Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Résumé de la conférence de Parker Mitchell: Briser le cycle de la pauvreté

Parker Mitchell, le co-fondateur de l’ISF Canada, est venu à Poly le 4 octobre pour tenir une conférence sur le thème « briser le cycle de la pauvreté ». Pour ceux qui n’y étaient pas, voici le contenu de ce discours.

Au Mali, une femme puise 1,5l d’eau par jour pour irriguer son champ. Elle gagne seulement 10$ par mois et elle ne peut pas travailler pendant la saison sèche. La véritable difficulté qu’elle devra surmonter chaque année, ce ne sera pas de travailler dur, mais ce sera de trouver du travail pendant les 250 jours de la saison sèche.

La pauvreté est un cycle complexe dont les pays en voie de développement peinent à sortir. Ces pays sont vulnérables à plusieurs éléments de l’environnement : le climat par exemple.

Mais sortir de la pauvreté n’est pas impossible ! De nombreux projets dans des villages ont marché et ont eu beaucoup de succès. On constate que les communautés font face à un manque de connaissances qui ne leur permet pas de savoir qu’il existe des solutions à leurs problèmes : des écoles ont été construites pour instruire les populations et les aider à mieux s’en sortir. Des projets de microfinance, tels qu’en Asie dans le cadre de la Révolution Verte, ont permis à des villages de doubler leur production agricole en faisant l’acquisition de petits crédits leur permettant de lancer leur entreprise.

Grâce à tous ces projets à travers le monde, on peut dire qu’aujourd’hui 500 millions de personnes sont sorties de l’extrême pauvreté !

Des changements sont nécessaires pour briser le cycle de la pauvreté .
Tout d’abord les populations doivent prendre conscience qu’il existe des solutions à leurs problèmes. ISF réalise ses projets auprès des villages qui en ont exprimé le besoin. (ex : pompes à pied, périmètres maraîchers, puits…) Le village est à l’origine du choix du projet, et il participe à son financement et à sa réalisation. Notre but n’est pas d’« aller faire » à leur place, mais plutôt de bâtir leur capacité locale en leur donnant les connaissances dont ils manquent.

Trouver des solutions aux problèmes est souvent plus facile que l’on croit : nous n’avons pas besoin de développer de nouvelles technologies dans les pays en voie de développement, mais tout simplement d’utiliser les connaissances simples que nous avons déjà. On connait certains trucs simples qui peuvent changer leur vie : par exemple, laisser des bouteilles d’eau non potable au soleil pendant deux jours, tue les bactéries et rend l’eau buvable ! La difficulté, c’est de transmettre ces connaissances à toute la population, et surtout de la convaincre de les utiliser.

Mais, habitant dans un pays riche, nous nous devons d’être autocritiques : nous faisons aujourd’hui trop de mauvaises choses, et pas assez de bonnes choses. Par exemple, le tarif d’exportation sur le marché mondial s’élève à 13,6% au Mali, contre seulement 1,8% au Canada ! Il n’est pas normal d’élever les tarifs d’exportation pour les pays sous-développés, qui luttent pour rehausser leur économie. La prospérité en Afrique a chuté de 13% entre 1995 et 2000 ! ISF agit donc également dans le Canada : l’association fait partie du mouvement mondial « Abolissons la Pauvreté », et participe à la campagne de sensibilisation pour le vote de la Loi C-293, dont le programme consiste à dédier toute l’aide internationale au développement.

L’abolition de la pauvreté demande beaucoup d’efforts, et elle passera par un changement de mentalité des pays développés : en soi, cette idée que chacun fasse sa petite part pour lutter contre la pauvreté est une véritable révolution. Or nous avons tous le potentiel d’agir pour changer le cours des évènements, et ce , chacun à notre manière ! Venez nous voir au local B-312, pour avoir plus d’informations, ou pour vous impliquer dans ISF.

Mots-clés : ISF (11)

Articles similaires

AmeriCaras

26 janvier 2007

Par Olivier et Ricardo americaras@gmail.com Depuis le mois d’octobre passé, Ricardo Cuéllar et Olivier Vaudrin-Charette, deux diplômés de l’École Polytechnique, traversent en voiture l’Amérique latine. Ils parcourront ainsi plus de 30 000 km et visiteront un total de 15 pays. Leur périple d’un an, reliant le Québec à l’Argentine, leur permettra de concrétiser un projet en ingénierie hors du commun : le projet AmeriCaras, qui les amènera à s’investir dans plusieurs projets de développement...

Parce que différents mais non indifférents

22 septembre 2006

Suite des aventures d’Alexandre au Mali, dans le village de Kaban. Résumé : La nuit de l’arrivée d’Alexandre, la première pluie est tombée sur le village. Le lendemain matin est un vrai jour de fête : il est enfin temps de semer! Alexandre part aider aux travaux des champs. Cette journée est éreintante, mais les grands sourires des villageois lui sont un vrai réconfort. La nuit venue, Alexandre doit écourter sa soirée, et part...

Le paludisme en 5 minutes!!!

20 mars 2008

Le paludisme est mieux connu sous le nom de malaria. Il est transmis par les piqures de certains moustiques et se retrouve principalement dans les régions suivantes : Afrique sub-saharienne, Asie, le Moyen-Orient et Amérique du sud. Statistique selon OMS (Organisation Mondiale de la Santé) C’est un enfant qui meurt du Paludisme toutes les 30 secondes. Plus de 1 million de personnes meurt chaque année du paludisme, principalement les nourrissons, les femmes enceintes et...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.