Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Dee

Par Olivier Fontaine Besner

Le 29 septembre dernier, au National, était présenté le spectacle de DEE. L’artiste auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste, DJ et réalisateur, a été introduit par deux des membres des «adigradationnistes» qui nous ont fait jouer plusieurs succès pops remixés à leurs façon.

DEE a d’abord été connu en tant que leader de la formation montréalaise The Urbanauts. Après de nombreux succès la formation se sépare en 2002 et DEE peut se consacrer à sa carrière solo. DEE a créé son propre son en fusionnant l’électro, rock, funk, dance et pop. Cet artiste qui gagne a être connu a eu la chance de faire, entre autre, les premières parties de Dumas et de Béluga au Cabaret Music-Hall et à la Tulipe ainsi que des spectacles au Festival International de Jazz de Montréal, au FrancoFolies de Montréal (à titre de DJ) et du Festival d’été de Québec.

DEE a commencé son spectacle devant une salle bien remplie. Il était accompagné par plusieurs collaborateurs : Martin Shank et Simons Landry (guitares), Reda Enam (basse), José Major et Alexis Martin (batterie) et finalement la très suave Melanie Brunelle (voix). Les 7 comparses qui étaient manifestement heureux d’être là, nous ont donné un concert où s’enchaînaient les chansons au rythme soutenue entrecoupé de quelques balades.
Le décor, qui suivait la thématique et les couleurs de la pochette de l’album, était magnifique. Ce décor, combiné à l’éclairage et à une scène bien rempli par les nombreux musiciens qui se démenaient pour nous divertir, formaient un tout cohérent et léché.

DEE est un artiste, qui, grâce à son talent et au travail promotionnel de sa maison de disque La Tribu, fera sans doute parti intégrante du paysage artistique québecois.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+