Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Grands Explorateurs

Le film Venise la magnifique a lancé la 34e saison des Grands Explorateurs. Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, les Grands Explorateurs projettent chaque année et partout au Québec une série de reportages sur des pays, des régions ou des villes. La particularité de ces films est qu’ils sont commentés en direct par leur réalisateur, ce qui donne l’impression d’écouter un ami racontant son voyage.

Dans la pure tradition des Grands Explorateurs, le film Venise la magnifique d’Emmanuel Brauet nous montre des images d’une grande qualité. Il nous fait découvrir la ville dont il est amoureux depuis longtemps par l’intermédiaire des hommes et des femmes qui l’ont rendue telle qu’elle est aujourd’hui. Les personnages historiques comme les doges, mais surtout les artisans qui ont fait la beauté de Venise.

La rencontre des artisans est particulièrement intéressante. On voit passer devant nous des gondoliers, des fabricants de gondoles, des artisans des ateliers de mosaïques, des tisserands traditionnels, des artisans verriers, des restaurateurs d’art, des dentellières, etc. On est d’ailleurs un peu attristé que cette rencontre soit si brève, car plusieurs questions restent sans réponse. Quelles sont leurs techniques? Comment se transmet leur savoir d’une génération à l’autre?

Le film aborde aussi la survie de Venise. En effet, la Sérénissime est bâtie sur des milliers de piliers de bois enfoncés dans l’argile du fond de la lagune et s’enfonce inexorablement d’année en année. Ce phénomène se produit de plus en plus rapidement dû, entre autre, aux ondes provoquées par les nombreux bateaux à moteurs qui circulent sur ses canaux et aux grandes marées qui se font de plus en plus fréquentes. Pour tâcher de minimiser les effets de ces dernières, des digues sous-marines sont construites là où la mer rejoint la lagune. Lors des futures grandes marées, les digues seront déployées pour empêcher le niveau de l’eau de trop monter. Une fois le niveau de la mer redescendu, les digues seront à nouveau immergées.

Sept autres films seront présentés cette saison, dont 3 destinations jamais présentées aux Grands Explorateurs : le mystérieux Yémen aux cités de sable; les luxuriantes îles d’Hawaii, édens parfumés et colorés; et la majestueuse Mauritanie, un désert riche en trésors surprenants. De plus, leur Soirée Découverte nous permettra de suivre le périple de deux jeunes Québécois qui ont parcouru 8000 km à vélo de la Mongolie aux plaines du Gange en passant par le désert de Gobi, le Tibet et le Népal. Ce sont des rendez-vous à ne pas manquer!

http://www.lesgrandsexplorateurs.com/




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Chromeo à Montréal

30 septembre 2011

Par Delphine Leserre Le groupe d’électrofunk Chromeo est revenu à Montréal ce samedi 24 septembre pour la deuxième fois cette année! Ce duo montréalais est composé de Dave One et de Pee Thugg. Ces amis d’enfance ont commencé leur carrière en 2004 avec She’s In Control, puis Fancy Footwork comprenant la célèbre chanson Momma’s boy, en 2007. C’est en 2010 que leur renommée internationale prend un essor avec Business Casual. C’est d’ailleurs cet album...

Une messe auprès de la Mistress

11 septembre 2009

Nouvelle sortie dominicale sur les champs du Piknic Électronik en ce dimanche 6 septembre. L’île St-Hélène offre un cadre idéal : soleil de plomb sur ciel bleu clair et foule rassemblée pour venir entendre les beats des DJs présents pour l’occasion. Après les représentants du label britannique Ninja Tune la semaine passée, ce sont Roméo Kardec, Pfreud et Misstress Barbara qui reprennent les rênes en cette chaude soirée de fin d’été. Pour les néophytes,...

La petite pièce en haut de l’escalier

14 mars 2008

Certains enfants sont de petites éponges qui, le jour, absorbent tout ce que la vie reflète d’inconsistant et de vain. De petites éponges qui, la nuit, ont bien du mal à s’endormir et se dessèchent en pleurant tout bas leur malaise et leur incompréhension. Il n’y a pas de mots à mettre sur ces larmes. Elles sont là, comme tout le reste, sans véritable bonne raison… Grâce rencontre Henri, un homme complètement épris d’elle,...