Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le courrier du Flamand

Petit Poisson nous écrit :

Mr.Flamand.
Quelle ne fut pas ma surprise en apprenant votre existence inattendue! Vous tombez pile au bon moment. J’ai terriblement besoin de conseil.

C’est samedi soir dernier. Lui, moi, un bar : on vient de terminer notre souper (pizza + bière).
Il est tard, la bière commence à faire tranquillement effet. Magiquement, on se retrouve dans une toilette. La même. Un peu émoustillé. Il commence à me toucher… plus intensément… sa main descend… elle est dans ma petite culotte.
Et là, mon pire cauchemar…
Je me souviens encore de son regard, après qu’il ait retiré sa main de là.
Un mélange de dégoût et d’intrigue…
Entre son index et son pouce il y a une petite boulette de caca. Je le vois encore refermer ses doigts doucement, et la boulette s’étendre sur ses deux doigts. J’ai sacré mon camp après m’être rhabillée, et j’ai couru jusqu’au métro.

C’était il y a 2 jours. On ne s’est toujours pas reparlé. Je suis trop gênée pour l’appeler; je me sens trop minable et sale. Et lui, il ne m’a toujours pas appelée. J’espère que d’ici votre réponse, tout sera réglé.

Merci de votre aide.

Le Flamand écoute et répond :
Ardents défenseurs de la bienséance communicationnelle et brillants guerriers de la rectitude politique, abstenez-vous de critiquer les soucis qui rongent Petit Poisson, car cela vient du cœur, et ce qui émane de cet organe ne recevra point de jugement de la part du Flamand.

Chère indisposée de ta condition d’être humain excréteur, ton problème est beaucoup plus fréquent que tu ne l’imagines! Vois-tu, la régularité si souvent vantée dans les commerciaux de produits fibreux n’est pas garantie et la plupart des gens tels que toi -et fort probablement ton copain- doivent concilier avec la très naturelle visite d’après-midi au petit coin pour un « number two ». Il m’apparaît évident que ta conscience environnementale ne te permet pas de surutiliser le papier hygiénique ou de prendre une douche supplémentaire avant un rendez-vous galant et c’est très bien, la Terre t’en remercie! Pour ton petit problème du moment, je te conseille de laisser couler comme si rien ne s’était passé pour ne pas te faire « flusher », car il ne faut pas se le cacher : le naturel de la chose ne lui confère en aucun cas un caractère aphrodisiaque à moins que ton partenaire n’ait emprunté la tangente scatophile.

Un membre influent de la communauté polytechnicienne qui désire conserver l’anonymat sous le pseudonyme de Bijou nous confie :

Bonjour Flamand. Je me retourne vers toi parce que je n’ai plus d’autre option. Personnellement, un gars qui fait un courrier du cœur pis qui s’appelle Flamand en plus… je trouve que ça fait gay. Pis qu’est-ce que j’aurais à faire de conseils d’un gars qui ne joue pas dans la même équipe que moi. Criss! On mange même pas la même affaire! Mais je ne veux pas m’étendre là-dessus parce que y’a des associations qui risque de chialer.

Bref, pour en revenir avec mon problème, tu es mon dernier espoir parce que je me suis fais bannir de tous les autres courriers du cœur. C’est pas que je suis désaxé ou quoi que ce soit mais je n’arrive pas à passer une semaine sans vouloir écrire à un courrier du cœur ou un forum de rencontre quelconque. Je suis un éternel insatisfait toujours en quête de rareté. Il m’arrive parfois de m’haïr pour ça… mais je me réconcilie assez rapidement. C’est dur d’être en querelle avec un être qui frôle la perfection. Il m’arrive de me détester pour cette raison aussi.

Le Flamand enregistre et rétorque:
De prime abord, le fait que tu associes directement le Flamand et son courrier à l’univers homosexuel sonne une cloche qui m’indique que tu as probablement quelques questions auxquelles tu refuses de répondre honnêtement. La projection est souvent un signe de déni et si tel est le cas, le Flamand te dit ceci : le tournant vers ta vraie vie t’attend au coin du couloir, il ne te reste qu’à saisir le moment d’emprunter le bon corridor. Pour ce qui est des associations auxquelles tu fais référence, je suis heureux que tu en connaisses l’existence sinon je t’aurais gentiment transmis les coordonnées.

Revenons à l’essentiel de ta requête : le narcissisme excessif qui te propulse sans cesse vers des contrées inexplorées et exotiques. En tant qu’expert en la matière, le Flamand te met en garde contre les utopies relationnelles du type Harlequin et/ou Danielle Steel; la perle rare que tu cherches la tête en haut se tient peut-être au bout de tes pieds…

n.b. : Le Flamand ne peut être tenu responsable des propos tenus par sa clientèle car lui-même ne pose aucune sorte de jugement sur ce qui arrive jusqu’à son oreille, laquelle est là pour t’écouter et t’aimer.

Envoyer vos courriers à: leflamand, polyscope.qc.ca




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.