Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Rentrée littéraire

Entre les sopranos et les ténors du marché du livre, la voix d’Alto perce dans le paysage littéraire comme celle d’un jeune oiseau qui promet de pourfendre le vent des conventions en apportant cette touche particulière que l’on doit à l’oeil perçant de son directeur, Antoine Tanguay. Et pour faire sa marque, la maison d’édition fêtait ce lundi 23 octobre son premier automne en tant que maison d’édition indépendante et en profitait pour présenter les titres qu’elle propose pour la saison littéraire qui débute.

On compte ainsi quatre ouvrages unis par l’éclectisme des genres et les points diamétraux qui opposent leur(s) auteur(s). Parmi ces derniers, il y a l’enfant rejeté de la littérature québécoise, le poète et romancier Patrick Brisebois qui nous vient avec un petit livre que ses entrailles eurent, semble-t-il, du mal à cracher. Catéchèse, l’opuscule de 96 pages que propose Patrick, est la première œuvre écrite à la troisième personne du singulier par l’auteur, tranchant avec ses livres précédents et portant le lecteur au confluent du roman de terroir et d’anticipation — pour reprendre ici l’expression chère au directeur Antoine qui doit se comprendre quand il affirme la chose avec une conviction résolue.

Alto nous vient aussi avec L’œil de Claire, une traduction de l’anglais par Sophie Voillot du roman du torontois Paul Quarrington. Notons d’ailleurs que Sophie est citée parmi les finalistes du Prix littéraire du Gouverneur générale dans la catégorie « Traduction » (pour un autre titre, cependant). C’est là donc la seconde nomination d’Alto au Prix du Gouverneur général puisque Nikolski de Nicolas Dickner avait été également finaliste l’an passé.
Alto surprendra plus d’un cette année avec un Traité de balistique où se retrouvent, pêle-mêle, dessins, bande dessinée, lois physiques, partition de musique, littérature à quatre ou six mains et occasionnellement un peu de texte. Avec ce livre, Alto prouve surtout qu’elle n’a pas froid aux yeux, et qu’elle ouvre (grand) la porte aux initiatives des jeunes auteurs qui veulent faire autre chose en littérature que de pousser paragraphe après paragraphe, après paragraphe, après paragraphe…

Mots-clés : Littérature (20)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.