Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Susceptibilité, quand tu nous tiens!

Suite à la parution en couverture du Polyscope du vendredi 22 septembre de la photo d’un chiwawa sur fond de couleurs du drapeau gai, avec la mention : « Les animaux de compagnie, eux aussi, victimes de l’homophobie » la direction du journal a reçu deux mails. Le premier de ces deux mails ne comprenant pas le message supposément caché derrière cette image et cette phrase et le deuxième accusant ouvertement le journal de se moquer des penchants sexuels des gais et des lesbiennes.

Pour mettre fin à toute controverse et pouvoir enfin parler de choses sérieuses, je me permets d’être ici la voix de notre coveriste et d’expliquer à ceux qui ne l’auraient pas compris -et ce malgré le tollé général soulevé par l’apparition de Guy Fournier dans l’émission de Télé Tout le monde en parle – un message, pas si évident à interpréter pour certains.

Le dimanche 17 Septembre à la table de Guy A-Lepage, Mr Fournier, alors président du conseil d’administration de Radio-Canada présente ses excuses au peuple libanais car dix jours plutôt il déclarait dans le magazine 7jours qu’au pays du cèdre:« la loi permet aux hommes d’avoir des relations sexuelles avec des animaux à condition qu’il s’agisse de femelles! Faire la même chose avec des bêtes mâles peut entraîner la peine de mort ». La plupart d’entre vous, aura fait le lien entre cette déclaration plus qu’absurde et le ton moqueur de Renaud.

L’intention n’était donc nullement de porter un jugement quelconque sur les homosexuels mais plutôt de rire de la bêtise des propos d’un haut fonctionnaire du gouvernement.

Maintenant que les choses sont claires, on pourrait dire que le dossier est classé et qu’on peut passer à autre chose, sauf que les deux mails reçus me laissent perplexe.

S’asseoir pour nous écrire un mail et nous dire que tel article est mauvais et que tel autre est bon, ne fait pas encore partie des rituels du polytechnicien qui préfère encore nous donner ses commentaires à la sortie d’un cours ou pendant son repas, histoire de ne pas perdre trop de temps avec des choses qui, disons-le, ne l’intéressent que moyennement.

Alors pourquoi ces deux personnes, ont pris le temps de nous écrire ?

La susceptibilité est LA réponse qui me vient. Dans le mail qui nous est adressé par la présidente de l’Alternative (le groupe des gais, lesbiennes, bisexuel(le)s et leurs amis du campus de l’Université de Montréal), la cover est décrite comme un élément de plus dans la « triste réalité québécoise ». Le fait est que la communauté gaie de Montréal et du Québec se bat encore contre les préjugés véhiculés par l’intolérance et l’obscurantisme de certaines visions mais ceci ne doit surtout pas faire de chaque commentaire traitant d’homosexualité, un commentaire qualifié d’homophobe.

Se défendre lorsqu’on est attaqué est un réflexe humain mais dangereux lorsque poussé à bout. A aucun moment Mlle Gagnon n’a essayé de faire le rapport entre la cover et les évènements médiatiques de la semaine, à aucun moment l’idée d’une couverture humoristique ne l’a traversée. Son mail était clair, nous attaquions la communauté gaie et nous nous faisions ainsi la voix d’une homophobie déjà bien ancrée au sein de notre établissement.

La réaction est dans notre cas proportionnelle à la supposée attaque. Un mail écrit à la direction pour se plaindre d’un article c’est tout ce qu’il y a de plus sensé et c’est aussi ce qui permet de remettre les pendules à l’heure et de s’expliquer. Mais lorsque la susceptibilité nous tiens, la rationalité n’est pas toujours au rendez-vous.

Les émeutes de la semaine dernière- décidemment la semaine dernière a été forte en mouvements- provoquées un peu partout dans le monde musulman par le discours du Pape Benoît XVI sont l’exemple type de la profonde susceptibilité de la communauté musulmane. Cette communauté qui est continuellement critiquée depuis plus de 5 ans, a les nerfs à fleur de peau. Alors, quand le pape fait un discours nommé « foi, raison… »qui traite de la compatibilité de la croyance et de la raison, les âmes viles sortent les phrases de leurs contextes et prêtent ainsi au souverain pontife des intentions racistes envers les musulmans. Cette falsification de la réalité n’aurait pas eu autant d’échos si comme je le mentionnais plus haut le peuple n’en était pas à un degré de susceptibilité poussé. Ce sentiment d’injustice qui ne laisse le temps ni d’analyser la situation ni d’en vérifier la véracité et le bien fondé. Malheureusement ici, la réaction a été disproportionnée et les émeutes qui ont éclaté dans plusieurs villes de la péninsule arabique ont eu pour résultat des actes de violences envers des membres de la communauté chrétienne.

Le besoin de défense est humain mais l’analyse des situations est un devoir, alors pour ceux qui se sont sentis agressés par l’un ou l’autre de ces sujets, je répète que prendre du recul avant de répliquer est toujours une bonne chose.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.