Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

En vedette cette semaine, les Zapartistes

Les Zapartistes sont de retour avec leur tout dernier spectacle, Les Invasions Lucides. Ils se promènent un peu partout en province, jouant à « l’étranger », mais font tout de même plusieurs prestations à leur domicile, le chaleureux Lion d’Or. C’est dans cette somptueuse salle que nous avons eu la chance d’assister à leur prestation mardi dernier.

Le groupe d’humoristes à saveur politique était attendu avec frénésie, jouissant d’une nouvelle popularité, étrangement depuis que François Parenteau s’est fait montrer la porte par Radio-Canada. Faut mentionner que suite à cela, son comparse Christian Vanasse a remis sa démission en guise de protestation (il avait évidemment le même employeur, soit Radio- Cadena). Puis, il y a quand même le fait qu’une présence à Tout le monde en parle accroît régulièrement la vente de billets.

Le manifeste

Non, je ne parle pas ici du document de moins de dix pages (tout le monde parle de dix pages, mais cela comprend la page de présentation!) Pour un Québec lucide. Les Zapartistes ont plutôt commencé en entonnant leur propre manifeste. Ceci est tout simplement une déclaration par laquelle ils justifient leur position, le tout étant évidemment écrit et présenté avec la touche humoristique et satirique des Zaps.

Permettez-moi de vous en citer les grandes lignes:
– « Nous sommes un regroupement d’artistes québécois qui sont décidés à tout mettre en oeuvre pour que la stupidité de notre époque soit montrée du doigt pis on va prendre le doigt qui faut. »

J’imagine que vous comprenez facilement de quel doigt ils parlent.

– « Les Zapartistes proclament qu’il est important que l’humour serve d’exutoire social, de véhicule d’une critique politique et d’outil pédagogique. Les gars pis les filles sont donc différents… (…) Ça peut être ben l’fun des fois de se l’faire rappeler mais y’a du monde qui sont en train de nous fourrer pis y’est pas question qu’ils s’en tirent parce qu’on serait trop occupés à faire des jokes de pets ! » Dénonçant quelque peu l’humour qui vole de moins en moins haut au Québec.

– « Les Zapartistes sont antiracistes et n’ont absolument rien contre les chinetoques, les nègres, les cass à boudin, les sauvages, les wopsssss, les pakis et tous les autres votes ethniques. Et si nous allons rire d’eux à l’occasion, c’est essentiellement par mesure d’égalité.»

Ça c’est les Zaps à leur meilleur: ils nous apprennent qu’il faut définitivement apprendre à rire de soi, car peu importe qui nous sommes, ils vont se moquer de nous, mais cela à la seule condition que nous ayons véritablement fait une connerie.

– « D’ailleurs, en tant que résistants de Montréal, nous pensons que le dernier référendum a été perdu à cause du vote timide des fonctionnaires téteux de la région de Québec qui ont eu peur à leur job et nous avons envie de fesser dès qu’on entend dire « balène » ou « poteau ». » On ne sait pas trop pourquoi, mais les gens de Québec sont définitivement passés à la tronçonneuse pendant ce spectacle. Faut dire que le numéro où Vanasse imitait le contesté Jeff Fillion n’a pas aidé à favoriser le beau grand village.

Les invasions lucides

Bon, le réel spectacle maintenant. Comme son titre l’indique, il évoque surtout le document Pour un Québec lucide, rédigé par les douze apôtres. Ce manifeste n’étant, selon eux, rien de moins que LA solution à suivre pour la survie du Québec, surtout au point de vue économique évidemment. Ils se vantaient d’autant plus de leurs trouvailles, se targuant d’être un groupe provenant de tous les partis et opinions politiques. Tous? Bien sûr que non. Oui, nous pouvons noter la présence de gens qui sont pour et contre l’indépendance du Québec, mais il demeure que ces personnes sont toutes de centredroite politique. Où était la gauche là-dedans?

C’est un peu ce que Les Zapartistes se sont chargés de nous rappeler.
Ils sont manifestement contre ce document et les personnes qui l’ont signé ont définitivement passé un mauvais deux heures!

Au fait, qui sont ces douze apôtres? Lucien Bouchard, ancien conservateur, fondateur du Bloc québécois et ancien premier ministre du Québec; Joseph Facal, ancien ministre avec le PQ; Pierre Fortin et Claude Montmarquette, professeurs d’économie à l’UdeM; Robert Lacroix, notre ancien recteur!

