Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

PIMP ton discman!

Vous avez bu l’argent du iPod que votre grand-mère vous a donné lors du DASTRRD? Vous voulez du respect mais tout ce que vous avez c’est un vieux discman style tank jaune?!

Il est possible de pimper votre discman. Simplement!

Vous avez tout d’abord besoin d’un discman. Puis d’encre noire et bleue et d’une bouteille de liquide correcteur. Pas besoin d’être précis, l’important c’est que de loin, les gens croient que vous avez un iPod. Vous allez voir, le sentiment est grandiose. Les filles cutes viennent vous voir et les gars rient de vos blagues! Un iPod ça change une vie!

Commencez par peinturer votre vieux discman en noir. Puis, dessinez habilement un rectangle au liquide correcteur. Les coins doivent êtres arrrondis. Essayez d’aligner la prise d’écouteur avec celle du dessin, sinon vous aurez l’air fou. Je veux dire encore plus fou que de se pro- mener avec un faux iPod. Faites l’écran avec l’encre bleue et tracez les boutons et la roulette avec un crayon Sharpie.

Finalement, et c’est là que vos habiletés développées à la maternelle vont enfin vous servir, badigeonnez vos écouteurs de liquide correcteur. C’est salaud, mais n’oubliez pas que c’est pour le mieux! Attendez que les écouteurs soient secs avant de les mettre.

Bon là, vous croyez que le monde est à vous avec votre nouveau iPod, mais certains conseils doivent être observés pour ne pas éveiller de soupçons. Par exemple, ne pas l’ouvrir pour changer de CD. On ne change pas de CD avec un iPod. Essayez de toujours tenir votre lecteur CD par un bout peinturé en blanc. Sinon les gens auront l’impression que vous faites léviter votre iPod. Vous ne voulez pas faire léviter votre nouvel iPod. Les vêtements noirs sont également de mise lors de vos déplacements.

Si des amis vous demandent ce que vous écoutez, feintez une panne de batterie. Parce que n’oubliez pas! Votre écran est peinturé.

Aujourd’hui vous vous ditent peut-être que jamais vous n’allez être assez désespéré pour suivre ce truc retardé. Mais pensez-y, c’est une leçon de rêves et d’espoir. Parce qu’il n’y a pas que les iPods qui sont chers. Si dans la vie vous êtes capables de transformer de la merde en iPod, vous êtes un homme riche.

PS : Évidemment, si vous avez de l’argent, vous êtes mieux de lire l’article de Joël.

<< Dernier truc|Truc suivant >>

Mots-clés : Le truc à Renaud (27)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Ne pas élever les autres à soi serait-il du nivelage par le bas ?

26 janvier 2006

En discutant avec plusieurs de mes amis, j’ai cru comprendre que lire un article de notre cher journal étudiant constituait un défi qu’ils avaient du mal à relever toutes les semaines. La raison de cette difficulté étant, d’après la plupart, le vocabulaire et les structures quelque peu complexes utilisées par les auteurs des chroniques. Même s’il vous est difficile de le croire, ce journal n’est pas entièrement fait par nous, pour nous; il nous...

Les bonnes

23 octobre 2005

Dénoncer les classes sociales et la soumission des esclaves et des valets à leurs maîtres, voici le thème Des Bonnes de Jean Genet. Mise en scène par la troupe Marianne et Fils, un collectif de trois femmes dynamiques, engagée dans des thématiques sociales vues sous l’angle féminin, la pièce est interprétée par Marika Lhoumeau et Anne-Sophie Armand dans les deux rôles principaux des bonnes. Les héroïnes étouffent dans leur condition de servantes alors qu’elles...

Les hommes des bandes

23 février 2006

Les hommes des bandes. Lesquelles bandes se comptent par milliers. Par centaines de milliers. Petits groupuscules anonymes. Je m’appelle François j’ai deux enfants j’ai perdu mon travail et je veux m’en sortir. Bonjour François. La société québécoise lourdement embourgeoisée compte encore quelques furoncles dont elle veut, et doit se débarrasser. Ce texte aurait pu s’intituler, en hommages aux Nuls, Les temps sont durs, les bites sont molles, les femmes se plaignent. Mais encore aurait-il...