Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Coup de coeur francophone

Les artistes émergents ont la cote ces temps-ci, et pas seulement dans la grande métropole. À preuve, depuis quatre ans, Rouyn-Noranda (Abitibi-Témiscamingue) présente son propore festival de musique émergante. Des centaines d’artistes en devenir y ont foulé les planches. Évidemment, ce n’est là qu’un exemple, puisque pratiquement toutes les belles régions du Québec immitent maintenant Rouyn. Ceci dit, c’est habituellement dans la métropole que ces artistes se font connaître. Le public suit avec grand intérêt ce qui se passe sur la scène musicale. Avec la venue d’internet, qui a chambourlé ce domaine de bien des façons, le public a accès à beaucoup plus de musique diversifiée.

Venons-en au fait, voulez-vous? Qu’ils viennent tout juste d’être aperçus, pensons à Karkwa, ou qu’ils parcourent les salles obscures depuis des lunes, pensons à Richard Desjardins, le Coup de cœur édition 2006, qui fête ses vingt ans, vous promet de vous faire sortir de chez vous! Quoi de mieux pour oublier la dure période d’examens qui vient de se terminer?

De plus en plus diversifiée, ce sont tous les amateurs de musique francophone qui seront ravis par la programmation que nous présente Coup de Coeur: « rencontre improbable entre le Consort contemporain de Québec et Fred Fortin (wow!), le privilège d’une création toute spéciale de la lumineuse Lhasa, le retour de l’inimaginable Les Ratés sympathiques, l’union de deux choeurs avec Coup de choeur au Coup de coeur, la rencontre entre le Québec et l’Acadie autour d’Yves Lambert et Roland Gauvin, le retour de WD-40 et de Xavier Caféïne », pour ne nommer que ceux-là. À toutes ces belles soirées de musique viennent se greffer de nombreuses démonstrations culturelles et activités diverses. Le Coup de Coeur est là pour rester, et il faut en profiter!

Coup de cœur francophone 2006 Du 2 au 12 novembre http://www.coupdecoeur.qc.ca/




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.