Sylvie Lalande, qui siège actuellement au conseils d’administration du Groupe TVA inc.; André Pratte, l’éditorialiste en chef de La Presse; Denise Robert, productrice invétérée et femme de Denys Arcand; Jean-Claude Robert, professeur d’histoire à l’UQAM, Guy Saint-Pierre, ancien président du Conseil du Groupe SNC-Lavalin inc.; Marie Saint-Pierre, designer de mode et Denise Verreault, présidente et chef de la direction Groupe maritime Verreault inc..

Les Zaps se sont donc moqués de tous ces gens, mais c’est sans contredit Bouchard, Facal et Pratte qui ont volé la vedette. C’est évidemment sans compter sur les nombreuses présences de Jean Charest, gracieuseté du talentueux imitateur Parenteau.

Le spectacle fut sans contredit celui des deux Zapartistes originaux, soit Vanasse et Parenteau. En effet, le groupe était auparavant composé de Geneviève Rochette et Frédéric Savard. Ces deux-là ont toutefois quitté cet été, devenant du même coup chroniqueurs à l’émission de Télé-Québec Il va y avoir du sport (eh oui, l’émission qui a copié le nom de notre chronique sportive!). Les Zaps ont d’ailleurs taquiné Marie-
France Bazzo au passage lors du spectacle. C’était plutôt hilarant de voir Vanasse imiter son ton de voix, lui qui a travaillé avec elle pendant plusieurs années.

Le spectacle fut vraiment excellent, meilleur encore que leur précédent.
Les Zaps prennent finalement position politique, dénonçant ce qui manque dans la société. La soirée a également eu une dose de sérieux et de mélancolie alors qu’ils nous touchent en relevant les réels enjeux sociaux dont nous sommes confrontés.

Ils dénoncent entre autre le fait que nos gouvernements privilégient l’économie au détriment de l’environnement. Justement, saviez-vous que dans le manifeste lucide, il est mention seulement deux fois du mot environnement? Et que l’une d’elle parle plutôt de l’environnement de travail…

Parenteau est époustouflant dans tous ses personnages, autant en Charest que dans son rôle d’indien. Ce numéro est décidément excellent et peut-être le moment fort de la soirée. Vanasse est fidèle à lui-même, étant si talentueux. Il n’est pas champion pointeur de la LNI pour rien.
Pour ce qui est des nouveaux Zapartistes, Brigitte Poupart se tire très bien d’affaire. Son numéro où elle imite Michaëlle Jean est toujours aussi excellent et elle est garante à un bel avenir. Quant à François Patenaude, l’on retient surtout son personnage de Michel Chartrand. Voici enfin un individu qui lui colle à la peau!

Les Zapartistes les 11 et 12 avril au Lion d’Or.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Salon de Francfort

18 septembre 2009

Cette semaine a lieu le Salon de l’automobile de Francfort. Comme c’est la norme ces temps-ci, chaque constructeur se dit plus « vert » que l’autre en exposant des concepts qui, la plupart du temps, ne se concrétisent jamais. Néanmoins, le dévoilement de nouvelles supervoitures attire toujours énormément d’attention… Hey, on a le droit de rêver quand même ! Voici quelques nouveautés qui ont retenu mon attention. Toyota Prius « plug-in » La Toyota...

GAMIQ : Éloge de la scène musicale montréalaise

28 septembre 2007

Dimanche soir dernier, au Métropolis, avait lieu la deuxième édition du GAMIQ (Gala de l’Alternative Musicale Indépendante Québécoise), qui met à l’honneur les musiciens de la scène locale. Animé par le comédien Rémi-Pierre Paquin (Les Invincibles) et la chanteuse Kim Bingham, le GAMIQ a offert un survol complet de la diversité de la scène locale en récompensant des artistes de tous le genres musicaux et en offrant plusieurs prestations d’artistes invités, durant la soirée,...

Roman russe vu par un cirque australien

18 juillet 2010

Dans ce tour du monde des arts du cirque lancé par Montréal Complètement Cirque, c’est au tour de la compagnie australienne A4 Circus Ensemble de nous présenter leur spectacle DownPour (averse). En première partie, Mick Holsbeke présente son numéro de clown N’importe Quoi. Ce clown jongleur comique a le don de s’émerveiller devant chaque objet, aussi commun soit il. Cet artiste américain formé à l’École Nationale de Cirque réalise notamment un beau numéro avec...