Protecting America, sur l’interrogation et la détention de suspects de terrorisme, qui autorise le recours à la brutalité dans les interrogatoires.

On ne badine pas avec l’amour, encore moins avec la sécurité. Et avec tout le schproum que font les nord-coréens en ce moment, on ne sait jamais. Pour justifier cette horreur, aura-t-on droit à un Colin Powell bis, exhibant une capsule contenant un échantillon de sperme de grenouille en essayant de la faire passer pour de l’uranium raffiné? Il faut toujours se méfier des fausses colombes comme des culottes lourdes.

En parallèle, sortira bientôt dans les salles un excellent documentaire de l’inégal mais parfois brillant Spike Lee, «When the Leeves Broke : A Requiem in Four Acts», qui dénonce l’indigence et l’incurie du gouvernement américain face à la catastrophe humanitaire engendrée par l’ouragan Katrina en Nouvelle-Orléans. Un documentaire qui démontre à quel point l’Amérique est bien protégée.

On peut retrouver dans ce doc de Lee, entre autres personnalités noires américaines célèbres, un certain Harry Belafonte, grand acteur et chanteur des années 50 qui fut lié d’une amitié profonde avec Martin Luther King. En 2003, pour décrier l’attitude belliciste et suiviste de Powell sur le dossier irakien, Belafonte, qui partage les mêmes origines jamaïcaines que l’ex-secrétaire d’état, osa se fendre de cette déclaration: «Au temps de l’esclavage, il y avait les esclaves qui vivaient dans la plantation et ceux qui vivaient dans la maison. On avait le privilège de vivre dans la maison si on servait le maître comme il voulait être servi. Colin Powell est venu dans la maison du maître. Et s’il ose suggérer autre chose que ce que le maître veut entendre, on le renverra dans les champs». Cette déclaration fit grincer des dents au sein même de l’intelligentsia noire américaine, qui somma l’ami de présenter des excuses au principal intéressé. Chose qu’il ne fit évidemment pas.

Cette histoire, dont je n’ai pris connaissance que récemment, me rappelle une anecdote qui circulait chez les Black Panthers dans les années 70 et qui est rapportée par Chester Himes dans l’un de Ses romans. (Petite parenthèse, Chester Himes est un célèbre auteur de polars se déroulant à Harlem, au souffle aussi puissant que celui de Charlie Parker, saxophoniste génial, camé et alcoolo qui, est-il besoin de le préciser, révolutionna le jazz. Un auteur que je conseille, même si je n’aurai pas l’outrecuidance de le placer parmi les classiques de la littérature).

Mais voilà l’anecdote. Avant une révolte générale dans le sud des États-Unis où les domestiques noirs avaient l’intention de flinguer les maîtres chez qui ils bossaient et de brûler leur propriété, un esclave noir hésitant s’ouvrait à un copain venu s’enquérir de son adhésion à l’action pour le lendemain : «je suis bien emmerdé parce que mes proprios sont plutôt sympas avec moi et ma famille, et bien que je sois d’accord sur le principe, je n’ai guère envie de les trucider». «Je suis dans le même cas que toi, lui réplique son pote, mais ça peut facilement s’arranger: je viendrai trucider les tiens pendant que tu iras exécuter les miens».

À cause de son antiaméricanisme primaire, cette anecdote a toujours eu le don de me réjouir. Tout comme le jazz me réjouit pour d’autres raisons plus nobles. Mais elle illustre aussi le fait que dans les esprits des plus sincères des jusqu’au-boutistes, la demi-mesure n’existe pas. On est avec eux, ou contre eux. Du côté de l’opprimé ou de celui de l’oppresseur. Et cela mène parfois à de fâcheuses conséquences, comme dans le cas de cette anecdote. Powell méritait-il d’être trucidé pour ses clowneries à l’ONU? Verbalement, oui. Et Belafonte s’en est bien chargé.

Mais on vit également une sale époque. Je ne voudrais pas justifier les paroles du malicieux domestique trucideur, seulement, des fois, l’être humain désespéré est confronté à des putains de dilemmes. Des dilemmes qui mettent à jour toute la misère de la condition humaine dans ce qu’elle a de plus contradictoire (Malraux en a fait un roman). Des dilemmes difficiles à admettre pour ceux qui n’ont jamais subi les affres de l’humiliation et de l’oppression.

O.C

Articles similaires

Bush bibliothécaire

4 octobre 2005

Avez-vous vu la dernière visite de Bush à l’étranger ? Sûrement. La presse écrite et la télévision en ont fait leurs titres ces derniers jours. C’était en Louisianne, cinq jours après le passage de Katrina (cinq jours de trop ?). Le monde n’a pas attendu autant pour assister, incrédule, au spectacle de l’incroyable misère et de l’extrême pauvreté dans laquelle est plongée cette partie de la population du pays le plus riche et le...

Ce qui vous attend en 2006

31 janvier 2006

Janvier : Comme une odeur de soufre Placé sous le signe astral du putois, le mois de janvier nous réserve des surprises malodorantes. La puanteur commence à gagner les foyers des honnêtes gens lorsque les trottoirs de la ville finissent par avoir mauvaise haleine tellement le nombre d’exclus et de sans-abri est élevé. Heureusement, Météomédia prévoyant un rude hiver, ces derniers seront assurément moins nombreux au printemps, ce qui rassure l’ensemble de la population....

Révolte de l’opprimé

17 mars 2006

La Révolte de l’opprimé C’est en émergeant d’une nuit agitée des cauchemars les plus terrifiants, ponctuée de frissons spasmodiques et de délirs fievreux, que l’étudiant lambda de l’École Oméga Limited Tous Droits Réservés dont on taira les noms respectifs pour des raisons évidentes que l’on ne mentionnera pas non plus puisqu’elle le sont, s’apprête à effectuer résigné son petit trajet quotidien vers les hauteurs du Mont-Royal. Mais ce que cet étudiant ignore encore, ô...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le Cirque Éloize revient pour Nebbia

9 octobre 2009

Dans le cadre de sa tournée mondiale, le Cirque Éloize est revenu présenter Nebbia au Théâtre Maisonneuve. Déjà présenté au Théâtre du Nouveau Monde en septembre 2008, la troupe est repassée par Montréal pour ce spectacle acclamé partout dans le monde. Troisième volet de la trilogie du ciel – après Nomade et Rain – cette pièce est une coproduction avec le Teatro Sunil. Nebbia, qui signifie brouillard en italien, a été créé et mis en scène par Daniele...

Pop Montréal : Sur les traces des hipsters

10 octobre 2008

Le festival Pop Montréal battait son plein la semaine dernière, une 7e édition bien remplie où l’on présentait plus de 400 artistes en cinq jours, sans compter une foire artisanale, des films et des symposiums. Un évènement annuel qui permet de découvrir des talents cachés, tout en représentant bien la culture indie, qui, au-delà du style musical, symbolise une démarche artistique, un rejet des courants commerciaux et des majors qui contrôlent l’industrie de la...

TOTAL E&P Canada à Polytechnique

21 octobre 2011

Par Valérie Bélisle, Fondation de Polytechnique Le 4 octobre dernier, nous avons eu l’honneur de recevoir une prestigieuse délégation venue directement de Calgary et représentant le cinquième plus important groupe pétrolier au monde: TOTAL E&P Canada. En plus de participer activement à la vie étudiante de Polytechnique en remettant des bourses à des étudiants de premier cycle, TOTAL est également partenaire d’une chaire industrielle en génie chimique. Dans le but de resserrer les liens...