Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Tournée d’adieu

Vendredi dernier nous avons eu droit à un très bon dernier spectacle de Tomás Jensen & les Faux-Monnayeurs. Je ne m’attendais à rien de moins de leur part. En effet, Tomás et sa bande de joyeux lurons nous ont habitué, depuis quelques années, à leurs très bonnes performances festives et débordantes d’énergie. Vous souvenez-vous de celui donné à Poly en mars 2004? Un moment mémorable qui me rappelle que je ne rajeunis pas…
Dès leur arrivée sur scène, ils ont fait danser la foule au son de Manifeste (malgré les tables qui avaient été installées sur la piste de danse!) Ils ont enchaîné quelques chansons avant de faire un petit intermède où Tomás est resté seul en scène avec sa guitare. Il nous a chanté 2 chansons façon intimiste, une d’un poète yukonnais et l’autre d’un chanteur brésilien. Et le spectacle a continué entre les chansons aux paroles engagées et les petites conversations spontanées de Tomás. Nous avons eu droit à 2 rappels qui ont bien duré une heure.

Deux Faux-Monnayeurs manquaient à l’appel. Le bassiste Philippe Brault et le batteur Martin Desranleau étaient absents, signe que les membres du groupe ont déjà commencé à faire leur vie chacun de leur côté. Ils ont été remplacés respectivement par Benjamin Vigneault et Maxime Bouchard. Némo Venba, avec sa trompette et ses nombreuses et parfois étranges percussions, et Pierre-Emmanuel Poizat, avec sa clarinette et son saxophone, étaient au rendez-vous, aussi exubérants qu’à l’habitude. Ce dernier nous a même performé, avec sa voix grave, un remarquable scat.
Le décor était simple : une toile au motif de mur de briques installée au fond de la scène recréant leur ambiance glauque du disque Le délit quotidien. Un travail extraordinaire, pour un spectacle de musique, a été fait au niveau des éclairages. Ils étaient très recherchés et donnaient de très bonnes ambiances théâtrales.

La majorité de leurs nouvelles chansons, sorties début décembre sur l’album Pris sur le vif, sont d’inspiration brésilienne. Elles sont en portugais et les rythmes rappellent ceux de la samba. Ils ont même repris la chanson Les faux-monnayeurs version samba!

Bref, voici mon message pour Tomás Jensen & les Faux-Monnayeurs : Je vais m’ennuyer de vous les gars! Et je crois ne pas me tromper en affirmant que je ne serai pas la seule.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Sculture de chair et de lumière

22 septembre 2006

Des images s’impriment sur nos rétines lors d’un flash de lumière suivi d’un noir complet, nous laissant imaginer plutôt que voir ce qui se passe devant nous. Des corps jouent dans des faisceaux de lumière qui traversent la salle, tirant profit des différences de réflexion de la lumière sur des vêtements blancs ou noirs ou sur la peau nue. Les éclairages nous mettent mal à l’aise à cause de leur froideur. La lumière comme...

Un après-midi improvisé

24 mars 2016

Dimanche 20 mars, 13h45 Saperlipopette! La confrontation des étoiles de la LNI commence dans moins de 15 minutes et on déambule toujours à bord de ma Civic sur René-Lévesque. Tout ce qu’on recherche c’est une pauvre petite place de stationnement pas trop loin du Club Soda. Ça nous apprendra à ne pas prendre le transport en commun pour aller en ville le jour du défilé de la Saint-Patrick. On finit par trouver. Dieu merci! On...

Oreilles en criss

25 mars 2009

En entrevue avec Aurélie Olivier, de l’hebdomadaire Voir, Simon Boudreau le confiait tout de go: «Au Québec, le sacre est lié à quelque chose de viscéral, d'instinctif, comme un débordement d'émotion». Quarante ans après Michel Tremblay, qui faisait entrer le joual dans la dramaturgie québécoise, Boudreau, l’improvisateur devenu auteur, tente d’élever le sacre au rang de langage. Comprenons-nous bien: malgré son dépouillement, il ne s’agit pas d’un langage universel mais de la parlure d’une...