Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Carabins au sommet

La formation féminine dispute un match important contre les Citadins et leur uniforme dégeulasse, mais surtout contre les uniformes couleur bleu-bébé. Une défaite peu probable des Bleues permettrait à l’UQAM de se positionner à 3 points des nôtres au classement général.

Mais comme d’habitude, les « baby blue » ont complètement raté leur match. Sandra Couture a marqué 2 fois en première demie pour les Carabins. Elle en a même remis 2 autres en fin de match. Geneviève Lucas et Véronique Dionne ont marqué les 2 autres buts des Bleues, qui se sont finalement imposées super facilement, une main dans le dos et les lacets des crampons attachés ensemble, 6-0. À mesure que les minutes s’écoulaient, tous les partisans (0) de l’UQAM présents voyaient bien que l’U de M était tout simplement trop forte. Le résultat est très humiliant et il sera intéressant de voir si les Citadines vont s’en remettre, elles qui pourraient affronter nos préférées en séries.

L’UQAM rate donc sa chance de gruger quelques points aux dépens des Carabins, ce qui n’en a surpris aucun.

Les gars s’amènent sur le terrain des puissants Citadins de l’UQAM (sarcasme total) avec la meilleure attaque et la meilleure défense du pays, ainsi que le joueur de la semaine de la SIC, Julien de la Riera. Et une séquence de 7 blanchissages consécutifs, comme si le reste ne suffisait pas!

La première demie commence comme toutes les autres pour les Carabins, c’est-à-dire plutôt bien. Pascal Aoun claque la transversale d’une volée à bout portant. Cependant, quelques minutes plus tard, Christian Kabeya vient jouer les trouble-fêtes et donne l’avance à son équipe, au grand plaisir des 2 ou 3 partisans des Citadins arrivés au terrain adjacent au stade Claude-Robillard. C’est le premier but encaissé par les Bleus cette année. L’entraîneur-chef des Carabins, Pat Raimondo, effectue quelques changements après le but, mais les Citadins résistent et se retirent avec une avance d’un but à la pause.

En deuxième demie, Raimondo revient avec sa formation traditionnelle, et le changement semble porter fruit. Le Français Johan Le Goff se moque d’une gang de Citadins et entraîne un penalty que Boubacar Coulibaly convertit très facilement. Ensuite, Ian-Vladi Dordevic donne les devants aux Carabins pour la première fois de la rencontre. Quelques minutes avant la fin du temps règlementaire, ce même Dordevic scelle l’issue du match en signant son doublé. Le silence est presque glacial. On n’entendra plus que le coach de l’UQAM blasphémer pendant 3 à 4 minutes consécutives. Impressionnant.

Les Carabins remportent une septième victoire, mais échouent dans leur quête du plus grand nombre de blanchissages consécutifs. UBC (10), York (7) et St. Mary’s (7) on fait mieux ou aussi bien. Quelques points positifs cependant : les Carabins ont très bien réagi après avoir encaissé le premier but et Pascal Aoun n’a pas obtenu de carton jaune ce match-ci, mais il s’en est fallu de peu. Chapeau.

Articles similaires

L’offensive marque des points!

20 octobre 2006

La disette de l’attaque des Carabins semble bel et bien terminée. Après le mauvais début de saison du quart Jodoin, nos joueurs en bleus se sont finalement levés afin de traverser le terrain à quelques reprises. Ce fut rafraîchissant de voir notre attaque marquer plus de points que notre... défensive. Il faut dire que les rivaux étaient tout de même de moindre qualité. Quoiqu’en cette saison 2006, il est possible de balbutier le mot...

Le retour à la réalité

10 novembre 2006

Décidemment, nos Carabins n’étaient pas dûs pour les grands honneurs. Ils ont pourtant eu leurs chances, ne portant pas le coup de grâce tant souhaité par les quelques milliers de fans présents à Loyola. Cette année se devait d’être l’année des Bleus. N’ayant toujours pas perdu un seul vétéran et les gars de Québec devant maintenant se fier à une jeune équipe, tous les médias et les fans avaient des attentes d’envergure pour la...

Adieu la coupe Dunsmore

10 novembre 2006

Qui a dit qu’une partie de football ne pouvait être romantique ? Pourtant tous les éléments étaient réunis pour satisfaire les éternels amateurs du rose : un ciel clément, quelques percées appréciées de rayons de soleil, une probiscuité inespérée et un gars, micro à la main, qui gueulait un charabia incompréhensible. N’est-ce pas convaincant ? N’est-ce pas la lune de miel que toute femme souhaite un jour ? Malheureusement pour nos oreilles, en ce...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.