Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

En vedette cette semaine, la LIM

Ça y est, c’est reparti. Notre ligue d’improvisation préférée, celle que nous chouchoutons depuis quelques années déjà, a repris le collier le 15 octobre dernier. C’est évidemment en charmante compagnie que votre reporter favori s’est déplacé au splendide Lyon d’or afin d’assister à la mise en jeu protocolaire.

La Ligue d’Improvisation Montréalaise a su nous surprendre d’entrée de jeu alors que nous avons eu droit à une semi-impro (parcequ’elle était tout de même préparée un tantinet) avant même le mot de bienvenue. Par la suite, c’est avec le plus grand plaisir que nous avons retrouvé notre cher animateur, Martin Bernier. Ce dernier n’a rien perdu de son lexique, maîtrisant la salle avec doigté. À vrai dire, je crois que ce sont plutôt les spectateurs qui paraissaient rouillés, n’arrivant pas à comprendre les subtilités de notre ami Martin à quelques occasions.

La ligue est de retour en force avec un heureux mélange de recrues et de vétérans. Nous étions d’ailleurs particulièrement choyés par la distribution de cette première alors que la troupe des bleus affrontaient celle des verts. C’est ainsi que Didier Lambert, Simon Rousseau (LNI), Antoine Vézina (LNI et Rumeurs), Isabelle Quintin (LNI, Casting) et la succulente Sophie Cadieux (Rumeurs, Watatatow et LNI) partageaient la scène avec Frédéric Barbusci (recrue de l’année 2006 de la LNI, Casting), Anaïs Favron (LNI), Mira Moisan (LNI) et le formidable René Rousseau (LNI et Casting). Comme vous pouvez vous en apercevoir, ces comédiens sont avant tout des amis dans la vie, se côtoyant régulièrement sur plusieurs scènes. C’est en quelque sorte cette énergie et intimité qu’ils réussissent à nous transmettre chaque dimanche soir. C’est en effet surprenant de voir à quel point ils sont complices dans le feu de l’action.

Par exemple, il était très beau de voir à nouveau les cousins Rousseau créer de la magie alors qu’ils ne jouent plus dans la même équipe. Une improvisation dynamique alors que René sortait de prison après quelques années « en dedans ».

Comme me le soufflait ma complice, les gars sont tordants, mais une chance que les filles sont là pour mettre un peu de sérieux dans le jeu. Car il faut admettre que Simon Rousseau avait peine à garder son fou-rire par moments.

Sinon, cette bande de joyeux lurons nous ont fait vivre toute sorte d’émotions cette soirée-là. Une improvisation se déroulant sur la pauvreté en Afrique alors qu’un professeur (Barbusci) tentait bien que mal d’enseigner à sa classe dans les décombres, alors que les bombes jaillissent toujours. Le tout pour se rendre compte que finalement, ce n’est qu’une pauvre petite fille qui souhaite seulement que tout redevienne comme avant, se rendant chaque jour à l’école, attendant en vain le début des classes. Non, ce n’était pas rigolo.

La période où Simon Rousseau jouait le rôle d’un pervers qui tentait tant bien que mal de séduire une jeune fille d’à peine une dizaine d’années était sérieusement bien drôle, jusqu’à ce que le gars du dépanneur (Antoine Vézina) et le client (belle présence d’esprit ici de René Rousseau) se rangèrent subitement du côté de Simon, pour l’aider à « embarquer » la petite fille (Isabelle Quintin). Il y a véritablement un malaise qui s’est fait sentir dans la salle.

C’est ça la beauté de l’impro. Non seulement ils nous permettent de rire abondamment, mais on apprécie davantage leur sens de l’innovation. Il n’y a rien de plus beau que de se laisser surprendre par la sournoiserie d’un autre cerveau. C’est en quelque sorte ce que notre Renaud national vous livre chaque semaine en page 2.

