Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Zapartistes


C’est dans un Lion d’Or à l’humeur joviale,
Dans une ambiance de gala ou de carnaval,
Que les bonnes ouailles sont conviées à une soirée,
Animée par une troupe à l’humour engagé, pas enragé,
Les Zapartistes.

Ne reculant devant aucune boutade,
Fanfaronnade ou rodomontade,
Ils n’en finissaient pas de porter l’estocade,
Aux tenants d’un Québec triste et maussade,
Les Lucides.

Une fois leur manifeste, lu, approuvé et signé,
Aucune personnalité politique ne fut épargnée.
Non, ils furent tous égratignés,
De Boisclair à Charest, en passant par Harper le carré,
Ce fut un vrai petit bonheur.

Syndicalistes, féministes,
Libéraux, marginaux,
Autant de personnalités respectables,
Que de cibles délectables,
On en redemande !

Car, finalement, ne serait-ce pas de l’intérieur,
Que nous viendraient ces invasions barbares ?
Il est fini le temps des mongols et des tartares,
Aujourd’hui, c’est entre nos murs que ce trouvent les fourreurs,
Inutile de les chercher ailleurs.

—-

Ce qui a marqué cette soirée de cabaret, c’est l’absence totale de tabac. La seule cigarette qui fut fumée durant cette soirée le fut discrètement sur scène, et on n’a vu personne s’offusquer d’une telle indélicatesse à l’égard des gens qui étaient là et qui espéraient ne pas « pogner le cancer » par le truchement de la fumée secondaire qui est — on ne nous le redira pas assez, mortelle par le simple fait de l’inhalation.

Les Zapartistes terminaient leur spectacle sur « Nous ne le prendrons plus. » Mais ils s’en allaient processionner à la porte pour en griller une à l’entracte — même Paul Ahmarani était venu téter une cigarette à Parenteau. Voilà une belle brochette d’anticonformistes (lire le manifeste : résistants de Montréal) qui respecte scrupuleusement que la majorité des clopeurs aillent se geler les roubignoles pour faire révérence la loi antitabac.

Tout cela m’inspire une idée saugrenue mais qui a ses fondements, je crois. Être de gauche aujourd’hui, radical, bien pensant, debout contre la connerie, l’affirmant haut et fort et le criant sur les toits, c’est avant toute chose une façon de se sentir exister. En fait, il y a un effet de mode derrière ça. Et le spectacle des Zapartistes est une messe qui réunit les délaissés de Montréal pour se réchauffer entre copains.

Parce que sourire est une si jolie façon de montrer les dents, certes, mais faut faire attention de ne rire jaune.

Articles similaires

Mile Ex End : le nouveau festival hipster de Montréal

28 août 2017

Le Mile End a trouvé son festival. Les 2 et 3 septembre prochains sous le viaduc Van Horne. On aurait difficilement pu faire mieux comme programmation de la première édition du festival Mile Ex End! Entre City and Colour, Patrick Watson et Basia Bulat, le collectif MishMash fait fort et comble le quartier Mile End, connu pour sa tendance hipster. Mile Ex End nous offre donc un florilège de groupes indie-folk-rock, principalement montréalais, comme Charlotte...

Les Identités Meurtrières

31 octobre 2008

En cette ère de conflits, tensions, revendications internationales, que d’individus sont portés à déclamer haut et fort leur origine, à mettre de côté toutes les autres composantes de leur personnalité, et ainsi à amplifier ces points chauds. Les exemples sont innombrables, Palestine et Israël, Québec et reste du Canada, accommodements raisonnables, Catalogne, Corse, Kosovo, Rwanda… Au milieu de cet entremêlement planétaire, laissé en pâture aux politiciens flairant le pouvoir et à la recherche de...

Bounce Le Gros vs Bass Culture

4 juillet 2011

On préfère généralement s'abstenir de s'adonner à la nostalgie associée aux souvenirs du passé pourtant pas si lointain pour privilégier les tendances actuelles et les mouvements que le futur nous réserve, mais une fois n'est pas coutume. L'espace d'une soirée, les horloges reculeront de quelques années pour permettre la présentation d'un programme double à l'époque où Bounce Le Gros animait des salles de la moitié Nord de la ville et où le duo de...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.