Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Carabins au sommet

Dimanche après-midi, les filles recevaient un adversaire de taille : les Martlets de McGill. Elles sont sensées être la deuxième meilleure équipe au pays et elles sont bel et bien au deuxième rang de la conférence du Québec en vertu de leur dossier vierge de défaites entre autres choses. La tâche s’annonce donc difficile pour nos Carabines, qui se sont d’ailleurs inclinées 3 à 1 le jeudi d’avant contre ces mêmes Martlets.

Malheureusement, pour cause de clé disparue et donc de local barré, je suis arrivé en retard au match, et je ne peux pas faire de commentaires. Mais je peux vous dire qu’il n’y a eu aucun but marqué et qu’un seul carton jaune a été décerné, à Véronique Laverdière, si ça peut vous intéresser. La raison est inconnue, mais toutes les hypothèses sont permises (griffage, tirage de cheveux, etc.).

Le match nul ne fait sûrement pas l’affaire des Bleues, mais comme dirait notre Jean Chrétien national : Que voulez-vous?…

Ce même dimanche après-midi, les Redmen rendaient visite à nos Carabins, faites du bruit (sympathique commentateur maison). McGill voulait venger sa défaite subie 3 jours plus tôt sur sa propre pelouse artificielle.

Heureusement, le match commence bien mal pour eux, et dès la 4e minute, Boubacar Coulibaly se moque du gardien anglophone, Olivier Boulva, en le lobant d’assez loin. En cours de demie, l’homme rouge Shawn Amarasekera change de camp et vient littéralement donner un coup de main aux Carabins, alors qu’il pogne les nerfs et frappe Guillaume Couturier des Bleus. Amarasekera est envoyé aux douches; les méchants Redmen doivent donc essayer de se défendre à 10 pour le reste du match.

Après la pause, l’attaque des francophones est hors de contrôle et la défensive des Redmen ne fait tout simplement plus le poids contre les énormes attaquants des Carabins. Olivier Babineau, qui s’échauffe avant d’entrer en jeu déclare au photographe de Polyphoto qu’il va marquer un but. Exactement quelques minutes plus tard, qui est-ce qui s’inscrit au pointage? Eh oui, Julien de la Riera, qui marque ainsi son troisième filet contre McGill cette semaine. Babineau devra attendre vingt minutes avant de réaliser sa promesse. Il s’agit de son premier filet de la saison, et sûrement pas deson dernier, confie-t-il à l’auteur de ces lignes. Dieu l’entende. Mais le photographe n’a même pas le temps de se remettre de ses émotions que Pascal Aoun porte la marque à 4-0 sur un retour de lancer de Babineau. Ce dernier est soulevé de terre par un Aoun bien content d’avoir marqué. En fin de match, le long Maxime-Jean Ferlatte passe à un bout de majeur du gardien des Redmen de clouer le cercueil de McGill pour la cinquième fois.

Le score final est de 4-0 en faveur des Bleus. La victoire est doublement satisfaisante, puisqu’elle est obtenue contre un rival montréalais et anglophone.

Articles similaires

Direction : Edmonton

10 novembre 2006

Gain difficile des Carabins Vendredi soir, les Carabins affrontaient les Patriotes de l’UQTR dans l’une des demi-finales de la conférence du Québec. Les Bleus étaient déjà assurés de participer au Championnat canadien en tant que champions de la saison régulière, mais n’avaient aucune intention d’offrir une performance en demi-teinte. En saison régulière, les Carabins avaient gagné les 2 rencontres contre les Patriotes, dont une victoire de 5 à 0 à Trois-Rivières. L’UQTR s’était également...

Le soccer des Carabins

29 septembre 2006

Les Carabins cherchaient à porter leur dossier à trois victoires en autant de matchs contre le Rouge et Or de l’Université Laval dimanche après-midi. Le match commence très bien pour les Carabins alors que dès les premières minutes du jeu, Pascal Aoun (pharmacie) frappe la transversale d’un tir du flanc droit. Un autre tir d’Aoun finira également sa trajectoire sur un des poteaux de Laval. La suite de la demie est dominée par les...

Les Carabins s’effondrent en fin de match

15 septembre 2006

C’était le grand rendez-vous annuel, la rencontre au sommet, le jour J dont nous avions tous encerclé la date il y a belle lurette. J’en connais même quelques-uns qui comptaient le nombre de dodos avant l’heure fatidique. Détrompez-vous, ce moment tant attendu n’est certainement pas le retour d’Occupation Double sur nos écrans. Quoique... Blague à part, il y avait de l’émotion dans l’air du PEPS de l’Université Laval. Quelques braves partisans des bleus s’étaient...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.