Un autre passage de la soirée qui fut merveilleusement bien exécuté est le jeu de Barbusci et Mira Moisan qui ont brillamment convaincu Anaïs Favron qu’elle était folle. Beau travail de Moisan qui a su changer de ton rapidement à maintes reprises, narguant Favron d’avoir couché avec son mari la veille. Le meilleur étant son air innocent lorsque Favron lui posait des questions sur le sujet;
─ C’était tellement bon hier avec François.

─ Quoi? T’as pas fait ça? Pas avec François?

─ Moi? Jamais. Pourquoi aurais-je fais ça?

─ Ben j’sais pas, tu viens de me le dire!

─ Quand ça? Dire quoi?

─ Ben que t’as couché avec François, ya 2 minutes!

─ « Ben non, pantoute. » de répliquer Moisan… alors que François (Barbusci) était tout à coup à ses côtés pour la cajoler.

Je pourrais ainsi vous raconter chacune de ces impros qui étaient du vrai bonbon. Le chouchou de la soirée? Sans contredit René Rousseau. http://www.citronlim.com

Articles similaires

Les Zapartistes

12 janvier 2007

Il y a de bonnes choses qui ne changent pas. Durant le temps des fêtes, les Zapartistes croquent, entre deux morceaux de tourtières, dans la revue de l’année, et votre humble chroniqueur a eu la chance d’y assister. Ce groupe humoristique à saveur politique a encore une fois bénéficié d’une publicité gratuite à l’aube de leurs représentations au Spectrum. L’an passé, Radio-Canada congédiait François Parenteau pour sa grande gueule amoureuse du Québec, allant jusqu’à...

En vedette cette semaine, CISM

24 février 2006

CISM? Ça ne vous dit rien? CKOI, ça vous dit quelque chose? C’est bien un triste constat. CISM, c’est votre radio, celle de l’université de Montréal. Mais CISM, c’est avant tout la marge... et elle fêtait ses 15 ans vendredi dernier! Inutile de vous dire que votre cher chroniqueur y était. CISM est reconnu pour diffuser la musique émergente et les nombreux groupes qui se sont fait connaître ont tenu à souligner ce joyeux...

… et Christophe Mali!

24 février 2006

Hey bien oui, votre chroniqueur préféré rapplique de nouveau cette semaine avec une chronique double! Puis, toujours dans la veine «Mais que sont devenus vos artistes souterrains?», on enchaîne avec le défunt chanteur de Tryo, un autre groupe qui a fait les frais d’une succulente chronique il y a quelques semaines... Êtes-vous au courant? Non? je vous pris donc de vous asseoir et de sortir la boîte de mouchoirs. Tryo, ce cher groupe français,...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Histoire d’un presqu’accident

2 octobre 2009

Certaines personnes ont la piqûre de la vitesse. Je fais partie de ce groupe-là. Conduire à vive allure me donne beaucoup de sensations fortes, et à mon avis, cette vitesse est une dépendance au même titre qu’un paquet de cigarettes. Et comme une clope, ces excès de vitesse peuvent être très dangereux, car on peut se retrouver dans un état stationnaire en l’espace de quelques millisecondes : et ça, c’est souvent mortel. Toutefois, je...

Des étudiants démesurés ?

21 septembre 2012

Vous avez tous vu, je l’espère, la une du 24 heure du mercredi 19 septembre 2012 qui présentait une photo d’un «Gros partys à Polytechnique». Au final, l’article n’est pas scandaleux et ne fait que mentionner qu’à Polytechnique on est capable d’organiser des gros party probablement parce que nous sommes des futurs ingénieurs. Ce n’est pas ce que j’appellerais un grande une et du grand journalisme mais je suis contente que la vie étudiante de...

Nous religions (4 de 4)

18 février 2011

Pour conclure ce mini-dossier sur la religion où j’ai tenté de traiter le sujet sous un angle dont on a moins l’habitude d’entendre parler, je vous propose un portrait des séquelles de la présence de la religion au Québec. Une sortie du sujet tout en douceur […] Si vous connaissez grossièrement l’histoire du Québec, vous devriez savoir qu’à la montée des syndicats, à la prise de parole des Canadiens-Français (encore là contrôlée par le...